Brimwood College

Une guerre se prépare. Les éléments s'éveillent. Quel camp choisirez-vous?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» Surfer avec le danger
Dim 23 Juil - 12:44 par Cole D. Philips

» Le loft des Philips
Ven 21 Juil - 17:28 par Cole D. Philips

» Chloe's place
Dim 16 Juil - 18:56 par Lance Holloway

» Le calme avant la tempête
Ven 14 Juil - 15:21 par Derrick Stevenson

» Stade de Football
Mer 29 Mar - 22:25 par Lance Holloway

» Au fin fond de la mer noire...
Ven 3 Fév - 19:54 par Cole D. Philips

» Le bar « The Spot », l'endroit le plus populaire du collège de Brimwood
Mar 3 Jan - 16:35 par Cole D. Philips

» Découvertes des personnages
Dim 4 Déc - 18:40 par Admin

» Liste des personnages secondaires
Dim 4 Déc - 17:58 par Admin

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      


Partagez | 
 

 Au fin fond de la mer noire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cole D. Philips

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Au fin fond de la mer noire...   Ven 3 Fév - 19:54

La colère et la frustration résonnant dans chacun de ses pas, Cole emprunta le chemin de retour vers collège avec toute l’attitude présomptueuse de celui qui n’a pas ce qu’il désire. À mi-chemin, il bifurqua légèrement pour se diriger plutôt vers la plage; la lune éclairait le rivage de sa lumière blafarde et surplombait l’océan d’une lueur phosphorescente. Semblable à un appel aux phares; le jeu de lumière qui se reflétait dans la nuit noire et le doux bruissement des vagues eût tôt fait de l’attirer dans son sillage.

En cas de doute, se jeter dans la mer.

C’était depuis toujours sa philosophie et cette tactique avait toujours eu l’effet d’un baume sur son âme torturée. Ce soir ne serait pas différent. D’ailleurs, c’était souvent pour la même raison qu’il faisait appel à la sagesse et aux profondeurs des eaux pour apaiser son courroux; son frère et son invariable manière de gérer la vie de Cole. Ça revenait toujours à ça.

Alors, ici comme à Londres, il aimait particulièrement se savoir seul au monde dans un environnement aussi grandiose et subtilement dangereux que le proposait ce paysage, afin de se retrouver avec lui-même.

Bien vite, il avait délaissé tous ses vêtements pour ne garder que son boxer afin de répondre à l’appel séduisant de la source même de son être :

Seacalling. Quel nom juste et beau.

Il regretta un instant de ne pas avoir pris sa planche (qui se rendait au bar du coin avec une planche de surf de toute manière?), mais allongé sur la surface de l’eau, les cheveux éparpillés autour de lui et les yeux rivés vers les étoiles, il oublia l’espace d’un instant que dans sa jeune vie de porteur d’élément tout n’allait pas comme il voulait.
Car pour ce bref instant, bercé tel qu’il l’était pas les allées-venues des vagues, le temps sembla s’arrêter. Il ignore combien de temps encore il resta là, les yeux dans le vagues et le corps se ressourçant comme jamais, mais il lui sembla entendre des voix de très loin; des voix qui émettaient plutôt des sons que des mots. Lorsqu’il releva la tête, certain de surprendre un couple ou des adolescents sur la plage, il se rendit compte que le courant l’avait emporté bien loin vers le large.

Et les voix avaient cessées. C’était sûrement une pure fabrication de son imagination.

Avec tout ça, Cole n’avait pas encore pris la peine de répondre à son frère. Quel grand acte de rébellion de sa part. Oups.

Revigoré par son moment de symbiose avec son élément vital, il se jeta tête première dans la mer pour se délier un peu les muscles.

Et c’est là qu’il les entendit : les voix. Venues de nulle part et comme étouffées par la distance, mais il ne rêvait pas, il les entendait bien.

Il y prêta l’oreille et chercha à connaître de quelle direction elles venaient. L’océan était complètement noir lorsqu’il s’engagea encore plus creux dans ses profondeurs; tellement sombre qu’il ne voyait plus autour de lui. Cette constatation lui coupa le souffle et il ferma les yeux sous le coup de l’émotion. Les courants chauds et froids frôlaient sa peau, le couvrant de frissons lorsqu’il se sentit comme aspiré dans un trou noir : il se débattit frénétiquement, tentant de se dégager de la pression invisible qu’exerçait sur lui cet endroit précis – jusqu’à ce  qu’il abandonne, exténué d’avoir tenté de combattre une force contre laquelle il n’avait aucune chance.

Dès qu’il cessa de gigoter, le courant sembla l’emporter à une vitesse beaucoup plus grande pour le tirer vers les bas-fonds. Il n’y avait aucune doute là-dessus jamais il n’avait été aussi loin dans ses baignades nocturnes à Brimwood. Il était si loin de la berge que, pour une fois, il craignait que cette idylle avec son élément ne lui soit fatal.  Sans parler du courant qui continuait de l’emporter sans aucun égard pour sa pauvre vie de Seacalling! Qui aurait cru qu’un Seacalling serait tué par son propre élément?

Le sentiment d’impuissance qui l’avait soudainement envahit fut repoussé avec véhémence. Il avait vu pire! Il s’était retrouvé dans toutes sortes de situations dangereuses auparavant et il s’en était toujours sorti indemne. Certes, il avait souvent eu de l’aide ou son grand-frère pour lui sauver la peau, mais il trouverait une solution; il en trouvait toujours une.

Sa nouvelle confiance fut toutefois ébranlée lorsque l’eau à ses pieds se mit à tourner de plus en plus rapidement jusqu’à ce qu’un tourbillon d’eau douce s’élève et l’engloutisse.

Puis, ce fut le trou noir.

**************************
Lorsqu’il reprit lentement ses esprits, une chose lui parût tout de suite évidente : il était encore complètement immergé dans l’eau. Sa première réaction fut de vouloir en sortir et respirer le grand air. Mais il respirait déjà et lorsque les battements frénétiques de son cœur se calmeraient enfin il pourrait avoir les idées claires pour essayer de comprendre what the hell happened.

Il ouvrit les yeux et rencontra le regard ennuyé d’un homme :
- dans la trentaine environ, cheveux bruns, hirsute
- tout vêtu de noir
- un révolver à la ceinture et une oreillette dans son tympan gauche

Un bref coup d’œil autour de lui lui en dit long sur son environnement :

- il se trouvait dans une sorte d’aquarium rempli d’eau qui n’avait pas de plafond
- il y avait une porte tout juste devant lui
- Entre lui et la porte se trouvait le fameux gars, sans parler de la vitre!
- Il n’y avait pas de garde à l’extérieur de la pièce

Il venait de mettre la main sur une agence secrète; aucun doute là-dessus. Maintenant, comment savoir s’il se trouvait en territoire allié ou ennemis?

Après avoir brièvement donné un rapport de la situation à son oreillette, l’agent en question recentra toute son attention sur Cole.

« Had a good nap? I take it it was your first time with our traveler? You seemed a bit out of it… Now tell me who the hell you are and what you’re doing around here »

Huh. Il est gentil lui.


Heureusement pour Cole, il avait appris très rapidement à garder son calme lorsque confronté à une pareille situation.

Bon maintenant réfléchis.

De toute évidence, l’agent devait déjà avoir deviné que Cole arborait des dons élémentaires, sans quoi il serait déjà mort noyé. Aucune manière de savoir avec justesse combien de temps s’était écoulé depuis son arrivée dans ce bel aquarium pour gros poissons, mais il était persuadé que c’était plus de quatre minutes. Les humains n’ont vraiment aucune tolérance.


Alors quel mal y aurait-il à user un peu de ses pouvoirs pour se sortir de cette situation délicate? Il ne resterait certainement pas une minute de plus à servir d’appât!

Un frisson d’adrénaline lui parcouru l’échine à la seule pensée de retrouver une utilisation libre de ses pouvoirs après tout ce temps. Cela ne devrait pas lui faire autant plaisir…

Pour toute réponse, il cambra ses deux mains face au sol et l’eau se mit à faire des remous. Il n’eut aucun problème à se propulser de l’autre côté de la vitre, mais il dut agir vite car l’autre avait déjà braqué son arme sur lui : en se tenant sur le rebord de l’aquarium, il envoya valser le révolver d’un coup de pied bien placé et s’apprêta à riposter de nouveau…

Lorsqu’il se trouva nez à nez avec l’autre qui leva la main dans sa direction. Cole fit de même instinctivement et les deux jets d’eau projeter au même moment les propulsèrent chacun à un bout de la pièce. L’agent était non seulement un porteur d’élément, c’était un Seacalling.

Pas étonnant, lorsqu’on se retrouve sur une base secrète au milieu de l’océan!

Cole bloqua le prochain jet en créant un mur tangible contre lequel les pouvoirs de l’autre vinrent se répercuter.

C’était Casey qui lui avait fait découvrir ce pouvoir-là.

Merde, Casey. Il venait de trouver une société underground et il n’en ressortirait probablement pas vivant…

Il profita de la diversion pour prendre la fuite par la seule porte visible.

De l’autre côté, ce n’était qu’un corridor avec une seule sortie droit devant : et pour la traverser, il y avait un système de reconnaissance avec empreinte digitale. Cole connaissait ce genre de système; l’Académie en avait un semblable.

Il était foutu.

Il avait désobéit aux ordres de son officier supérieur pour se jeter tête baissée dans une situation encore plus grave.

Il était le pire agent ever.

De l’autre côté de la porte vitrée, il pouvait déjà sentir un bourdonnement d’activité… et des pas se dirigeaient dans cette direction. N’ayant aucun endroit où se cacher, il resta pétrifié sur place.

Trois hommes entrèrent dans son champ de vision. Les deux sur le côté tenaient chacun le bras d’un prisonnier… qui était nul autre qu’AFJ en personne.

Oh. My. God.

Soudainement il comprit et juste au moment où l’autre idiot le rejoignait au bout du corridor, il plaçait déjà sa main sur le lecteur d’empreinte… qui activa derechef la porte automatique qui s’ouvrit dans un «cloc» bruyant.

Il était à la base secrète des Seacalling. Dans son caleçon.

Mais il avait mis la main sur sa cible.

Screw Cameron, screw everything. I am the best agent ever!

L’abruti tout en noir qui servait d’agent fut éberlué de constater que Cole avait obtenu l’accès la base.

« I don’t have time to play anymore mate. Now can you find me some clothes or what? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au fin fond de la mer noire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Femelle croisée caniche noire de qq mois à LL
» Les Annales de la compagnie noire
» Dans la nuit noire (Pollo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brimwood College :: Brimwood College :: La plage-
Sauter vers: