Brimwood College

Une guerre se prépare. Les éléments s'éveillent. Quel camp choisirez-vous?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      


Partagez | 
 

 Villa d'Allison Rainwrite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Villa d'Allison Rainwrite   Dim 14 Aoû - 21:38

Tout au long de l'altercation entre les deux garçons, la jolie Fierces était restée à l'écart. Observant la scène qui se déroulait sous ses yeux. Il fallait qu'elle se rende à l'évidence. De un, elle avait sous-estimé cette Casey Philips. De deux, elle s'était sur-estimée solidement!

Elle ne savait pas ce qu'il y avait entre Lance et cette fantôme, mais ça ne faisait certainement pas parti de son plan qu'elle soit là.

Son plan... Elle ne savait plus trop si ce que le Président lui avait demandé était réellement la bonne chose à faire. Elle n'avait, bien entendu, posé aucune question lorsqu'il lui avait remis sa mission. Elle s'était opposée une seule fois à cet homme et la longue cicatrice qu'elle avait sur l’omoplate témoignait du risque à prendre de ne pas obéir. Mais, son instinct lui criait qu'ils pouvaient tirer mille fois plus de Lance en le gardant en vie.

Elle avait donc décidé d'attendre encore. Elle prendrait une décision éventuellement. Ils avaient encore du temps. Pour le moment, Allison n'avait qu'un but en tête, gagner la confiance de Lance. Pour l'ordre, mais surtout pour elle.

C'est lorsque la bataille prit fin que la belle Rainwrite ne perdit pas une seconde lorsqu'elle vit sa cible se frayer un chemin vers la sortie. Pas question de le laisser filer une fois de plus.

Elle n'eut pas de difficulté à arriver à sa hauteur, les gens s'écartant sur son passage. Sans rien lui dire, elle plongea son regard vert olive dans celui, éteint, du Firebreather et lui prit la main l'entraînant vers sa voiture.

Cette nuit, elle kidnappait Lance Holloway. Il avait besoin de faire le vide et ce serait avec elle qu'il le ferait.

La voiture blanche se gara devant une magnifique petite villa, la sienne. De tout le trajet (Environ une vingtaine de minutes de route), ils n'échangèrent aucune parole. Elle se contenta de conduire, sûr d'elle, en fixant la route. De toute manière, le jeune homme semblait trop absorbé dans ses pensées pour dire quoi que ce soit.

L'intérieur de la demeure était très contemporain, chic et branché. Le genre d'endroit qu'on ne voyait que dans les films. Le lieu avait déjà été loué pour quelques tournages d'ailleurs. Elle l'invita à s'asseoir au salon tandis qu'elle filait à la cuisine pour en revenir, de un, avec un sac de glace et de deux, avec un verre de whisky (Il fallait combattre le feu par le feu!)

- « Allez, cul sec.» Lui ordonna-t-elle avant d'avaler le contenu de son propre verre sans broncher. L'alcool était de grande qualité et aurait fait tousser un amateur, mais il y avait longtemps qu'Allison traînait dans les soirées mondaines de sa mère et savait donc comment boire.

Voyant qu'il était encore dans une espèce de torpeur qui ne lui ressemblait certainement pas, elle lui prit la main et le traîna dans la salle de bain.

Son corps devait être meurtri par les coups que le blondinet lui avait assénés et une bonne douche, après toute cette action, ne lui ferait pas de tord. Elle entreprit donc de le déshabiller, déboutonnant son pantalon (Il n'avait pas pris la peine de remettre son chandail en quittant le loft des Philips) tout en le fixant dans les yeux, y cherchant le Lance qu'elle avait croisé ce soir. Elle s'accroupit devant lui en faisant glisser le vêtement sur ses jambes, lui laissant son boxer.

Lorsque vint son tour de se dévêtir, elle se planta devant lui, le regardant, provocante juste assez pour sentir une légère lueur dans les yeux du jeune homme qui ne l'avait pas quitté du regard. Elle enleva d'abord son haut. Puis, fit glisser son shirt blanc, la laissant en sous-vêtement devant lui.

Sans perdre de temps, elle le poussa doucement (Mais avec fermeté pour l'obliger à la suivre) dans la douche. L'eau était froide, c'était voulu. Elle voulait le réveiller et, du même coup, faire désenfler ses blessures. L'eau coulant sur leurs corps donnait quelque chose de très sensuel à la scène. Elle avait la peau recouverte de frissons et s'approcha du corps de Lance, posant une main sur son torse. Doucement, faisant attention à sa lèvre fendue, elle l'embrassa langoureusement, souhaitant lui faire oublier la soirée durant un instant.

- « Allison. Enchantée.» Lui souffla-t-elle en lui renvoyant un petit regard amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Ven 19 Aoû - 15:11

Quelque chose lui disait qu’il devait reprendre ses esprits ou,  à tout le moins, faire attention à son entourage, mais le mal de tête qui l’élançait l’enfonçait un peu plus dans un état catatonique. Ce n’était pas son genre de baisser sa garde, mais à ce moment-là il n’était pas lui-même.

Il se laissa donc conduire peu importe où, en autant que ce soit loin d’ici. Il devait réfléchir à ce qui venait de se passer. Dans la voiture, il regarda les paumes de ces mains avec un froncement de sourcils avant de reporter son attention sur le paysage au dehors. Mais il en voyait pas le paysage passer, tout ce qu’il voyait c’était ses paumes en feu et le frère de Casey par terre, brûlé vif.

Qu’allait-il pouvoir fournir comme explication sur les événements de cette nuit? Qu’allait-il pouvoir trouver comme excuse pour expliquer ça? Demain, tout le monde saurait et il ferait maintenant partie de ceux qui étaient mondialement connu pour avoir des pouvoirs, il serait à tout jamais connu comme le Firebreather  qui avait tué un pauvre innocent à un party de collège. Il passerait le restant de ses jours en séquestré, coupé du reste du monde et de la réalité, destiné à servir de cobaye à des scientifiques fous qui lui ferait passé une batterie de tests afin de comprendre comment et pourquoi on avait fait de lui un tel monstre.

S’il avait été religieux, Lance aurait commencé à faire ses prières.

Pendant un moment, un état de panique s’empara de lui et engourdit tous ses membres à la seule idée que sa prédiction morbide se concrétiserait; qu’on était venu le chercher et qu’on l’emmenait là, maintenant.

Mais il se trouvait dans un appartement beaucoup trop spacieux pour appartenir à un savant fou. Il ne pouvait pas imaginer qu’il serait torturé ici. Oh et il était avec une  superbe fille qui lui disait légèrement quelque chose. Puis, aussi soudainement que les souvenirs refont parfois surface, des fragments de la soirée lui revint en mémoire. Les blagues de son équipe de football, les idioties de Davis qu’il avait renvoyé chez lui, son intermission avec Casey dans la salle de bain… qui se superposa aussitôt avec son aventure pleine d’intensité avec la jolie déesse grecque-toute-de-blanc-vêtue et dont il ignorait le nom.

Aussitôt, le visage déçue et blessé de Casey quand elle les a surpris, ainsi que la bagarre qui s’en suivit avec Cole… Cole. Qui était parfaitement en vie, quoique quelque peu amoché.

Dans sa hâte de sacrer le camp, Lance n’avait pas fait attention à son entourage mais il pouvait jurer que lorsqu’il avait quitté Cole se tenait encore debout.

Tout lui revint d’un seul coup, sans crier gare.

My god. Il n’avait pourtant pas bu tant que ça!

Son mal de tête persistait toujours à l’arrière de son crâne, mais au moins il avait les idées claires. Quoiqu’encore un peu confus, surtout lorsqu’il réalisa qu’il se trouvait maintenant sous la douche, le corps somptueux de la déesse grecque qui se pressait contre le sien.

De nouveau dans son élément – et ressentant un frisson de soulagement et de contentement à l’idée qu’il n’avait, contrairement à ce que son subconscient tentait de lui dire, pas tué personne ce soir.

Ouf. La brigade de savants fous, vous pouvez aller vous faire foutre.

Se trouvant maintenant dans un très bon mood, - et l’eau de la douche lui faisant un bien fou – il ramena encore un peu plus la belle brune contre lui et glissa son nez dans ses cheveux, jusqu’à son lobe d’oreille qu’il vint mordiller joyeusement.

Ils échangèrent un regard moqueur, puis il retourna vivement suçoter la peau humide et délicieuse qui se trouvait à sa portée. Les lèvres contre elle, il murmura :

« Je le savais. Depuis le début je le savais, je te faisais marcher », et avec beaucoup d’élégance et de grâce il lui tira la langue, refusant catégoriquement de la laisser prendre de l’avance sur lui à propos de quoique ce soit.

Allison, Pff. Je l’aurais parié.

Nah. Je continue à croire que Megan lui va mieux.

Il s’empressa de contrer toute remarque en venant chercher ses lèvres pour l’embrasser fougueusement. Ils restèrent serrés l’un contre l’autre pendant de longues secondes, jusqu’à ce que Lance se détache une main de la taille de la jeune femme afin de saisir le shampoing qui traînait sur un petit pied métallique, à l’intérieure de cette immense cloison transparente qu’on appelait une douche.

L’eau n’étant pas son fort, il était rare qu’il se laisse envahir par cet élément pendant aussi longtemps, mais ce soir c’était pour une bonne cause… Ils se relayèrent afin d’explorer chacun leur tour le corps de l’autre, de leurs mains savonneuses et plus que baladeuses. Puis, tour à tour, ils s’échangèrent la place sous le jet et embrassait les parcelles de peau qui étaient à leur portée.

Allison avait vraiment une source d’eau chaude interminable.

Quand enfin, ils furent relativement propre, mais surtout complètement allumés, Lance ferma le réservoir de la douche et attrapa une serviette au passage qu’il enserra autour de sa taille. Il enroba la jeune fille de la serviette suivante et épongea brièvement le corps nu et les cheveux gonflés d’eau, sans jamais cesser de lui renvoyer des regards à la fois charmeur et provocateur.

Sa soirée n’aurait pas pu avoir un meilleur dénouement.

L’image de Casey s’imposa à son esprit à cette pensée, mais il la chassa aussitôt. C’était mieux de ne pas y penser.

Enfin, ne sachant comment se retrouver dans cette immense maison, le Firebreather relégua de nouveau le contrôle à sa partenaire pour la nuit. Cet échange de pouvoir qui ne cessait de se présenter depuis leur rencontre plus tôt dans la soirée lui plaisait assez. C’était rare qu’il s’abandonnait  avec autant de plaisir.

Et de désir.

Ce dernier semblait le consumer depuis des heures et des heures et c’est pourquoi il n’attendit pas à savoir où Allison l’emmenait qu’il la plaquait déjà contre le mur, son corps imposant la maintenant contre lui. Les serviettes étaient tombées et, comme sous la douche, ils se retrouvaient de nouveau peau contre peau, chaleur contre chaleur, souffle contre souffle.

Au diable le partage de pouvoir. Il la voulait et maintenant.

Toute la tension qui l'habitait depuis qu'il avait quitté le party s'était évaporé. Certes, il n'avait pas oublié les événements de la soirée, mais il repoussait tout cela a plus tard, quand il serait seul et qu'il pourrait réfléchir de long et en large sur la question. Il pourrait paniquer plus tard. Maintenant, ce qu'il était n'avait pas d'important. Qui il était n'avait pas d'importance.

Tout ce qui lui importait pour tout de suite se trouvait ici et maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Ven 2 Sep - 16:20

Après la douche. Elle devait se ressaisir et se préparer à passer à l’attaque. Ça réputation et sa vie en dépendaient… Ça aurait été le moment parfait. Lance ne l'aurait jamais vu venir. Elle n'aurait eu, ensuite, qu'à l'appeler, Lui, pour qu'il vienne chercher le corps. Personne ne l'avait vu partir avec le Firebreather, ou presque. Les soupçons n'iraient donc pas sur la pauvre fille sexy et inconnue qui n'avait que passé un bon moment avec lui dans une salle de bain étrangère.

Alors pourquoi n'arrivait-elle pas à le faire!? Allison avait beau essayé de se concentrer, la seule chose qui obsédait présentement ses pensées était le corps magnifique de l'élu devant elle. Holloway était sculpté comme un dieu et tout son être le désirait ardemment. Elle n'arrivait tout simplement pas à concevoir qu'elle devait s'en débarrasser.

Elle avait toujours gagné. Peu importait la mission, elle ne revenait jamais les mains vides. Ça ne commencerait certainement pas aujourd'hui!

C'est alors qu'elle l'entraînait dans le corridor pour aller vers sa chambre luxueuse, qu'elle se décida finalement. S'était comme enlever un pansement: Il fallait le faire d'un coup, sans hésitation. Son corps était tendu, tous ses sens aux aguets. Il ne fallait pas qu’elle se trompe d’un centime. Sinon, c’était fichu. Son regard semblait, tout d’un coup, plus perçant, son ouïe plus fine et ses doigts qui frôlaient le mur qu’ils longeaient semblaient lancer de petites décharges électriques tellement son sang bouillait dans ses veines.

Le moment était parfait. La tension qui régnait pouvait facilement être interprétée comme du désir, un jeu de chasse. Il ne lui restait qu’à bondir.

Allison allait se retourner, mais Lance fut plus rapide qu'elle, la plaquant sur le mur. Avait-il lu dans ses pensées? Non, impossible. Son coeur battait la chamade et elle dut paraître décontenancée durant un instant. Son esprit se remit à rouler à cent milles à l’heure tandis qu’elle reprenait son souffle, comme si le jeune homme venait de la réveiller d’un rêve étrange.

Fuck, mais qu’est-ce qu’elle foutait-là!? Pourquoi avait-elle insisté pour le faire? Son instinct ne la trompait jamais. Et, cette nuit, son instinct lui dictait de laisser ce type (terriblement chaud!) vivant. Lance Holloway ne devait pas mourir. Elle en était persuadée.

Le regard allumé et provocant du jeune homme ralluma alors la passion qui l'habitait un peu plus tôt. Et puis, au diable les plans, elle verrait à tout ça plus tard! Et puis, elle devait changer d’air avant qu’il remarque quoi que ce soit. Heureusement qu’elle était la reine du Poker face!

Holloway était très explicite vis-à-vis ce qu’il voulait. Il n’y avait aucun doute, ce gars-là avait la ferme intention de la posséder, maintenant. Sauf qu’Allison, sous ces allures de femme fatale, n’était pas une fille facile. Et Lance avait la partie bien trop gagnée d’avance pour l’instant.

Elle connaissait les types dans son genre. Ça voulait quelque chose, ça faisait tout pour l’obtenir et une fois conquis, la dite chose n’était franchement plus intéressante. Elle devait s’assurer qu’il garde encore son focus sur elle durant un bon moment, elle ne pouvait donc pas tout lui donner immédiatement.

Les yeux moqueurs, elle prit sa mâchoire entre ses doigts pour approcher son visage du sien tandis que son bassin se collait contre le sien. Elle voulait le rendre fou de désir, l’obséder pour qu’il ne cherche qu’elle par la suite. Elle voulait qu’il se donne pour mission qu’elle lui appartienne. Elle l’embrassa sauvagement, ne leurs laissant pratiquement aucun répit alors que ses mains se baladait sur son corps splendide.

Elle devait gagner sa confiance et il n’y avait qu’un seul moyen d’y arriver…

- J’ai envie de toi, Holloway. Mais, tu as perdu. Je t’avais dit trois noms. Dommage…

Et puis, avec un air complètement agace et baveux, elle se défit de lui pour aller récupérer sa serviette qui était tombée au sol et lui lança la sienne en plein torse avec un petit clin d’œil sexy avant de poursuivre vers la chambre.

Satisfaite de sa remontée, elle l’invita à se coucher sur le lit tandis qu’elle enfilait un long T-shirt qui lui descendait en bas des fesses. Il devait être dans les trois heures du matin. Il faudrait bien qu’ils dorment éventuellement…

Allison alla éteindre les lumières, laissant la lune les éclairer par les grandes fenêtres. La noirceur était la meilleure amie des confidences. Rendue par-dessus lui, les bras de chaque côté de sa tête, elle lui vola un autre baiser et glissa sa langue sur sa lèvre, pour le taquiner un peu.

- Il va falloir que tu apprennes à te métriser plus que ça, Cap’tain. Ou ça risque de très mal se terminer la prochaine fois.

Et en disant ces paroles, pour s’assurer qu’il comprenne qu’elle faisait bel et bien allusion à ses pouvoirs, elle resta assise sur lui et pris ses paumes contre ses lèvres pour les embrasser chacune à leur tour.

Elle savait que ça risquait ensuite de mal se poursuivre. Pour sa part, elle n’avait jamais eu ce sentiment de ce sentir seule, comme un monstre. Mais, elle avait vu à mainte reprise le regard de ceux qui apprenaient qu’ils étaient connus et cherchés.

Elle resta donc sur lui, les yeux rivés dans les siens à la recherche de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Sam 3 Sep - 0:08

Son sang se glaça dans ses veines. Et Lance fut certain pendant un instant que son coeur cessa de battre. Pour la première fois, toute chaleur le quitta et un étau de fer glacial s'empara de son coeur et de son âme. Non. Ça ne pouvait pas être vrai. L'espace d'un instant, il figea complètement, incapable de bouger ni de réfléchir.

Elle savait.

Quelqu'un savait.

Enfin.

Ou plutôt merde!

Elle savait. Certainement. Sinon pourquoi aurait-elle fait un geste pareil?

Et lui, comment avait-il pu se laisser découvrir au grand jour? (ou en grande nuit, c'est selon). Comment avait-il pu être aussi inconscient, aussi téméraire et aussi idiot ?

Il jouait délibérément avec le feu. Sans mauvais jeu de mots.

Rendu là, aussi bien le crier sur les toits! Ou se passer lui-même les menottes et se rendre pendant qu'il y était. Croyait-il vraiment que jamais personne ne le démasquerait? Qu'il ne ferait jamais une gaffe aussi grande que celle-ci? Croyait-il vraiment qu'il serait seul à tout jamais? Le seul dans cette situation, et seul pour faire face à tout se qui se trame?

Il ne pouvait s'empêcher de sentir un profond soulagement en même temps que ça lui donnait la nausée. Allison pouvait certainement sentir son coeur battre à tout rompre dans sa poitrine (mais au moins il ne s'était pas arrêté comme il l'avait cru!). Malgré tout, il se sentait soulagé parce que enfin, quelqu'un savait.

Mais son tumulte intérieur ne dura qu'un instant où il croisa le regard franc d'Allison pendant qu'elle embrassait ses paumes une par une. Et il décida de faire comme si de rien n'était.

Il était à la fois pétrifié et ravi, mais il était loin d'être prêt à en parler.

Elle le toisait sans broncher, comme si elle s'attendait à apercevoir quelque chose dans le regard de Lance, une réaction quelconque? Peut-être réussi-t-elle à lire la confirmation dans ses yeux, mais si ce n'était pas le cas, son coeur qui battait à un rythme effréné le trahissait certainement.

Quand il lui vint enfin en tête de reprendre le fil de la conversation (quelle conversation!? Ou est passé l'action? Et le je-suis-trop-occupé-à-autre-chose-pour-parler?), il décida de jouer juste un peu plus avec le feu et d'hausser les épaules avant de lui demander nonchalamment:

« N'as-tu pas un dirty little secret a partager avec l'assistance? »

Il se releva sur ses coudes, puisqu'elle était assise sur lui - un poids confortable et réconfortant - , et son regard se fit intense et fiévreux tandis qu'il lui chuchotait à l'oreille : « tout le monde en a un ».

Ses lèvres s'étirèrent en un sourire et ses yeux s'abaissèrent jusqu'aux lèvres de la belle déesse avant de remonter à ses yeux, puis de redescendre. Lance se mordit la lèvres, sachant très bien l'effet que ça pouvait avoir sur sa partenaire. Tandis qu'il approchait lentement sa tête de la sienne, comme s'il était hésitant, mais au fond tout était calculé, il caressa langoureusement le dos de la jeune fille en passant sa main de haut en bas et de bas en haut, exerçant une légère pression afin de l'attirer à lui.

Enfin, leurs lèvres furent si proches qu'elles se touchèrent et ils respirèrent le même air pendant un instant, sans qu'aucun d'eux ne franchissent le dernier millimètre qui les séparaient d'un baiser. Brusquement, Lance se donna un élan  et fit basculer Allison sur le dos tandis qu'il prenait place au-dessus d'elle et son corps, appuyé légèrement contre le sien, la recouvrait entièrement.

Il aurait été si facile de s'abandonner là, maintenant. Il était si près du but - et dieu qu'il le voulait. Il l'avait entre ses doigts, entre ses bras; il la tenait. Il ne lui manquait que d'user de son charme un tout petit peu plus afin de la gagner. Il savait qu'il le pourrait. Il le pouvait toujours. Il gagnait toujours. Mais elle avait définit une limite et il respectait cela. Contrairement à la pensée populaire, il savait se comporter en gentleman.

Même si ça le tuait.

Il lui offrit enfin le baiser qu'ils attendaient tous les deux - sauvage, enivrant et atrocement insatisfaisant. Ce n'était pas assez; il en voulait plus. Beaucoup plus. Ils étaient complètement nus et allongés sur le lit, les lèvres rougies de baisers et les corps pressés l'un contre l'autre. Il ne put s'empêcher de la titiller un peu plus, en la caressant et en embrassant toute parcelle de peau à sa portée afin de lui faire comprendre - vraiment comprendre - ce à quoi elle disait non, ce soir.

« Si tu ne veux pas de moi», lui susurra-t-il entre deux baisers, « alors je vais juste prendre mes affaires et partir».

Liant le geste à la parole, il se leva d'un coup, quittant le nid de draps et de peau dont la chaleur l'appelait encore, afin de prendre un peu de recul. Dans toute sa glorieuse nudité, il prit son temps afin de récupérer sa serviette, la délogeant sous le corps d'Allison, leurs corps s'entremêlant de nouveau. Il finit par renouer cette dernière autour de sa taille et à envoyer à Allison un dernier regard enflammé avant de lui tourner le dos pour quitter la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Sam 3 Sep - 1:30

« N'as-tu pas un dirty little secret a partager avec l'assistance? »

Dit comme ça, c'était presque mignon. Seulement, Lance ne pouvait pas se douter à quel point son placard était empli de squelettes (Et pas seulement au sens figuré...)

Étrangement, il aurait sans doute été le type de gars à qui elle se serait confiée... Dans une autre vie... Si elle n'avait pas été Allison.

Mais là, dans les circonstances, elle n'avait certainement pas l'intention de lui révéler quoi que ce soit. Ou du moins, qu'une infime partie.

Il essayait de jouer les gars cool, mais la belle brune savait très bien ce qu'il pouvait vivre à l'intérieur. C'était une partie de son pouvoir dont elle n'arrivait jamais à s'habituer, d'ailleurs.

Certes, elle pouvait faire grimper la température corporelle, mais ce qui venait avec cela, c'était cette connexion qu'elle faisait avec l'autre pour y arriver. Elle pouvait sentir le coeur de l'autre personne battre comme s'il s'agissait du sien.

Et en ce moment, ainsi collée contre Lance, c'était ses battements à lui qu'elle sentait cogner dans sa propre poitrine.

- «Mes petits secrets, hein?»

Elle lui sourit malicieusement, venant mordiller la lèvre de son partenaire. Elle sentait qu'elle était en train de perdre la partie.

Le temps qu'elle ferme les yeux pour y voir plus clair, il en avait profiter pour la basculer sur le lit, se retrouvant sur elle. C'était plus que grisant ce jeu de dominance, surtout qu'il était rare qu'un homme ait autant, sinon plus, de caractère qu'elle pour pouvoir lui tenir tête.

Allison ne put empêcher un petit gémissement de plaisir de sortir de sa bouche lorsqu'il se mit à la couvrir de baiser. Il voulait lui faire regretter son choix et il y arrivait!

Elle voulait sentir leurs corps se consumer, elle souhaitait qu'ils ne fassent qu'un pour qu'il voit à qui il devait s'unir, à qui il devait faire confiance.

Mais le jeune homme, continuant de la narguer et de gagner du terrain dans cette partie de jeu de pouvoir, s'éloigna d'elle, la laissant brûlante de désir.

Il n'était certainement pas sérieux? On ne tournait pas le dos à Allison Rainwrite!

Fuck!

Le toisant du regard, alors qu'il affichait son plus beau sourire moqueur tandis qu'il tournait les talons, elle se précipita devant lui, lui barrant la route alors qu'elle fermait la porte.

Il n'irait pas nul part! Elle avait changé d'idée.

- « Voici une partie de mon dirty little secret...» Lui dit-elle, aguichante, tandis qu'elle retirait son haut de nouveau.

Elle agrippa la serviette du capitaine de foot, le forçant à avancer vers elle, l'écrasant un peu plus entre lui et la porte. Tandis que ses doigts s'afféraient à le dénuder encore, son autre main se plaça doucement sur son torse, régulant les battements de leurs coeurs et les enveloppant d'une sensation de chaleur. Comme si un feu venait de s'allumer dans leurs bas ventres.

C'était charnel, agréable et surtout, très jouissif de sentir l'autre et de lui révéler cette partie d'elle-même.

Puis, mordillant son lobe, elle lui chuchota à l'oreille:

- « Laisse-toi aller, Holloway. Prends-moi.»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Lun 5 Sep - 14:17

- « Laisse-toi aller, Holloway. Prends-moi.»

Si gentiment demandé... comment pouvait-il refuser?

Mais lorsque Lance passait la nuit avec une jolie fille, il ne se laissait jamais aller, comme elle le lui demandait. Non. Jamais il ne délaissait le contrôle complet qu'il devait exercer sur lui-même. Sinon, c'était un jeu beaucoup trop dangereux auquel il n'osait jamais jouer... Et même si l'envie ne lui manquait pas de s'abandonner ainsi dans les bras d'une telle déesse...

C'est qu'il n'avait encore jamais connu une fille comme elle. Qui l'égalait sur tous les fronts. Joueuse, dominante, aguicheuse et qui lui renvoyait chacun de ses propres plans de drague. Il n'avait encore jamais connu une fille comme elle, qui avait clairement repéré le jeu auquel il jouait et le lui rendait si bien...

Il était maintenant dos contre la porte et absolument ravi d'être pris au piège. La main qu'elle avait posé sur son torse lui procura une sensation de chaleur et de bien être et il se demandait bien ce que cela pouvait vouloir dire. Est-ce qu'elle lui faisait de l'effet à ce point? Ou l'avait-elle tellement allumé que tout point de contact de son corps avec le sien ravivait le feu qui sommeillait dans son bas-ventre?

Cette étincelle de désir à son contact le fit vibrer de la tête au pied et, incapable de se contenir plus longtemps, il s'empara de sa bouche afin de sceller leur désir évident dans un baiser qui, à ce point là, n'avait plus rien de chaste. Leur langues se lièrent et se délièrent dans une danse qui se transforma en bataille pour avoir le dessus et le contrôle sur l'autre.

Lance en profita pour balader ses mains partout sur le corps de la jeune fille, dans des caresses ultimement irrésistibles qui, il l'espérait, lui ferait perdre la tête. Avec aise, il lui fit faire quelques pas de reculons et la repoussa sur le lit et s'affaissant de nouveau sur elle de tout son poids. Son corps, lorsqu'il se renversa sur le sien, lui tira un grognement sourd, signe indéniable qu'il commençait réellement à s'abandonner.

Il délaissa ses lèvres afin d'échanger un regard, le temps d'une seconde où il ne réussit pas à lui dissimuler ses émotions. Il enfoui son visage dans son cou, lorsqu'il s'en rendit compte afin de lui cacher sa réaction. Son corps se balançait furtivement, et se frottait contre le sien dans une vague de frissons voluptueux. Il lui agrippa les hanches afin de changer l'angle de leur corps et juste avant de les joindre pour de vrai, il lui susurra à l'oreille, l'oeil brillant d'un vif éclat de malice:

- Mon secret le mieux gardé... il est vraiment pas si petit que ça.

Son souffle se répandit dans les cheveux longs et détachés tandis qu'il haletait subtilement au creux de son oreille.

Il lui fit l'amour plus qu'il ne coucha avec elle - bien que jamais il ne se l'avouerait.

C'était d'autant plus enivrant étant donné qu'ils passèrent chaque seconde à tenter de déstabiliser l'autre afin de prendre le dessus. Et ça lui fit trop plaisir de la laisser faire à quelques reprises; de se laisser aller, finalement. Lorsqu'ils furent tous les deux saturés; ce n'était pas assez encore et leurs corps se joignirent de nouveau, trop encouragés à se bousculer encore et toujours afin de se retrouver au-dessus et de prendre plaisir à contraindre, limiter, obliger et user de force parce que l'autre osait émettre une résistance - veine - mais ô combien agréable. Pendant ce temps, Lance se régalait des gémissements étouffés que son aisance et son contrôle égaré suscitait - et rendait la pareille sans parvenir trop souvent à ses censurer.

Enfin, Lance se laissa retomber sur elle exténué et extrêmement satisfait, le corps encore frissonnant de désir assouvi. Il ferma les yeux un instant, voulant profiter encore un peu de son afterglow.

Il n'était pas très vite pour délier leurs corps entremêlés, choisissant plutôt de garder Allison dans ses bras pour un moment de plus. La soirée c'était très mal terminé, mais la nuit était une toute autre histoire.

Après le plaisir, un aura de bien-être et de confort s'empara de lui et, soudainement si bien dans le cocon de chaleur, le sommeil flottant au fond de son esprit, il aurait pu s'abandonner là et se laisser porter par la respiration d'Allison qu'il pouvait sentir plus qu'il ne l'entendait.

Puis la soirée lui revint en mémoire comme un coup à la poitrine et son souffle resta pris en travers de sa gorge l'espace d'un instant. Il ne pourrait pas dormir après ça.

La douce quiétude qui s'était emparée de lui le quitta aussi brusquement qu'elle était arrivée, remplacée par la tension et le doute, l'incertitude et l'odeur intempestive de la peur. En une seconde son corps se rendit en position d'alerte et son coeur manqua un battement, son esprit s'empli d'un million de pensées négatives un peu comme il en avait eu après son combat.

Il devait sortir d'ici au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Mar 6 Sep - 0:37

La main caressant distraitement les cheveux du jeune homme couché contre elle, Allison repassait en boucle dans sa tête la dernière heure qui venait de s'écouler.

Jamais, elle n'avait eu autant de plaisir au lit avec quelqu'un...

Faux. Elle avait déjà ressenti cette sensation par le passé, une fois. Elle croyait alors qu'il était l'homme de sa vie, et il s'était vraiment foutu d'elle. Elle n'avait que dix huit ans à l'époque.

Étrangement, à l'évocation de ce souvenir, elle se rendit compte que Lance le lui rappelait sur cette facette. Il était un dieu au lit, indéniablement. Sauf que ce n'était pas que ça. Avec les deux, elle arrivait à s'abandonner, à oublier tout le reste pour baigner complètement dans ce jeu de pouvoir le temps d'un soupir.

Le fait qu'ils soient aussi doués qu'elle faisait en sorte qu'elle n'avait pas constamment besoin de leader la partie. Qu'elle pouvait, avec délice, passer les rênes à son partenaire en sachant que ce serait jouissif.

Et cette nuit, la jeune femme n'aurait pas trop su dire ce qui s'était réellement passé, mais pourtant il y avait quelque chose de plus qu'une simple baise. Elle avait eu l'impression que Lance s'était abandonné un moment, qu'il lui avait fait confiance et s'était amusé sans faux semblants. Mais, sans doute l'avait-elle rêvé. Les gens comme eux ne s'abandonnait jamais complètement.

Toujours la main dans ses cheveux, sentant son coeur contre le sien, Allison tourna la tête pour croiser son regard. Ses battements étaient devenus différents, son regard plus tracassé.

Avait-elle dit ou fait quelque chose? Le questionnant des yeux, il semblait déboussolé, perdu.

La bulle apaisante qui les enveloppait et qui lui semblait infrangible deux minutes plus tôt vola en éclat. Elle sentait bien qu'il voulait s'en aller.

Elle se surpris à être déçue. Peut-être avait-elle cru, le temps de cette rencontre, qu'il aurait souhaité resté. De son côté, la belle brune n'aimait pas garder ses conquêtes à dormir. Mais, pour lui, elle aurait eu envie de faire une exception.

Et pour être bien honnête avec elle-même, c'était la pire des idées puisqu'en aucun cas, elle ne devait s'attacher. Et Lance était tout désigné pour qu'une telle chose se produise. Holloway, tout à elle, ce n'était pas désagréable comme image, mais tout à fait stupide. Elle s'était embrouillée les sens une fois avec un Firebreather et s'était promis de ne jamais recommencer. Elle devait tenir parole.

Certes, elle devait le convaincre de rejoindre son ordre, mais ce serait autrement qu'avec son amour.

Sentant sa respiration plus sèche, empreinte d'une panique sourde, Allison se releva un peu dans le lit, l'invitant à faire de même. Ils étaient maintenant assis l'un en face de l'autre, une simple couverture cachant leur anatomie. Tendrement, elle posa une main sur sa joue, passant un doigt sur ses lèvres avant d'avancer son visage très près du sien pour, finalement, l'embrasser sensuellement avant de lui susurrer tout en le fixant, amusée:

- « Allez, ouste de chez moi, Firebreather.»

Puis elle s'étira vers sa table de chevet et lui sorti le double des clefs de la voiture qui les avait amenés jusqu'ici.

Il fallait qu'elle laisse le temps à sa proie de reprendre son souffle. Demain, elle irait parler au Président. Les plans venaient clairement de changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Lun 12 Sep - 22:04

Son sang ne fit qu'un tour.

Il devait avoir mal compris, certainement.

Mais quel autre mot ressemblait à FIREBREATHER?

Jusqu'alors il n'avait même pas entendu ce terme de la bouche de quelqu'un. Il avait l'impression de vivre une vie paradoxale où tout ce qu'il était ne convenait pas à ce monde et où tout ce qu'il pourrait être ne se trouvait pas à sa portée. Comme si ce monde à qui il devait appartenir, forcément, n'avait pas voulu de lui et l'avait condamner à errer dans un monde où il était seul.
 
Allison était donc la première personne à le reconnaitre pour ce qu'il était.

Mais c'était aussi la première fois que Lance se sentait autant en danger. À découvert. Et sa première réaction, son premier instinct, était la survie.

Il ne lui vint même pas en tête de nier, de jouer l'innocent ou de juste faire comme si de rien n'était. La peur et la colère s'entremêlait au fond de lui et le feu qui l'habitait s'insurgea tout d'un coup.

Les yeux de Lance devinrent rouge et il sentit son corps littéralement s'enflammer. Horrifié, il recula d'un pas, les paumes levées en direction d'Allison, en position de défense.

Avec tout le calme dont il pouvait faire preuve, malgré l'arc de son corps arqué, prêt à bondir si s'en était trop, il demanda:

« Qu'est-ce que tu as dit ? »

Comme si sa réaction ne venait pas juste de le trahir! Mais peu lui importait, à ce moment précis, ce qu'il avait l'air. Peu lui importait qu'il soit complètement nu, tremblant sous la réalisation que cette fille savait. Qu'il était fini, qu'il avait perdu.

Over my dead body.

Jamais, il ne se déclârerait vaincu sans se battre. Plutôt mourir que de servir de cobayes aux scientifiques fous! Il pouvait entendre son coeur se débattre dans sa poitrine et l'envie urgente de juste... Fire.

To aim and to fire.

Parce que l'énergie qui vibrait entre ses doigts et dans tout son corps était de plus en plus difficile à réfréner. Le problème, c'est qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il faisait, ni de se qu'il risquait de faire en écoutant son instinct.

Il bouillonnait. Ses pensées s'entrechoquaient, toutes plus horripilantes les unes que les autres. En même temps qu'il essayait de comprendre ce que ça signifiait, tout ça, il ne pouvait s'empêcher de se demander Comment elle savait. et Qu'est-ce qu'elle savait.

Qui d'autres savaient?

Lance se sentit pris d'une crise de panique, il manquait d'air et il allait se consumer place.

Allison ne fit qu'un début de mouvement dans sa direction, qu'il reculait déjà d'un pas supplémentaire, les paumes de ses mains braqués sur elle, comme une arme.

« Surtout, ne me touche pas. »

En disant ses mots, il était trop tard. Il sentit ses bras se crisper et des flammes jaillirent de ses paumes illuminant la pièce d'une couleur sombre et lui faisant tourner la tête sous l'assaut de la fumée qui suivit. Il toussa, pétrifié par ses propres actions. Lorsqu'il releva finalement la tête pour regarder devant lui, Allison était fort heureusement intouchée, avec tous ses cheveux en place. Elle ne semblait même pas avoir bronché.

Reprenant ses esprits, Lance ésquiva l'envie soudaine qui le prit de regarder ses paumes afin de les osculter un instant. Il n'avait sentit aucune brûlure et il aurait aimé vérifier si ça avait laissé une quelconque trace sur sa peau. Cependant, il préféra rester en garde et reporter son attention (et ses paumes) vers la jeune femme qui ne semblait nullement décontenancée. Son allure imperturbable devant un tel fléau, plus que tout, l'intimidait.

Il tenta vainement de se calmer, mais les questions se multipliaient dans son esprit et, avant toute chose, il avait besoin de réponses.

« Maintenant, explique moi ce que tu sais. »

Il voulait lui laisser le bénéfice du doute. Elle n'était peut-être pas son ennemie. Il ne devait pas se jeter tête baisser dans une situation qui pourrait l'aider... Il n'arrivait pas à lire celle qui lui faisait face. Il n'arrivait pas à déterminer si elle représentait réellement une menace ou si ce n'était que sa peur d'être découvert qui le minait.

Il devait se rendre à l'évidence - il devait le prouver à l'instant même - il ne pouvait plus nier ce qu'il était. Qui il était. Et il se retrouvait déchiré entre son instinct de survie qui lui criait de juste sacrer son camp au plus vite et la partie plus rationnelle, et indéniablement curieuse qui lui disait d'en profiter pour savoir, enfin!

Il devait se l'avouer mais il ne pourrait pas continuer à vivre très longtemps de la sorte. Toujours sur le qui-vive, à l'affut des nouvelles et craintif de son entourage, du monde entier. Il devait faire face à l'inconnu, face à ses peurs une fois pour toute.

C'est pourquoi il resta planté là, dans la chambre d'Allison, le feu crépitant dans son estomac, prêt à surgir de nouveau.

Son désir de savoir remporta sur son instinct de survie, en espérant qu'il n'avait pas fait le mauvais choix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Lun 12 Sep - 23:37

Allison n'avait certainement pas réfléchi en l'appelant ainsi. C'est que dans son milieu à elle, s'était tellement anodin et courant de parler de pouvoirs, de missions et de qui ils étaient vraiment.

Elle avait négligé le fait qu'il ne savait, ni ne connaissait personne comme eux. Elle était la première à le découvrir sous son vrai jour, à lui ouvrir la porte d'un monde complètement nouveau.

Bougeant très lentement, parce qu'elle ne voulait pas l'apeurer plus qu'il ne l'était déjà, elle se leva du lit, un drap blanc autour de son corps magnifique.

« Qu'est-ce que tu as dit ? »

Sa question la fit sourire légèrement. Elle en profita pour se planter devant lui, à une distance raisonnable afin d'avoir son attention et qu'il garde son focus sur elle.

Quoi qu'à voir la manière dont il l'observait, comme si elle était un monstre de la pire espèce, elle se doutait bien qu'il ne la lâcherait pas d'une semelle. Au cas où elle déciderait de l'achever, sans doute.

Cute. Pensa-t-elle. Si seulement il pouvait savoir à quel point il avait été chanceux ce soir.

- « Tu m'as très bien entendu, Holloway.» Lui dit-elle en voulant avancer.

Sauf que la posture du capitaine des Dragons l'en dissuada. Le but n'était pas qu'ils se battent (Quoi qu'ils avaient déjà échangé une forme de combat, quelques instants plus tôt et ça avait été loin d'être désagréable... )

Allison voulait le convaincre qu'elle n'était pas une menace. Alors, elle devait se résoudre à ne pas agir comme tel et à rester bien sagement où elle était.

Bien que cela ne suffit pas à calmer Lance qui s'enflamma littéralement. Lui ordonnant de rester où elle était, de ne pas le toucher.

Le spectacle était saisissant. Certes, il ne contrôlait absolument pas ce qu'il était en train de faire, mais la puissance qui émanait de lui -Parce qu'elle pouvait la sentir- était des plus impressionnantes.

Jamais, de tous les Firebreather qu'elle avait rencontrés, elle n'avait ressenti autant de puissance à l'état brut.

Son regard avide était braqué sur lui. Et elle ne bougea pas d'un centime tandis que le feu aurait facilement pu l'atteindre. Elle était complètement charmée par l'énergie qui émanait du jeune homme.

Pourquoi le Président voulait-il à ce point se débarrasser de lui? L'ordre ne pouvait pas sérieusement se passer d'une telle machine de guerre!

Quel genre d'élu lui avait-on demandé de tuer? Plusieurs questions la tailladaient bien que rien n'en parut sur son sublime visage. Il était déjà suffisamment apeuré comme ça, elle ne voulait pas en ajouter en aillant l'air perdue elle aussi.

« Maintenant, explique moi ce que tu sais. »

La menaçait-il, là? Allison arqua un sourcil, un petit sourire amusé sur ses lèvres pleines.

Elle utilisa sans vergogne son pouvoir d'attraction sur lui, s'approchant doucement pour arriver à sa hauteur.

Prudemment, elle avança son bras vers la poitrine du jeune homme, désirant y poser les doigts. Elle sentit bien qu'il se crispa sur le coup, mais obéit tout de même, pris par son pouvoir de séduction.

Sans crier gare, une lourde fièvre s'empara du jeune homme tandis que son coeur s'affolait sous la pression qui montait. D'un bras, elle le retenait fermement alors que ses yeux n'avaient pas quittés les siens.

Le tout ne dura que quelques secondes. Parce que de toute manière, utiliser son pouvoir l'épuisait considérablement elle-même sur de longues périodes.

La jeune femme relâcha toute la tension qu'elle exerçait sur Lance et se recula, ne voulant pas qu'il la confonde avec une réelle menace.

- « Je suis comme toi, Lance... À quelques différences près.»

Puis, voyant qu'il était complètement déboussolé, bien que son corps semblait déjà s'en être remis, elle chercha de nouveau ses yeux pour le rassurer.

- « Si j'avais voulu te tuer, Holloway, il y a longtemps que je l'aurais fait.»

Son sourire et ses yeux devinrent plus chaleureux, reprenant cette expression coquine qu'elle avait eu toute la soirée.

- « Tu sais que tu es vraiment sexy quand tu te fâches? », lui lança-t-elle à brûle-pourpoint alors qu'elle revenait s'asseoir sur le matelas. Comme si tout ce qui venait de ce passer était normal.

- « Il est temps que tu partes Cap'tain, j'ai sommeil.»

Lance avait besoin d'un moment pour réfléchir à tout ça. Elle savait bien que le bombarder d'informations, à cinq heures du matin, ça ne servirait absolument à rien.

Reprenant les clefs qui étaient restées sur le lit, elle les lui lança, lui faisant signe de ficher le camp de chez elle.

Elle aussi, elle avait besoin d'un moment pour faire le ménage dans le fouillis de son cerveau. Sentant que son Ordre ne lui avait peut-être pas tout dit.

Bien sûr, elle avait entendu parlé de certaines légendes ou plutôt, certaines rumeurs. Mais avait-elle vraiment devant elle ce genre d'élu? Lui avait-on ordonné d'assassiner LE Firebreather.

Le Président la tenait à ce point en estime qu'on lui avait fait cet honneur (En prétextant que ses théories étaient fondées). Et ce soir, elle laissait délibérément le jeune homme partir, s'objectant une deuxième fois aux ordres qu'on lui avait donnés.

Étrangement, la fine cicatrice qu'elle avait dans le dos l'irrita un peu... Ou était-ce au souvenir de ce moment douloureux que son cerveau s'activait?

Il fallait absolument qu'elle passe un coup de fil. Elle devait se rendre à New-York rapidement pour exposer sa proposition et ce, rapidement.

Elle pouvait arriver à le manipuler, elle en était certaine. Elle arriverait bien à le convaincre que sa vraie famille, c'était l'Ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Dim 18 Sep - 13:20

Si elle avait voulu le rassurer, c'était complètement raté. Il tenta de se déprendre de son emprise, mais quelque chose d'invisible l'en empêcha. Puis, tout d'un coup, il se sentit très mal, comme si sa température interne avait augmenté en flèche en moins de quelques secondes.

Il allait être malade. Et il pouvait parier qu'elle était la source de cette abominable tension qui faisait bouillir son sang dans ses veines.

Aussi vite que c'était arrivé, la douleur s'estompa, ne laissant derrière elle absolument aucune trace. Mais il savait qu'il n'avait pas rêvé... elle avait des pouvoirs.

Libéré d'elle, il recula de dos jusqu'à la porte, incapable de détacher ses yeux de cette... Firebreather, incapable de tout simplement lui répondre.

De toute les fois où il avait imaginé rencontrer quelqu'un comme lui, jamais il ne s'était imaginé ressentir autant de peur. Sa vie était beaucoup plus facile avant, lorsqu'il pouvait fermer les yeux sur ce qu'il était et faire comme s'il était normal. Quand personne ne savait.

Il avait beau être relativement nouveau dans ce monde de magie et il n'était peut-être pas au courant de tout, mais il n'était pas complètement idiot. Il avait bien senti qu'elle utilisait une sorte de pouvoir pour l'amadouer, le séduire, il le savait au fond de lui et il secoua la tête en fermant les yeux pour se concentrer et ne pas se laisser duper par cette forme d'attraction. Déjà, il voyait la différence.

Sans le vouloir, il repassait dans son esprit les événements de la soirée et de la nuit, essayant de retracer des indices, des failles qui auraient pu lui mettre la puce à l'oreille quant aux intentions d'Allison. Pourquoi l'avait-elle séduite? Quel était donc son but en le ramenant chez elle? Que lui voulait-elle?

Jamais il ne s'était senti autant en danger et il devait s'en aller d'ici au plus vite. Il aurait le temps de réfléchir à tout ça plus tard.

Il ne prit pas les clés qu'elle lui offrit car il ne voulait pas lui devoir quoique ce soit et surtout il ne voulait jamais la revoir.

Elle le laissa sortir de la pièce sans tenter de le retenir thank fucking god et lorsqu'il fut hors de sa vue, il se précipita vers la sortie sans regarder derrière lui.

Une fois à l'extérieur, il resta immobile, l'adrénalyne pulsant dans ses veines et faisant pomper son coeur. C'est que différents scénario défilaient dans sa tête; tous plus macabre les uns que les autres, mais ayant tous le même dénouement: lui, mort, aux mains d'Allison. Ses jambes flageollante semblaient être encastrée dans le béton tellement elles étaient lourdes. Il avait de la difficulté à s'orienter, comme s'il n'arrivait pas à reconnaître les environs, la vue cachée par un voile sombre. Il prit enfin sur lui et s'éloigna rapidement.

Il marchait d'un bon pas, le coeur battant la chamade, incapable de juste se mettre à courir. Autour de lui, tout semblait calme. Il était encore tôt et la rue semblait déserte. Il prit une direction au hasard; mais insconsciemment il avait choisie celle qui lui permettait de sortir le plus rapidement de cette rue. Il osa jeter un coup d'oeil derrière lui, comme s'il s'attendait à voir Allison apparaître et se mettre à sa poursuite.

Qu'allait-il faire? Elle savait certainement qu'il fréquentait le collège et elle pourrait très facilement le retrouver. Peut-être même s'y était-elle enrôler?

N'ayant aucun allié ni personne vers qui se tourner, Lance perdait rapidement la tête. Une chose à la fois, se dit-il. Tout d'abord, rentrer au Collège par n'importe quel moyen, et ensuite je pourrai prendre des dispositions afin de trouver un moyen de me défendre.

Une seule chose le réconfortait dans toute cette histoire: son pouvoir.

Pour la première fois, il avait vu ce qu'il était capable de faire; il avait demandé à ce feu qui l'habitait de se montrer et ce dernier lui avait répondu. Certes, il était loin de le maîtriser mais avec de la pratique et beaucoup de concentration peut-être parviendrait-il à pouvoir véritablement utiliser ce don pour se défendre.

Pour se défendre contre d'autres comme lui.

C'était étrange qu'il avait rêvé de ce moment où il ne serait plus seul et que lorsque son souhait était exaucé, il prenait les jambes à son cou.


Une voiture passa tranquilement à côté de lui et ralentit à ses côtés. Il fit le saut, perdu dans ses pensées, mais relaxa presqu'aussitôt. Cette jolie blonde au volant n'était pas Allison. Il tenta de faire comme s'il n'était pas en train de complètement freaker de l'intérieur et s'approcha lentement de la voiture lorsque la fenêtre s'abaissa.

« Je tourne en rond depuis des lustres », lui dit la blonde, l'air définitivement perdue. « Je cherche le collège de Brimwood ».

« Tu ne sais pas à quel point tu tombes bien », répondit-il avec un soupir de soulagement. « C'est encore un bon bout vers l'est, si je me souviens bien. Je fréquente le collège justement. Je peux t'indiquer le chemin si tu m'y emmène ».

Il se félicita de se montrer aussi calme et nonchalant, lui offrant un sourire sincère. Il ne connaissait réellement pas sa chance.

« Lance », se présenta-t-il après qu'elle lui ait offrit d'embarquer dans la voiture.

À l'abri pour le moment, il pu enfin relâcher les tensions et relaxer contre le siège passager. En donnant les directives pour se rendre au collège, il ne put résister à regarder une dernière fois derrière lui, sentant qu'il laissait derrière un danger imminent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Fenworth Junior

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Dim 18 Sep - 21:46

Stationné devant la villa d'Allison Rainwrite, tapis dans l'ombre, Alec observait la rue déserte et fulminait silencieusement en cette heure matinale.

C'est qu'il n'avait pas exactement prévu devoir jouer les agent actif. Il avait beaucoup mieux à faire. D'ordinaire, il pouvait passer des jours entiers, comme en transe, drivé par ce besoin vital d'expérimenter et de faire de nouvelles découvertes sur les porteurs d'éléments. Personne encore n'avait son audace, ni les ressources dont il disposait pour mener à bien tous ses projets, ses expériences et ses essais cliniques.

L'arracher à son laboratoire, c'était de repousser de plusieurs jours des résultats qui pourraient changer la vision du monde telle quelle était présentement.

Et c'est pourtant ce qu'on avait fait ce matin. Il procurait à l'Ordre divers détails et éléments cruciaux de ses recherches et les résultats de ses découvertes. C'était leur entente. En retour, ceux-ci le laissait tranquille.

Mais pas ce matin.

Non. Ce matin, on l'avait tiré de son repère alors qu'il était en train d'échafauder l'une des expériences les plus importante de sa carrière et qu'il était sur le point de percer le mystère des Firebreather.

« A matter that requires your immediate attention and your direct intervention », lui avait dit son grand-père qui, il va sans dire, s'était déplacé de l'Allemagne jusqu'à New York pour venir faire entendre raison à son petit fils. (Il savait désormais d'emblée qu'Alec n'aimait être dérangé par qui que ce soit lorsqu'il était dans sa zone de travail et dans cet état d'esprit; le téléphone par exemple n'était pas suffisant pour le sortir de sa torpeur).

« What the hell does that even mean? », répondit-il sans quitter des yeux l'élément de fer qu'il venait de sortir à main nue de la forge de fortune qu'il s'était construite.

Le président de l'Ordre ne parut pas du tout impressionné par le feu ardent qui crépitait sur l'élément de fer bouillant qu'il tenait au creux de sa paume.

Énnuyé d'être ainsi dérangé, Alec passa à la prochaine étape avec toute la concentration qui lui était possible de prodiguer à son expérience actuelle, le centre de sa vie. Mais la présence silencieuse de son grand-père et surtout les raisons de sa visite nocturne à... quatre heure du matin le taraudait.

Que pouvait-il être si important qu'aucun des minions de l'Ordre ne pouvait exécuter sans créer la troisième guerre mondiale?

Comme un ado récalcitrant, Alec s'était fait grondé et avait eu droit à un speach sur les responsabilités et devoirs d'un Fierces de son calibre. Comme il en avait déjà eu plein de fois dans sa vie.

Il n'en avait plus rien à cirer et il ne se fit pas prier pour en faire part à son grand-père.

De tous ses petits enfants et autres Fierces sous ses ordres, le président ne tolérait cette attitude mal élevée et ridiculeusement impolie que de la part de son petit fils aîné. Parce qu'il avait beaucoup plus de valeur à ses yeux que tous les autres réunis.

Il avait bien tenté de lui faire entendre raison à ce petit fils anti social et délibérément ingrat, qui ne pouvait tolérer quiconque n'avait pas un esprit aussi brillant que le sien - c'est-à-dire le monde entier, mais avait finalement décider d'abandonner la partie. Au final, il obtiendrait beaucoup plus de coopération chez Alec s'il abdiquait sur cette partie là de leur communication. Les résultats de toutes ses expériences valaient cent fois le coût par conséquence minime de son insuportable, intolérable tempérament.

Alors il ne répliquait pas la plupart du temps et laissant Alec faire et agir comme bon lui semblait.

Excepté ce matin.

Ce matin, avant même le lever du jour, l'humeur du président était aussi belliqueuse et épouvatable qu'Alec dans ses pires moments.

Implacable, les deux hommes, très semblables, s'étaient fait face avec la même aura de contrôle et de dominance.

Mais lorsqu'il avait su ce qui avait mis le président dans un tel état, Alec avait abdiqué.

Avec beaucoup de réticence, il avait laissé derrière lui son expérience du moment - devenue insolvable - s'il ne la terminait pas dans l'instant, afin de prendre l'un des jets privés de l'Ordre pour se rendre à L.A.

Voilà pourquoi il se trouvait maintenant dans une voiture banale à épier la rue déserte où Allison était sensée exécuter la mission la plus simple qui soit: enlever la vie d'un certain Lance Holloway, Oblivious.

Et il venait d'assister à la sortie de M. Deadman qui longeait dévalait maintenant la rue d'un pas rapide.

Alec se prit la tête entre les mains, saisi ses cheveux dans une poignée de main impatiente et envoya valser son point dans le volant.

Allison était supposée être l'une des agentes les plus prometteuses de l'Ordre au complet. Why the fuck did she let him walk out of there alive?

Il sortit de la voiture et laissa le claquement bruital de la portière briser le calme ambiant du début de journée. Sans un regard vers la cible qui s'enfuyait et que Lance aurait l'occasion de rattraper plus tard, il décida plutôt de jeter toute sa hargne, sa déception et sa mauvaise énergie vers celle qui venait délibérément d'échouer la mission qu'on lui avait confiée.

Il entra d'un pas assuré dans l'appartement, sans même se douter de sa permission d'entrer; tout lui était toujours permis de toute façon.

La porte de la chambre s'ouvrit à la volée et laissa apparaître un Alec dont l'humeur massacrante était devenue down right exécrable à la seconde où il avait été témoin de l'inaction de celle qui avait un jour été une alliée.

« What the fuck is wrong with you? Why did you let him go? »

Il ne prit pas la peine de remarquer si la jeune femme était décente. Cela n'avait absolument aucune importance. La seule chose qu'il avait en tête c'était cette incompréhension qui expliquerait pourquoi elle n'avait pas cru bon d'obéir aux ordres.

Il n'était certes pas le meilleur exemple de parfaite obéissance mais il était Alec Fenworth Junior, il pouvait très bien se passer d'ordres, thank you very much.

Il se planta devant elle, à deux pouces de son visage, et il faisait peur à voir: son allure en tout temps exemplaire ne passait pas le test ce matin. Il avait une chemise froissée et ses cheveux sans gel coiffant volait dans tous les sens. Il avait les yeux cerné de celui qui n'a pas dormi depuis des jours et ses yeux sombres d'ordinaire étaient présentement noirs de fureur.

Ses mains se resserrèrent sur les bras d'Allison qu'il aurait voulu secouer comme une poupée. Elle ne comprenait donc pas qu'elle venait de foutre en l'air son avenir en entier?

Pas que cela l'affectait, lui. Non. Il était absolument incapable de ressentir un quelconque sentiment d'empathie.

Mais il pouvait discerner une énergie très forte émaner de cette pièce où il se trouvait, la chambre d'Allison, sans aucun doute. Comme si, il y a quelques minutes, une altercation de pouvoir avait eu lieu.

Son regard devint songeur, puis une étincelle de curiosité illumina ses prunelles marron.

« I know you, Allison. You live everything with passion.» À ces mots, il fit glisser ses doigts sur les bras nus de la Fierces. « Serais-tu tombée sous le charme de son pouvoir, à lui? »

Allison possédait un très fort pouvoir d'attraction. Il le savait, il l'avait lui-même aidée à le perfectionner.

C'est fou, mais à la seule pensée qu'elle faisait cette expérience-là avec un autre Firebreather, il était redevenu rouge de colère. Il savait que c'était excessif et déplacé et il n'avait aucune idée d'où provenait ce sentiment, mais il avait autre chose à faire que de se questionner sur ses états d'âmes.

Son emprise sur ses bras se fit plus brusque, demandant. Il voulait une réponse, right now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Mar 20 Sep - 13:22

Encore imprégnée de l'odeur et de la force du pouvoir qui avait émané de Lance, Allison était restée assise sur le bord de son lit, songeuse et... Étrangement triste.

C'était donc ça, ce sentiment désagréable d'être un monstre. Jamais, on ne l'avait regardé avec ce dégoût. La peur, oui, elle l'avait lu bien des fois dans les regards. Sauf, qu'ils s'étaient souvent s'agit de regards qui appartenaient à des gens comme elle, avec des pouvoirs.

L'idée que Lance l'avait tant désirée il y a un instant et que maintenant, il venait de la fuir comme si elle était une lépreuse l'énervait grandement.

Où avait-elle fait une erreur? Elle avait été franche avec lui. Dégageait-elle une énergie si destructrice?

Peu importe, la question n'était même pas là. Elle venait littéralement d'enfreindre les ordres qu'on lui avait donnés, en plus d'échouer la nouvelle mission qu'elle s'était elle-même donnée, soit amadouer Lance pour qu'il la suive dans son camp.

Il fallait qu'elle fasse mieux, beaucoup mieux. Jamais, elle n'avait échoué une quelconque mission. Il n'était certainement pas vrai que le beau Firebreather allait faire d'elle la risée de l'Ordre. Elle était la plus manipulatrice d'entre toutes, elle trouverait bien une manière de l'amadouer.

Prenant un grand respire, elle posa ses yeux sur le joli cadran chromé qui était sur sa table de chevet pour réaliser qu'il était déjà 5h30 du matin. Ok, dormir et ensuite on verra.

Elle savait une chose, elle devait laisser un peu de temps à Lance pour s'en remettre. Du temps, c'est tout ce dont elle avait besoin pour mener à terme ce projet.

Enfilant une longue camisole blanche qui laissait très bien voir les courbes qu'elle possédait en dessous, elle se rendit à la cuisine pour se chercher un verre d'eau et deux aspirines avant de remonter à la chambre pour le peu de temps de sommeil qu'il lui restait.

C'est alors qu'elle allait déposer son verre sur sa commode pour se déshabiller- quoi qu'il n'y avait pas grand chose à enlever- que la porte s'ouvrit avec fracas.

- ''Lance?'', questionna-t-elle tandis qu'elle tournait la tête au même moment.

Le verre éclata au sol, l'eau se répandant à ses pieds. La belle brune perdit totalement contenance durant quelques secondes, pétrifiée sur place.

AFJ, dans sa chambre, alors qu'elle n'était pas du tout présentable. Alec, qu'elle n'avait pas revu depuis des lustres. Ce même type qui...

Elle arrêta son cerveau à ce souvenir douloureux, sa cicatrice commençant à la démanger.

Elle finit par reprendre contenance, se raidissant alors qu'il approchait dangereusement d'elle, lui agrippant solidement le bras. Elle ne tenta pas de s'en dérober. De toute manière, elle connaissait trop bien le personnage. Essayer de fuir aurait été la pire erreur à faire. Si Allison aimait chasser, Alec était cent fois pire.

« What the fuck is wrong with you? Why did you let him go? »

Il était dans une telle colère! Jamais, il n'avait été aussi intense avec elle. La jeune femme se surprit à être étonnée d'être encore en vie. Et ne répondit même pas à sa question sur le coup.

Le verre avait craqué sous ses chaussures, alors que ses pieds à elle accusaient les petits morceaux qui lui lacérait la chaire sur la plante des pieds, faisant quelques marques de sang sur la moquette blanche. Son visage restait qu'en à lui de marbre. En aucun cas, elle ne voulait lui donner ce qu'il aimait plus que tout, lire la peur dans ses yeux.

Allison avait tout donné à ce fils de pute. Elle lui avait offert son coeur et son âme. Il avait bien sûr tout pris. Il l'avait littéralement dépouillée d'elle-même, ne lui laissant qu'une enveloppe charnel et immensément de haine.

Après lui, elle était devenue une véritable machine à tuer. Là-dessus, elle lui en était presque reconnaissante puisque c'est ce qui lui avait permis de monter aussi rapidement dans l'Ordre. Il avait tué en elle tout ce qui lui restait de bon et de pur.

Du moins, c'est ce qu'elle avait cru jusqu'à ce soir. Lance semblait avoir rallumer en elle quelque chose de plus ''humain''. Certes, elle n'oubliait pas le but de l'Ordre et partageait toujours ses idéaux, mais elle ne fonçait plus tête baisser sans se questionner sur le fond de sa mission.

« Serais-tu tombée sous le charme de son pouvoir, à lui? », la questionna-t-il en faisant glisser ses doigts sur sa peau nue, lui procurant un léger frisson.

Oui, le pouvoir du capitaine des Dragons l'avait sidérée. Et plus elle y repensait, plus elle sentait que son énergie n'était pas comme celle des autres Firebreather.

Sauf qu'avec Alec aussi près d'elle, elle n'arrivait pas à garder toute sa tête. Il lui avait toujours embrouillé les sens, son pouvoir d'attraction jouant sur elle comme un marionnettiste avec sa poupée.

C'est lorsqu'il lui repris fermement le bras, à lui en faire mal, qu'elle se trouva en pleine possession de ses moyens. Si elle voulait survivre à ce psychopathe, elle devait user de plus d'assurance que ça. Et elle voyait bien qu'il s'impatientait.

- '' Je te croyais beaucoup plus perspicace que ça A. À croire que toutes ces années reclus dans ton labo t'ont coupé du monde.''

Ok, c'était sans doute trop d'assurance. Mais, elle n'y pouvait rien. Le sarcasme, c'était son mécanisme de défense. Et, avec lui, c'était certes un pari dangereux, mais Alec avait toujours aimé son audace et ce qu'elle dégageait lorsqu'elle utilisait son pouvoir d'attraction.

Elle se rapprocha encore plus près de lui (Comme si c'était vraiment possible) afin d'avoir toute son attention et d'ancrer ses yeux magnifique dans ceux du jeune homme, noirs de colère.

- '' Seriously? Soit plus brillant que ça, Fenworth. Si j'ai laissé filé ce gars, c'est que j'ai une bonne raison.''

Puis, elle se dégagea de son emprise, faisant bien attention où elle mettait les pieds avant de lui faire dos et de se rapprocher de son lit tandis qu'elle retirait le seul vêtement qu'elle avait sur elle, exposant sa cicatrice à son auteur.

- '' On en reparlera plus tard, là j'ai sommeil... C'est que ça vide d'énergie, un Firebreather comme Lui.''

Puis elle tourna légèrement la tête, lui faisant toujours dos, affichant un sourire narquois. Elle aussi, elle était en colère. Et s'était sa manière de le démontrer, en le narguant.

Alec avait toujours été possessif avec ses jouets et ça faisait un plaisir monstre à Allison de lui montrer qu'il y en avait un autre, tout aussi à la hauteur, sinon plus que lui, qui s'était amusé avec la jolie brune.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Fenworth Junior

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Lun 26 Sep - 20:24

« Oh no you don’t! »

Il avait parlé plus rapidement qu’il avait pu réfléchir. Il ne savait pas lui-même ce à quoi il faisait référence, exactement. Cela pouvait aussi bien dire qu’il voulait l’empêcher d’aller au lit, - parce que franchement, ils avaient bien mieux à faire que d’aller dormir – mais c’est surtout le dernier mot qui le pris par surprise et fit surgir en lui une telle fureur – et d’autres sentiments qu’il n’arrivait pas  à lire…

C’est qu’Alec ne connaissait pas beaucoup d’émotions. Et il en ressentait encore moins. Il n’oserait jamais avouer, par exemple, qu’Allison avait su comment le sortir de sa zone de confort et lui soutirer des émotions que jamais il n’aurait cru ressentir auparavant. Il avait toutefois cru bon de ne jamais évoquer ces sentiments et de les taire au plus profond de lui – comme il le faisait avec tout ce qui était incompréhensible et donc indubitablement inutile. Il n’aimait que les mystères qui faisaient du sens et auquel terme il pouvait donner une explication tangible et accessible. Ce qui relevait, entre autre, de la science.

Il aimait tout autant jouer avec les émotions humaines pour en relever des expériences enrichissantes, mais jamais il ne jouait ou ne se questionnait sur ses propres émotions.

C’est pourquoi le sentiment qui le prit par les tripes lorsqu’elle mentionna que : «ça vide d'énergie, un Firebreather comme Lui », il ne put le qualifier de « jalousie » ou de « possessivité » parce qu’il ne connaissait tout simplement pas ces termes lorsqu’ils étaient liés à lui.

Cette remarque le piqua au vif et sa colère sembla se décupler d’un coup. Elle le narguait et ça ne faisait que le rendre plus agressif encore. Si son but était de l’amadouer, elle était tombé complètement à côté de la plaque.

Il aurait voulu la saisir par la gorge et la trucider, sur-le-champs. Comment faisait-elle pour raviver cette tempête en lui? Cet amas de douleur-plaisir-colère-fureur-passion qui le tenaillait lorsqu’elle se trouvait dans les parages et l’affrontait avec ses airs de princesses du sud et son sarcasme déglingué. Il était terriblement ennuyé de son comportement et tout autant amusé, car elle lui rappelait son propre humour désopilant et sa perception sadique du monde.

Il n’avait pas l’occurrence de croire à une supériorité, ou en un être ultime, mais lorsqu’il regardait Allison, il voyait une âme perdue, esseulée et maltraitée qui lui faisait plaisir pour la seule raison qu’elle existait et qu’il avait contribué à la rendre amère et vindicative, comme s’il l’avait un peu façonnée à sa façon afin qu’elle partage sa vision du monde et sa solitude.

Pourtant, à cet instant précis, le créateur n’était pas fier de sa création. Elle était une honte face à tout ce qu'il avait accompli. Il avait promis une active capable de tout ce dont lui était capable – enfin à quelques petites choses près – mais en tous points insensible à la douleur, que ce soit celle prodiguée à autrui ou la souffrance qu'on lui infligeait à elle.  

Et Alec en connaissait toute une panoplie sur la douleur qu’on pouvait infliger à Allison sans qu’elle batte d’un œil. Ça lui avait pris beaucoup de temps, de patience et  de soins pour arriver à créer le parfait soldat.

Alors c’était une honte à ses propres skills que de savoir qu’elle avait trahit leur training, qu’elle avait échoué une mission aussi simple, et ce, délibérément. Ça le rendait fou de rage. S’il y avait une chose dans tout ce monde qui comptait à ses yeux, c’étaient ses résultats. Ce qu’il était capable de faire, comment il révolutionnait le monde. Et elle venait de crever ce qu’il avait construit jusqu’ici.

Il l’attrapa par le bras et la tira hors du lit avec une telle force qu’il aurait probablement déboîté l’épaule de quelqu’un d’autre – mais Allison était une habituée de la violence et l’agressivité qui l’habitait (et le quittait semblait-il selon la convenance).

«Oh no you don’t », répéta-t-il pour faire plus d’effet. « You don’t get to tell me how much you enjoyed him and how powerful he is, not if you don’t want me to go and rip his heart out right NOW. »

Il prit une seconde pour admirer le subtil sourcillement de frayeur sur le visage de la belle Fierces.

Parce que celle-ci savait désormais qu’il mettait toujours ses menaces à exécution.

« Give me ONE good reason why I shouldn’t? You know I would enjoy it.»

Il étudia son profil comme il l'avait fait si souvent auparavant, et bien qu'elle pouvait se cacher aux yeux du monde, Alec la connaissait trop bien pour ne pas lire en elle comme un livre ouvert.

Il pencha la tête de côté comme un animal guettant sa proie avant de bondir.

Après la rage, le silence. Et  c'est là qu'on pouvait ressentir à quel point Alec était dangereux, car il était d'ordinaire excentrique et - disons-le - carrément fou. Excepté en mission. Lors d'une OP,  un peu comme aujourd'hui,  lorsqu'il n'avait pas dormi depuis des jours et qu'il devait rester stoïque,  silencieux, à épier sa cible, c'est dans des silences comme celui-là qu'il était le plus à craindre.

« Is there too much humanity left in you? Do we have to start all over again?»

En disant ces mots, on pouvait entendre le cliquetis d'un briquet qu'on ouvre et qu'on referme sans arrêt. C'était une manie d'Alec, un tic qu'il avait développé en même temps que son pouvoir.

Il était bien connu que la plupart des Firebreather qui pouvaient contrôler le feu, ne pouvaient toutefois pas le faire apparaître à partir de rien. C'est pourquoi le Fierces avait toujours sur lui (et la plupart du temps dans sa main) un briquet hors de prix de la marque Zippo, prêt à être utilisé dans n'importe quel circonstance. Sa meilleure arme, et sa meilleure amie. Et lorsqu'il l'avait dans les mains, c'était souvent de mauvaise augure.

Il fit une moue dubitative et, sans détourner son regard acéré de celui d'Allison, lui demanda en prenant une voix innocente:

« Would you like that? To start over?»

Tout en parlant, il fit glisser le briquet le long de la peau nue d'Allison, comme un gamin qui s'amuse avec une petite voiturette. Il n'ouvrit pas le briquet, mais ses intentions étaient très claires.

« Or would you prefer the knife? I don't have it with me  - I don't enjoy it so much with others... » continua-t-il sur le ton de la conversation. « Of all of my playthings, no one submits to the knife more beautifully than you do ».

Il s'arrêta un instant afin de lui laisser le temps d'imaginer tout ce qu'il ne disait pas et, pensif, il poursuivit:

« Do you think he would like it? The Deadman? Maybe I could play with him a little before I strangled him, or set him on fire. Too bad I let the knife at home... you see I hadn't anticipated the fact that you would FAIL so spectacularly...»

« Now. Your choice. Do I get to play with you? Or with him?»

Sur ce dernier mot, il alluma le briquet et la lueur vacillante de la flamme se refléta dans ses yeux sombres.

« Now, you can't be that sleepy, 'cause I haven't slept in days and I feel awesome! So. What will it be?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Lun 26 Sep - 22:39

« You don't» ... C'était sans doute le commandement qui avait forgé sa vie. Sa mère le lui avait répété à maintes reprises, ses petits amis de l'époque prétextaient toujours qu'elle ne pouvait pas faire si ou cela sous prétexte qu'elle n'était que jolie.

Et il y avait Alec qui, sans scrupule et avec délectation, avait fait d'elle son ombre, sa servante, son cobaye. Qui lui avait dicté ses faits et gestes, taisant toute forme de rébellion en elle.

Et elle avait obéi. À tout ce qu'il avait bien voulu faire, elle avait dit oui. Sans broncher, sans poser de questions ni se plaindre. Il l'avait dompté comme un chien d'attaque: fidèle lorsque son maître lui présentait sa main.

Sauf qu'il y avait longtemps maintenant qu'il ne tenait plus la laisse. Et surtout, il avait oublié un détail primordiale, un chien affamé et négligé pouvait mordre n'importe qui...

Et il s'avérait que la jeune femme était affamée de cette autre partie d'Alec dont elle avait sans doute été la seule témoin. Ce côté de lui-même qu'il détestait et dont il n'avais jamais osé s'attarder. Ce sentiment étrange qu'elle avait pourtant lu, il y a longtemps, dans son regard et qui le connectait un peu plus au monde des humains. Ce sentiment dont elle était certaine d'être la seule à avoir pu lui faire éprouver.

Cette douceur que Lance, lui, possédait et qui l'avait immédiatement séduite.

Sauf que l'homme qui se tenait devant elle présentement avait fait mourir ce côté de sa personnalité et dès lors, les sentiments qu'elle avait éprouvé pour lui s'étaient amenuisés.

Mais peu importait ce qu'elle pouvait ressentir, la chose primordiale pour l'instant était de survivre. Ce n'était certes pas la première fois qu'elle se retrouvait dans une situation précaire en présence du petit-fils du Président. Excepté que cette fois-ci, elle devait donner une bonne raison à Alec de la laisser en vie et de lui prouver qu'elle avait fait le bon choix.

L'arrachant du lit, parce qu'elle se doutait bien qu'il ne se serait pas contenté de la regarder dormir, il vociféra des menaces qui la firent frissonner.

« You don’t get to tell me how much you enjoyed him and how powerful he is, not if you don’t want me to go and rip his heart out right NOW. »

Allison ferma momentanément les yeux tandis qu'une image horrible de Lance, ensanglanté et la poitrine trouée, gisait au sol à ses pieds, le sang humectant la moquette blanche.

Concentration. Elle devait garder le focus et ancra donc son regard de nouveau dans celui de l'homme sénile devant elle. Et préféra ne rien répondre alors qu'il déferlait sur elle un flot de paroles colériques.

« Give me ONE good reason why I shouldn’t? You know I would enjoy it.»

Une raison, une seule. Et elle ne devait pas se tromper, sinon elle savait très bien que la dernière chose qu'elle verrait, serait les murs blancs et aseptisés du laboratoire d'Alec.

Lancer une telle supposition devait se faire sur une base solide. Son instinct, encore à l'instant, lui criait qu'elle ne faisait pas fausse route. Mais est-ce que cela suffirait à prouver sa théorie? Est-ce qu'Alec voudrait seulement prendre le temps de l'écouter? Il était dans un tel état qu'elle se doutait même qu'il entende si elle devait ouvrir la bouche.

Le silence avait pris possession de la pièce. La tension était palpable et elle sentait l'énergie de son interlocuteur comme une décharge électrique prête à sauter.

Un vertige la prit lorsque le cliquetis du briquet se fit entendre. Les battements de son coeur accélérèrent, mais elle ne fit aucun geste pour tenter de se sauver. C'était inutile. Elle était prise au piège, nue comme un vers, entre les mains de celui qui l'avait détruite... Ou fait naître (Selon la version).

« Is there too much humanity left in you? Do we have to start all over again?»

Bien que son langage corporel ne révélait absolument rien de la panique sourde qui était en train de la gagner, ses yeux, eux, s'emplirent de larmes qu'elle réussit toutefois à contenir.

Toutes les tortures que le scientifique lui avait infligées, la belle Firebreather pouvait encore les ressentir. Elle entendait encore le propre son de sa voix alors qu'elle hurlait, au début, de douleur. Ses pleures qu'elle n'arrivait pas, à l'époque, à contenir tandis qu'elle le suppliait d'arrêter. Et ce sentiment de dégoût qu'elle avait alors envers elle-même parce qu'elle se trouvait faible et que la déception de son master se lisait sur son visage.

Elle fit un signe négatif de la tête pour toute réponse, parce qu'elle savait qu'ouvrir la bouche trahirait ses émotions.

C'est alors qu'il jouait avec son briquet sur sa peau basanée qu'il put voir la chaire de poule la gagner en entier. La température dans la pièce était agréable, mais le métal du Zippo lui, faisait étrangement penser à la froideur de la lame du couteau qu'il était en train de décrire tandis que sa «voiturette» arrêtait dans son dos, suivant la route de la cicatrice qu'il lui avait infligée autrefois.

« Do you think he would like it? The Deadman? Maybe I could play with him a little before I strangled him, or set him on fire. Too bad I let the knife at home... you see I hadn't anticipated the fact that you would FAIL so spectacularly...»

Rainwrite était à sa merci. Et elle n'arrivait pourtant pas à se détacher complètement de lui. Comme si une partie d'elle, plus vicieuse et sombre, voulait lui faire plaisir de nouveau. C'était étrange, ce lien invisible qui les unissaient. Même Alec l'avait toujours ressenti. Et le fait qu'il soit si déçu d'elle, bien qu'elle sache qu'elle avait fait le bon choix, la dérangeait énormément et venait égrainer son orgueil en milles morceaux.

« Now. Your choice. Do I get to play with you? Or with him?»

Il dut sentir son corps se figer alors qu'il venait de lui poser son ultimatum. Son corps amorça un mouvement instinctif de recul tandis que l'étau qu'exerçait la main d'Alec sur son bras se fit plus ferme. Elle regretta aussitôt ce mouvement spontané alors que naissait un sourire sadique sur les lèvres du beau jeune homme.

AFJ alluma le briquet, une flamme vacillante naissant entre eux.

« Now, you can't be that sleepy, 'cause I haven't slept in days and I feel awesome! So. What will it be?

Le choix qu'il lui offrait n'en était pas un. Allison savait qu'il mourrait d'envie de jouer avec elle. Et elle savait également que Lance, malgré toute la puissance de son pouvoir, se ferait détruire très rapidement puisqu'il semblait n'avoir aucun contrôle sur ce qu'il faisait.

Elle leva doucement la main, l'assurant qu'elle ne tentait pas un mouvement brusque, et vint cueillir la flamme du bout des doigts, jouant avec elle avant de la remettre en place, l'air pensive.

- « It will be me. J'ai toujours été à toi, master.» Lui dit-elle d'une voix qu'elle voulait le plus empreinte d'assurance possible.

- « Mais j'ai un autre jeu à te proposer A. S'il s'avère que j'ai raison, alors on fera comme je l'entends. Dans le cas inverse...»

Lentement, elle se pencha sur son visage, aguichante (Bien que tremblante), et posa ses lèvres sur les siennes dans un court baiser sensuel et prometteur.

Si elle devait avoir tord, et qu'il devait s'avérer que Lance n'était pas le descendant directe du premier Firebreather comme elle le pressentait, alors Allison finirait comme bon semblait à AFJ.

- « Il est un Undoubted, Alec.»

Le regard de l'homme changea, tandis qu'il la questionnait avidement du regard.

- « Il a fait jaillir le feu de nul part, devant moi...»

Il n'y en avait qu'un dans le monde capable d'une telle chose, et Alec avait maintenant la possibilité de le posséder pour lui seul. Allison savait à quel point il aimait les choses différentes, uniques. Elle savait, si sa théorie devenait fondée, que le chasseur ferait tout pour récupérer sa proie.

- « Il pourrait devenir une arme redoutable pour notre Ordre. Avec lui, la guerre serait gagnée d'avance.»

Et ce qui la travaillait depuis le départ de Lance était que s'il était un Élus privilégier, c'est donc qu'il y en avait trois autres... Cette partie de leur histoire n'était donc pas qu'une légende.

Le silence se fit de nouveau alors qu'elle rallumait le briquet qui s'était éteint dans la main du Fierces.

- « So, do you want play with me?»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Fenworth Junior

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Dim 9 Oct - 17:01

« Il est un Undoubted, Alec.»

Cette phrase, il ne cessait de la repasser dans sa tête en essayant de lui donner un sens; comme si ça ne se pouvait pas, que c'était absolument improbable qu'elle ait prononcé ce mot.

Undoubted.


Impossible.

Il n'y parvenait simplement pas. À partir du moment où Allison avait prononcé ce mot, elle avait à la fois capté toute l'attenton d'Alec, et en même temps, elle l'avait perdu, car il était entré dans une sorte de transe dans laquelle mille pensées se confrontaient; divers scénarios, divers possibilités filaient dans son esprit, à toute allure, ne lui laissant guerre le temps de s'accrocher à une seule idée. Ses pensées défilèrent sous ses yeux; toutes les recherches effectuées, toutes les expériences qu'il avait menées à terme, toutes les connaissances qu'il avait acquises aujourd'hui grâce à son travail acharné.

Enfin, son esprit cessa de tourbilloner et une pensée ressortit du lot. More research. Il devait en savoir plus; connaître, découvrir, savoir était à la base de sa constitution: sa seule raison d'exister.

Si Allison avait besoin que d'une seule bonne raison pour éviter que l'Ordre ne mène à bien cette mission, elle l'avait trouvée.

Mais était-ce la vérité ou du bluff? La Fierce le connaissait trop bien, elle savait ce que Undoubted allait venir éveiller en lui; un désir intenable et malveillant d'obtenir, de voir, de savoir et d'expérimenter. Afin de s'assurer de la véracité de ses propos. Et si c'était bel et bien ce qu'elle prétendait... l'occasion était beaucoup trop belle pour risquer de la rater.

Alec commençait à peine à imaginer ce que ça voudrait dire, les expériences qu'il allait pouvoir mener; il allait enfin comprendre.

Et, comme toujours, il serait le premier. Le seul à avoir pu élucider cette fameuse légende qu'encore aujourd'hui on avait peine à croire.

Oh. Rainwrite était mieux de dire la vérité! Parce que maintenant que l'idée avait germé dans son esprit, Alec ne voudrait plus jamais perdre cette chance. Maintenant, il était trop tard; le mal était fait.

Le désir qui brûlait au fond de lui n'avait rien à voir avec le désir charnel (une distraction, rien de plus). Non. C'était à la fois beaucoup plus pur et beaucoup plus fort que le simple fait d'assouvir une pulsion. C'était tout à la fois; son métier, sa drogue et tout son être. Sa passion. Son high. Il ne vivait que par l'entremise de ce qu'il expérimentait. Et ce qu'Allison lui offrait sur un plateau d'argent, c'était l'expérience du siècle.

Dans un accès de colère qu'il ne put réprimer, il attrapa la jeune femme à la gorge et l'accula au pied du mur, la soulevant dans les airs et serrant sa main à son cou avec vigueur.

« This will be your only chance. If you lied to me. If you lied about this. There will be no turning back. I will crush you.»

Sentant qu'elle était au bout de son réservoir d'air, il la fit glisser le long du mur, afin que ses pieds puissent s'ancrer au sol. Mais sa tirade n'était pas terminée et sa main, bien que moins fermement obtrusive, avait gardé la même position contre sa gorge; la menace était bien clair.

« What you've been trough so far will be NOTHING compared to what I will put you through if it turned out you were wrong. »

Il la libéra de l'étau de sa main et elle s'écroula sur le sol, à bout de souffle. Alec lui jeta un regard désintéressé, puis leva les yeux au ciel avant de la malmener pour la ramener sur le lit. À la vue de la belle Fierces étendue, vulnérable et tout à fait à sa merci, son langage corporel changea brusquement; les traits de son visage se radoucirent et une lueur bienveillant brilla au creux de ses prunelles glacées.

« Now, I want you to thonk very carefully about your answer because, as I said, I am willing to give you a chance.»

Il s'accroupit afin d'être à la hauteur de son visage et, avec ces doigts, mima le «come here» qu'il ne prononça pas. Allison se tourna sur le côté, afin qu'ils se retrouvent face à face.

« Are you absolutely positive that you just me an Undoubted or do you only think he was? »

Ces mots n'étaient rien de plus qu'un chuchotement, mais on pouvait deviner derrière le ton douceureux une volonté de fer. Il poursuivit, lui caressant doucement l'épaule comme s'il bordait une enfant:

« It's okay if you're not sure. Just tell me and we'll forget all about this. You'll go to sleep and I'll convince the Order that you made an honest mistake and that I took care of it.

I'll always take care of you, but for that you need to be honest with me. Otherwise I will never be able to trust you again, and I'll have no other choice than to terminate you. And we don't want that, do we?»

Sa main qui lui caressait l'épaule continua son mouvement de va et vient, allant toujours un peu plus loin, un peu plus fort, jusqu'à ce qu'il puisser sentir glisser sous sa paume l'entaille longue et cicatrisée qui traversait son omoplate.

Alec sembla complètement se détendre lorsque sa main rencontra la blessure qu'il lui avait infligée il y a de ça plusieurs années déjà. Il s'amusa à l'effleurer, content, apaisré de la savoir toujours là.

Pour toujours.

Il ne put s'empêcher de rapprocher son visage de plus en plus, qu'il posa sur l'épaule de celle-ci. Son souffle vint lui chatouiller la peau.

« Now. Anwser me.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Mar 11 Oct - 15:06

Les doigts qui glissaient le long de sa cicatrice semblaient lui brûler la peau.

Il y a quelques années, Allison avait été prête à tout pour qu'Alec la remarque. Elle l'avait vu pour la première fois alors que le président souhaitait la rencontrer pour la féliciter pour l'une de ses premières missions importantes.

A. était dans le bureau de son grand-père, à regarder par l'immense fenêtre la ville de New-York qui s'étendait à ses pieds. Il était jeune, viril et dégageait une assurance qui donnait froid dans le dos. Il avait l'étoffe d'un prince capricieux et ça avait immédiatement plus à la jeune fille qu'elle était à l'époque.

Sauf qu'il avait à peine daigné la regarder cette journée-là. Et Rainwrite s'était donnée pour mission d'avoir ce type...

Elle s'était fait prendre à son propre jeu.

Il l'avait eu, totalement, complètement. Et elle avait consenti. Il y avait quelque chose dans son regard à cette époque. Cette étincelle  vicieuse qui criait constamment "You're mine." qui l'avait rendue prête à tout.

Alec était une drogue. Longtemps, la belle Fierces en avait eu besoin pour vivre. Lorsqu'il n'était pas dans les parages, tout semblait sans importance, insignifiant. Et lorsqu'il y était et qu'il ne lui prêtait pas attention, même la lame de son couteau lui semblait moins douloureuse que la sensation qui lui prenait les tripes.

Sauf que tout était différent. Et son corps rejetait maintenant cette caresse qu'il lui prodiguait. Pourtant, sa tête semblait s'obstiner à vouloir garder le contact qui lui avait été refusé depuis si longtemps.

Elle dut faire un effort surhumain pour rester concentrée alors que le souffle chaud de la respiration du jeune homme frôlait son épaule, lui procurant un frisson de désir et de peur à la fois.

"Now. Answer me." lui chuchota-t-il de cette voix irrévocable qu'elle connaissait que trop bien.

Peu importait sa réponse, la Firebreather savait bien que s'il lui prenait l'envie de la tuer, peu importe le motif, il ne s'en empêcherait pas.

- " Je n'ai pas l'habitude de me tromper, A. And you know that. Mais c'est toi qui voit... If you're willing to lose this chance."

Elle savait que la réponse n'était pas suffisante. Il voulait une garantis. Elle n'en avait aucune.

- " Il est un Undoubted."

C'était la première fois qu'elle lui mentait. Ses yeux magnifiques avaient croisé ceux de son Master et sans hésitation, la réponse était sortie.

Certes, elle croyait ce qu'elle venait de dire. Seulement, ce n'était qu'une théorie et non un fait indubitable.

Il lui avait appris à être totalement de marbre et ça se retournait contre lui aujourd'hui. Allison voulait Lance dans leur Ordre plus que n'importe quoi d'autre.

- " Amuse-toi avec moi tant que tu en auras envie; Ma réponse ne changera pas."

Son ton était ferme, mais enjôleur. Le petit sourire coquin qu'elle avait en permanence lorsqu'elle voulait le baver était fixé à ses lèvres invitantes. Allison savait quelle posture prendre, comment régler le timbre de sa voix et comment utiliser de manière impeccable son pouvoir d'attraction. Même sur Alec, bien que celui-ci s'en rende compte.

C'était une carapace qui lui permettait, à cet instant, de ne pas fondre en larmes sous le poids de la peur.

Lentement, elle lui prit la main pour la décoller de son dos, l'approchant de sa bouche qui entreprit d'embrasser lentement chacun de ses doigts en guise de promesse.

- " I missed you, Alec Fenworth Junior."

Son corps était complètement meurtri de cette nuit qui ne semblait jamais vouloir prendre fin. Allison ne souhaitait qu'une chose, qu'il la laisse faire son travail et qu'il reparte jouer avec ses cobayes jusqu'à ce qu'elle lui amène le cadeau ultime.

"I will crush you", résonnait encore dans sa tête. Plus comme une prophétie que comme une menace.

Dans tous les cas, elle venait de se sacrifier pour un inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Fenworth Junior

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Sam 15 Oct - 14:52

« N'essaie pas de m'amadouer », lui dit-il en retirant vivement sa main qu'elle portait à ses lèvres, comme si elle l'avait brûlé.

L'adrénalyne pulsait toujours en lui comme une dose d'énergie se propulsant dans son sang et dans ses veines, lui faisant un bien fou. Il n'avait pas fermé l'oeil depuis quarante-huit heures et avait consommé que de la caféine dans ce laps de temps. Et pourtant, il se sentait revivre sous le high que lui procurait la venue d'un nouveau jeu, d'une nouvelle proie; une proie significative.

Son coeur qui tambourinait dans sa poitrine était une preuve absolue qu'Allison avait réussi à attirer son attention et ses pensées tournaient à vive allure en attendant le moment où la chasse pourrait décemment commencer.

Tout son être était à ce moment réduit à une énergie tenace et une vivacité qui le faisait pratiquement trembler d'excitation. C'était ça la sensation grisante qu'il recherchait; l'anticipation ennivrante du powerplay qu'il allait mettre sur pied en plus de toutes les possibilités qui s'ouvriraient à lui une fois que Lance se trouverait sous son joug.

Maintenant que l'idée était fermement ancrée dans son esprit, il ne pouvait pas supporter que quiconque l'empêche d'atteindre son but. Comme il ne portait plus attention à Allison, le pouvoir d'attraction qu'elle exerça sur lui le pris par surprise et le happa de plein fouet; il le sentit dans chaque fibre de son être, comme une alerte qui vint atténuer quelque peu le rush sur lequel il flottait.

Il prit cet élan pour un acte de dominance envers lui; un affront, une tentative veine pour le détourner de ses pensées et une nouvelle vague de colère l'envahit du même coup.

« Don't you even dare use your power on me. I made you remember? I know how you work, how you think and I must say I don't why I put up with you still. »

Tout son corps s'arqua telle la menace qu'il représentait, pendant qu'il cambrait le torse, se faisant plus grand, plus imposant, sa silhouette sombre se refermant sur elle, l'emprisonnant.

« You are not worth my time and effort. You only bring disappointment and failure. »

Elle voulait qu'il s'occupe d'elle, qu'il la remarque, qu'il lui délègue toute son attention? Aimait-elle vraiment se retrouver sous le focus de ce regard insane, la cible de toute cette colère et cette énergie malveillante qui se déferlaient dans son corps telle une rage ardente? Ce rush d'adrénalyne sous lequel il carburait mais qui, la plupart du temps, ne trouvait pas de réceptacle où canaliser son énergie?

Alec, avec l'allure délabrée de celui qui s'est enfermé dans sa tête trop longtemps, sa silhouette ténébreuse et menaçante tout droit sortie d'un film d'épouvante et cette étincelle de lucidité maniaque semblait être tombée dans une de ses lubries sombres et sans fond. Son esprit ne s'aurait se faire détourner de ce sur quoi il voulait mettre son emprise.

« Look at you », lui vociféra-t-il, dégoûté.

Allison, tout comme lui, faisait peur à voir. Elle semblait sortir d'un bad trip ou d'une nuit frivole qui avait duré jusqu'aux petites heures du matin.

« Go back to to playing the party girl or the high school girl with a crush and let me take care of your new beau. He, unlike you, better be worth the trouble... or you know what I do to little girls who lie »

Il laissa la menace s'élever dans l'air avec un sourire diabolique et fit un pas pour se détourner d'elle, puis changea d'idée, bondissant de nouveau à ses côtés, la violence pouvant se lire dans chacun de ses membres prête à faire une nouvelle victime.

La sonnerie d'un cellulaire retentit dans la pièce, brisant le silence haletant de leurs souffles et l'angoisse naissante de la tension qui émanait de chacun de leurs pores.

Ennuyé, Alec laissa ses épaules s'afaisser, la violence quittant son corps aussi brusquement qu'elle était apparue. Il tourna le dos à la maîtresse des lieu et répondit d'un ton à couper au couteau:

« Ulrick! Why are you bothering me for? It better be important... yes. NO... hum. OK thanks. Yes. Send me everything they have on the Deadman... Oh don't be stupid! I know HE didn't telle me everything. Hack the system if you have to!»

«Yeah. No. Not right away. I have a plan. Shut down all my experiments... yes that too... Oh damn I forgot that guy was still alive, how is he not dead yet? Put him in confinement and leave him there until I get back...»

«Yeah. I think I'm going to stay here a while longer...»


Et puis, sans un regard pour celle qui a déjà été une proie et qui, maintenant qu'il la possède, n'a plus aucune valeur à ses yeux, il rangea nonchalemment le cellulaire dans sa poche et quitta les lieux sans un mot de plus.

Comme un enfant qui délaisse un vieux jouet parce qu'on lui en a promis un nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   Jeu 3 Nov - 19:40

La trajectoire du sang propulsé à vive allure dans son corps tambourinait jusque dans ses tempes. Comme le cliquetis de l'aiguille d'une horloge lui indiquant que son temps lui était compté.

Allongée, nue, sur son lit blanc tâché de quelques gouttes de sang, Allison versa la larme qu'elle avait retenue depuis tant d'années. C'est comme si le robot qu'Il avait conçu se démantelait lentement.

Alec ne lui avait pas rendu son baiser. Il n'avait même pas, à la limite, chancelé en recevant ses caresses. Comme si elle était la chose la plus repoussante qu'il avait croisé.

Il avait raison, sa propre attitude la dégoûtait à présent. Elle s'était crue au-dessus de ses affaires. Inébranlable. La réapparition d'Alec lui confirmait au contraire qu'elle lui «appartenait» toujours. La jeune femme n'était donc pas arrivée à se détacher de l'homme qui se disait son créateur.

Et encore là, seule dans cette chambre qui transpirait encore les émanations de son énergie, une trop grande partie d'elle la sommait de le reconquérir, de lui donner ce qu'il voulait. Elle brûlait de se faire aimer de lui.

Mais AFJ ne connaissait sans doute même pas le sens de ce mot: Aimer. Il était complètement fou et déconnecter du monde. Et c'est à cette évidence qu'elle devait se raccrocher pour ne pas sombrer.

Se recroquevillant sur elle-même en tirant la couverture sur son corps meurtri, Rainwrite étouffa un sanglot. Ça ne lui ressemblait pas de pleurer. Elle n'en avait tout simplement pas le droit.

Puis, épuisée de cette soirée qui ne semblait jamais vouloir finir, ses paupières se fermèrent doucement en emportant avec elle une image du beau capitaine des Dragons.

Lance Holloway. Il fallait qu'elle arrive à le convaincre avant qu'Alec mette le grappin dessus.

My sweet oblivious...

Et le sommeil la gagna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Villa d'Allison Rainwrite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Villa d'Allison Rainwrite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02. [ Villa des Berry] Welcome in your new home
» David Villa Icon
» David Villa & Basket
» Jason Allison
» Kega et allison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brimwood College :: Brimwood College :: Autres lieux-
Sauter vers: