Brimwood College

Une guerre se prépare. Les éléments s'éveillent. Quel camp choisirez-vous?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      


Partagez | 
 

 Derrick Stevenson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Derrick Stevenson

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 17/07/2016

MessageSujet: Derrick Stevenson   Sam 23 Juil - 14:06

Nom :: Stevenson
Prénom :: Derrick
Surnom ( s ) ::
Âge :: 25 ans
Pays, ville d'origine :: Peyton, Colorado


Description Physique :: Derrick a de longues jambes et les épaules carrés. Son corps pourtant très bien proportionné ne l'a jamais rendu totalement à l'aise. Plutôt robuste, il ne sait pas toujours bien mesurer sa force. Ses cheveux châtains sont longs en avant et plus court en arrière. C'est une mode bizarre que suivent la plupart des gars de l'équipe de waterpolo; d'avoir les cheveux un peu long (ou carrément long si tu t'appelles Cole Philips). Il a un regard que les gens trouvent d'emblé sympathique. Le port de lunettes, bien que ça le rend un peu malalaise, lui donne un petit air intello qui clanche franchement avec son allure sportive. Il fait partie des gars peu nombreux qui sont incroyablement attirants justement parce qu'ils ne le savent pas.

Description Psychologique :: Derrick s'entend bien avec tout le monde; il n'apprécie pas ceux qui parlent dans le dos des autres et se montre plutôt pacifique. Au fond, c'est un homme doux au coeur tendre, même si sa carrure ne le laisse pas facilement deviner. Il est surtout profondément gêné; par exemple il n'a jamais appris à parler aux filles. Il fini toujours par begayer lorsqu'il est nerveux, ce qui amplifie sa gêne, mais il travaille fort là-dessus. Beaucoup de gens le juge sur l'impression qu'il donne plutôt que celui qu'il est vraiment. Quand on apprend à le connaître, on retrouve un homme intelligent et cultivé qui adore la littérature. Lorsqu'il n'est pas à la piscine pour l'entraînement de waterpolo, on peut le retrouver sous un arbre, un livre dans les mains. Solitaire depuis toujours, il a trouvé parmi l'équipe de waterpolo une véritable famille. C'est un ami formidable à avoir; loyal et de juste conseils. Il sait garder son calme en toute circonstance et il a un don pour calmer l'ambiance lorsque ces coéquipiers s'emportent. Derrick est quelqu'un qui reste en retrait mais qui gagne à être connu: il ne se donne tout simplement pas la valeur qu'il mérite.

Particularité :: Il est toujours accompagné d'un livre
Parascolaire :: Waterpolo, surf, club de littérature
Intérêts :: Lecture, écriture, tous sports aquatiques
Domaine d'études :: Littérature

Histoire :: Je ne suis pas quelqu'un de spécial. Je ne suis qu'un homme ordinaire qui n'a vécu d'aventures qu'à travers les livres que j'ai lu et les histoires que je me suis inventé. Je fais ça depuis toujours, j'ai l'impression: m'imaginer avoir un grand rôle dans la vie, être quelqu'un d'important, un héro. Mais la réalité est un peu décevante.

Je suis né et j'ai grandit dans une petite ville du Colorado où rien d'intéressant ne se passait jamais. Curieux, je séchais les cours afin de me rendre dans les rues de la ville afin d'être témoin de la « vraie vie », car la mienne était tout à fait banale. Dès l'enfance, je me suis découvert une passion pour les livres; ces volumes remplies d'images qui racontaient des histoires abracadabrantes avec des personnages tous plus farfelu les uns que les autres. Ça a commencé par ceux que me racontait ma mère, puis cette passion a continué de grandir avec moi. J'ai découvert les romans dont tu es le héros et j'ai même écrit des premiers jets d'histoires que j'aimais me raconter.

J'étais un adolescent solitaire, toujours le nez dans un livre. Bien que bon en sport, je ne faisait rien pour me démarquer ou pour attirer l'amitié des garçons et des filles. Je me sentais bien dans mon univers et je n'ai jamais souffert de cela, mais la vie lorsqu'on la compare à un roman est bien fade surtout lorsque l'on a personne avec qui la partager. Je rêvais d'aventures et d'un brin de fantaisie et les amis que j'avais se contentait de leur petite existence au Colorado. À dix-huit ans, j'ai décidé de partir voir le monde et de découvrir un peu tout ce qui m'attendait à la sortie de ma petite ville.

Je suis venu étudié à Brimwood afin de connaître un peu la vie de ces adolescents californiens qui hantent les romans pour ados et les séries télévisées. Je voulais poursuivre mes études littéraires et devenir écrivain. Bien que j'avais une imagination débordante, j'ai trouvé au collège quelques modèles intéressants sur lesquels baser mes personnages, mais rien de spécial. Jusqu'à ce que je rencontre les jumeaux Philips.

À dire vrai, j'ai rencontré Cole le premier. J'ignore ce que j'ai vu en lui, mais j'étais aussitôt accroché.

Afin de me construire une vie sociale digne de ce nom, j'ai décidé de m'inscrire à un sport d'équipe. Naturellement bon dans à peu près tout (bien que très humble à ce propos), j'ai finalement opté pour le waterpolo; je faisais déjà du surf et je trouvais que c'était un bon complément. J'étais déjà dans l'équipe lorsque Cole est arrivé à Brimwood. Il s'est aussitôt taillé une place et est devenu un membre de l'équipe avec beaucoup plus de facilité que moi (certains encore ne connaissaient pas mon nom...)

Cole s'est tout de suite attiré l'amitié de la plupart d'entre nous. Il y avait quelque chose d'à la fois dur et charmant dans sa personnalité; un je-m'en-foutisme doublé d'un coeur en or. Ce gars-là attirait le danger comme son ombre! Il n'hésitait pas à piquer au vif ceux qui l'énervaient ou faisaient un commentaire déplacé (pas de commentaires sur les cheveux!). Il était tout mince et pourtant si téméraire, c'était de plus en plus divertissant de venir aux entraînements ou de se tenir avec Cole après les cours.

Et ce qu'il y avait de mieux encore, c'est que Cole était venu me chercher. Timide et peu bavard que j'étais, je n'avais absolument rien fait pour plaire à Cole et pourtant celui-ci semblait chercher mon avis ou mes conseils plus que les autres. J'étais là quand il a asséner une volée à cette bande de railleurs sur la plage. (D'ordinaire, je n'aime pas les confils, mais il le cherchait vraiment cette fois.) J'étais là aussi quand Cole nous a fait remporté la victoire au dernier match de waterpolo. On avait l'air de vrais rock star et je me complaisais à passer de plus en plus de temps avec l'équipe. Ma vie n'avait jamais été aussi exaltante. Les filles me remarquaient maintenant dans les couloirs et m'appelaient par mon prénom. J'étais toujours gêné et le rouge me montait aux joues mais ça me faisait plaisir de faire partie de la bande et d'être même populaire pour une fois. Je n'avais jamais connu ça avant: l'adrénaline avant un match, le sentiment d'appartenance et l'esprit de camaraderie qui nous enveloppait tous. C'était en grande partie grâce au rassembleur de l'équipe qui avait toujours une histoire à raconter, une bêtise à faire. Un vrai personnage.

Il y avait aussi en Cole une fragilité qui me touchait, comme s'il ne laissait entrevoir ce côté de sa personnalité qu'à ceux en qui il faisait vraiment confiance. Et je comptais bien faire partie de ces gens-là. Puis, il y avait sa soeur...

La première fois que j'ai vu Casey Philips, j'ai perdu tous mes moyens. Moi qui ai un vocabulaire long comme le bras, je ne pouvais pas aligner deux mots. Elle était d'une beauté naturelle et sauvage, comme on en voit que rarement. La couleur de ses cheveux et sont teint assortit la rendait belle comme une poupée de porcelaine (qui avait de la verve, on peut se le dire!). À eux deux, ils formaient un duo pas comme les autres, bien que je semblai être le seul à les trouver si extraordinaire.

Avec le temps et à force de les fréquenter, j'ai appris à ne pas me laisser emporter par la nervosité et la gêne et aujourd'hui Casey et moi nous entendons fort bien. Elle est une bouffée de fraîcheur parmi ses filles un peu simplistes qui ne pensent qu'à leur bronzage.

***

Je savais que Cole aimait particulièrement se rendre à la plage le soir. Il disait qu'il réfléchissait toujours mieux, seul avec le bruit des vagues et l'immensité devant lui. C'est pourquoi je ne fut pas tout à fait surpris de voir sa silhouette se découper à l'horizon. Il avait un contrôle total, en équilibre, sur sa planche et surfait une vague avec beaucoup d'aisance, chose que je n'avais jamais réussi à acquérir moi-même. 

C'était encore au mois de septembre, et on se connaissait encore peu. On avait simplement cru remarquer qu'on avait des personnalités complémentaires et des champs d'intérêts en commun. Il commençait à se faire tard et le soleil disparaissait déjà tranquilement à l'horizon. La mer était calme mais le temps s'annonçait orageux. Je ne comptais pas rester lire ici encore longtemps; il n'y avait presque plus de lumière de toute façon. Le temps changea en l'espace d'un moment et je m'aperçu en tentant de ne pas paniquer qu'il y avait un bon moment déjà que je n'avais pas vu la tête blonde de mon coéquipier.

Alerté, je scrutai avec plus d'intensité les eaux de la mer en me disant qu'il j'aillirait certainement d'une vague comme à son habitude. Toujours rien. Était-il sortit de l'eau sans que je l'ai remarqué? Cette théorie me semblait bien impossible étant donné que j'étais presque le seul sur la plage à cette heure et que les quelques autres jeunes prenaient déjà le chemin des résidences. Un couple non loin marchait ensemble les pieds dans la mer, mais toujours pas de Cole.

Je ne pouvais plus attendre un instant. Je fit rapidement des calculs selon lesquels je refaisait le parcours de Cole la dernière fois que je l'avais vu. Il y avait certainement une autre explication. Celui-ci ne pouvait pas être au fond de l'eau, ce n'était pas vrai!

Enfin, sa planche apparu dans mon champs de vision. Seule.

Je fonçai vers elle avec l'énergie du désespoir.

Je savais au fond de moi que ça faisait plusieurs longues minutes, et c'était quelques minutes qui feraient la différence entre la vie et la mort.

Je nageai jusqu'à la planche et surveillai les environs. La lumière du soleil se reflétait encore dans l'eau.

Je le trouvai au bout de la corde qui le rattachait à sa planche de surf. Celle-ci se mouvait au gré des vagues. J'attrapai mon ami par le bras et le tirai jusqu'à la surface. L'eau n'était pas si profonde, mais avec la force des vagues, on ne touchait plus le fond. Je vous en pris, faites qu'il soit en vie.

Je sorti sa tête de l'eau en le tenant par la taille et au même moment une cascade de vent projeta une vague par-dessus nos têtes. C'était la catastrophe. J'allais certainement perdre pied à force de devoir me garder, ainsi que son poids à la surface. Je le tint plus fort par la taille et lorsque j'émergeai de nouveau la tête, je pouvait l'entendre tousser. Dieu soit loué. Il régurgita un litre d'eau pendant que je nous amenait tranquilement vers la berge.

« Ça va Cole, je te tiens. Tout va bien ». Il était encore en train de cracher toute l'eau qui s'était inflitrée dans ses poumons.

Il faisait noir quand nous finirent par atteindre la plage et je m'écroulé sur le sable à ses côtés. J'étais complètement vidé et j'avais peine à reprendre mon souffle. Cole avait enfin cesser de tousser et il poussa un long soupir.

« Ça va Cole? », cette fois c'était une question. Il n'avait pas du tout l'air désorienté. Puis, il s'écria:

« Ma planche! »

Dans ma hâte de le secourir et avec le fracas que faisait les vagues, elle avait dû se décrocher de son bras. Pour être honnête je n'y avais même pas songé, trop concentré sur ma tâche principal: le sortir vivant.

Cole ne le voyait pas du même oeil. En moins de temps qu'il ne le faut pour le dire, il avait replongé dans la pénombre de la mer et je ne le vis plus.

« Cole! T'es malade ou quoi! Laisse-là, c'est trop dangereux! »

Mais de toute évidence il n'en ferait qu'à sa tête. Peut-être qu'il ne m'avait même pas entendu. Alors j'attendai, le coeur battant. Jusqu'à ce qu'une vague immense vienne se fracasser sur la berge et que j'aperçoive les cheveux au reflet argenté sous les rayons de la lune et que je comprenne qu'il surfait. Dans la nuit noire, avec pour seule lumière la lune et les étoiles. Lorsqu'il m'eut rejoint, il me tendit la main qui ne tenait pas sa planche et je la saisi, éberluhé.

« Tu pourrais jouer dans alerte à Malibu, s'ils faisaient un remake. »

Il me sourit, espiègle et prit la direction du petit chemin qui menait aux résidences. Puis, il se retourna vers moi et, d'un ton grave il ajouta: « merci ».

Merci pour quoi?

***

On ne s'en est jamais parlé de vive voix. Mais je sais qu'il sait.

Il sait que je le vois maintenant pour celui qu'il est et je sais que cet épisode de nos vies nous a encore plus lié. Sa confiance en moi est maintenant infinie parce qu'il sait que je ne dirai rien. Que jamais je ne trahirai son secret.

De toutes les histoires que j'ai lues, La légende des élus est ma préférée. Elle est épique, d'autant plus qu'elle est encore en train d'être écrite.

J'ai maintenant trouvé ma voix, ma place dans ce monde qu'est la réalité. J'ai trouvé mon combat, mon aventure et même si je n'ai pas de destin tout tracé ou de pouvoirs comme eux, je vais jouer le rôle de celui qui sera à leurs côtés et qui les aidera à triompher.

Je compris plus tard que cette envie de le protéger et de veiller sur lui m'était inné. Si je me faisait confiance et que je me laissais guider par mon instinct, je pouvais reconnaître un élu pour ce qu'il est et tout simplement savoir.

Ça pourrait être très utile dans un avenir proche.

Par exemple, est-ce que je saurai passer par-dessus ma nervosité et faire assez confiance pour détecter quelqu'un d'autre?

Une question me brûle les lèvres depuis ce soir-là. Si Cole en est un, qu'est-ce qu'il en est de Casey?


Appartenance :: Humain

Pouvoir(s) :: Aucun. Si ce n'est celui qui est inné et qu'il ne peut expliquer: sa capacité à lire les gens et à deviner s'ils sont élus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Derrick Stevenson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est nous, c'est Derrick [Yanosa,Hiko,Fuusho,Kuroba ]
» Sit-in pour exiger la fixation d’un nouveau salaire minimum
» Thimoléon, nouveau président de la chambre des députés contesté pour vols à main
» Lily-Rose N. Stevenson || Viens petite fille dans mon comic strip
» Lily A. Stevenson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brimwood College :: Avant tout... :: Présentations-
Sauter vers: