Brimwood College

Une guerre se prépare. Les éléments s'éveillent. Quel camp choisirez-vous?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» Surfer avec le danger
Dim 23 Juil - 12:44 par Cole D. Philips

» Le loft des Philips
Ven 21 Juil - 17:28 par Cole D. Philips

» Chloe's place
Dim 16 Juil - 18:56 par Lance Holloway

» Le calme avant la tempête
Ven 14 Juil - 15:21 par Derrick Stevenson

» Stade de Football
Mer 29 Mar - 22:25 par Lance Holloway

» Au fin fond de la mer noire...
Ven 3 Fév - 19:54 par Cole D. Philips

» Le bar « The Spot », l'endroit le plus populaire du collège de Brimwood
Mar 3 Jan - 16:35 par Cole D. Philips

» Découvertes des personnages
Dim 4 Déc - 18:40 par Admin

» Liste des personnages secondaires
Dim 4 Déc - 17:58 par Admin

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      


Partagez | 
 

 Le loft des Philips

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cole D. Philips

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Le loft des Philips   Dim 17 Juil - 2:02

Situé dans le quartier résidentiel du Collège, mais ne faisant pas partie des résidences, le loft était l'endroit idéal pour faire le party. Et, tel qu'il l'avait promis à de nombreuses personnes depuis son arrivée à Brimwood, il avait reconverti le loft à aire ouverte en un véritable open house prêt à accueillir une horde d'adolescents en grand besoin de décompresser. Les examens de mi session approchaient et tout le monde avait franchement besoin de lâcher les bouquins et de s'amuser un peu.

Enfin, tous sauf sa soeur, apparemment.

« Casey ! », hurla-t-il pour la troisième fois. Elle devait être dans sa chambre, les écouteurs sur les oreilles. Déjà prête à ne rien entendre et à ne pas participer à sa grande fiesta.  

Ça l'attristait sincèrement que sa soeur n'ait pas le goût de s'amuser. Quand ils étaient enfants, ils s'amusaient pleinement. Mais c'était à Bath, dans leur petit village où ils pouvaient faire ce qui leur plaisait - y compris se courir après dans la montagne et utiliser ses pouvoirs pour gagner la partie. Mais cette époque était maintenant révolue. Et bien que déjà puissants, leurs pouvoirs souffraient d'être laisser de côté pendant si longtemps.

Oublions tout ça. Ce soir n'est pas fait pour se remémorer mais bien pour oublier. 

Et pour autre chose aussi évidemment, car Cole comptait bien draguer des filles, faire son show off avec ses coepquipiers de waterpolo. Mais il avait surtout invité toute sorte de monde et voulait sentir le pouls de son intuition. Il avait invité les étudiants de plusieurs domaines et d'opinions différentes. Il avait aligné toutes ses cartes, il ne lui restait qu'à les jouer.

***

La fête allait bon train - énormément de gens s'étaient présenté. L'alcool coulait bon flot et les jolies filles papillonnaient autour de lui comme s'il était le centre de l'univers, mais il devait faire attention à garder toute sa tête. La musique incessante était aussi bruyante que les invités. Il y avait du monde partout, jusque dehors qui prenait du bon temps. Une bière à la main, Cole déambulait parmi ses invités, se sentant à sa place, ennorgueilli par son plan qui lentement prenait vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey A. Philips

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Dim 17 Juil - 2:34

C'était la troisième fois qu'il hurlait son nom. Pourquoi ne pouvait-il simplement pas concevoir que les grands rassemblement de gens stupides ne l'intéressaient pas? Et pourtant, comme à chaque fois, il arrivait à la faire sentir coupable de «l'abandonner» comme il aimait si bien le dire. L'abandonner... comme s'il avait besoin d'elle alors qu'il y avait une ordre de barbies autour de lui. Et puis, il y avait toujours Kate pour l'accompagner dans ses niaiseries.

Kate était sans conteste la seule fille que Casey appréciait vraiment de toutes celles que Cole avait ramenées au loft. Mais, pour une raison qu'elle ne comprenait absolument pas, son frère jumeau n'avait même pas l'air d'avoir remarqué que celle-ci était une fille. Comme si derechef, elle était classée dans la catégorie «petit frère». Dommage, il ferait un beau couple.

Une bonne demie-heure s'était écoulée depuis que son frère l'avait appelé. Il avait fini par lâcher prise. Enfin! Se levant finalement de son lit, elle entreprit de s'habiller pour aller se chercher quelque chose à boire au rez-de-chaussée. Entendant du son venir du bas, elle n'avait pas envie de croiser des gens dans son pyjamas. Elle enfila donc une robe (Qui était plus en fait un long T-shirt qui lui descendait en dessous des fesses et qui laissait voir ses longues jambes), mis des bas de laines et se fit une tresse française lâche, puis descendit.

Le party était bel et bien commencé. Toutes les filles avaient mis le moins de vêtement possible pour laisser paraître leur teint, les gars portaient soit un chandail, soit étaient torse-nu vu la chaleur. L'ambiance était très intense, la musique jouait fort et l'alcool coulait déjà à flot. Se faufilant vers la cuisine en n'échappant pas aux regards des gens, elle ouvrit son frigo pour se prendre un verre de jus et opta finalement pour une bière à la lime. Ça la fit sourire. Cole avait pris la peine de lui acheter sa sorte préférée, au cas où l'envie lui prendrait de se joindre à eux. Elle referma la porte, décapsula la bouteille au dessus de l'évier, jeta le bouchon et entrepris la route pour retourner d'où elle était venue, ne faisant pas attention aux gens autour d'elle.

- « Casey! Tu ne sais pas qui m'a écrit hier? Tu sais, le beau mec du cours de dessin. Tu te rends compte!? Faut croire qu'il n'y avait pas juste ton dessin du gros dégueulasse qui lui plaisait.», et Élizabeth lui fit un clin d'oeil avant de reprendre une gorgée de son breuvage sucré, en échappant au passage dans son décolleté qui ne semblait jamais avoir de fin.

Cay la gratifia d'un sourire. Ce foutant complètement de son histoire et de monsieur-je-suis-un-sale-con et continua sa route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Paterson

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 16/07/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Dim 17 Juil - 3:03

Kate arrivait toujours en avance pour les soirées de Cole. Premièrement, parce qu'il fallait bien que quelqu'un l'aide à préparer le tout et deuxièmement, c'était une sorte de rituel qu'ils avaient de manger ensemble avant (question d'avoir quelque chose de solide dans l'estomac pour ce qui allait suivre). Bien sûr, elle était arrivée en retard, comme à son habitude, mais elle avait une méga urgence à régler avant. Une jolie camisole kaki lui avait fait de l'oeil, la vieille au centre d'achats, et il fallait absolument qu'elle la récupère pour ce soir. Avec ses shirts en jeans troué, s'était le match parfait. Kate n'était pas du genre à se déshabiller pour attirer un gars. Elle avait, un peu comme Cay, cette manière de s'habiller qui la rendait sexy sans tout dévoiler. Il arrivait d'ailleurs qu'elles se prêtent des morceaux de temps à autres.

-«Je suis là!», avait-elle crié en entrant dans le loft. Ils avaient mangé tous les trois ensemble, Cole et elle se faisant un devoir de convaincre Casey de participer, pour une fois, à la petite fête. Ils avaient eu droit à un «peut-être» pas très convaincant, mais qui était mieux que le «Foutez-moi la paix. Faites juste m'appeler quand vous serez trop saoul pour marcher et je viendrai vous coucher» de la dernière fois.

Et puis les gens avaient commencé à faire leur entrée. Comme à l'habitude, les filles se ruaient autour de Cole, la laissant un peu en retrait à l'observer. Il faut dire qu'il était particulièrement sexy ce soir, mais c'était Cole et elle était Kate. Soupirant en prenant une gorgée de sa bière, elle lui fit une grimace avant de lui faire signe qu'elle sortait dehors prendre l'air accompagnée d'un type de l'équipe de football qui semblait avoir les mains un peu trop baladeuse pour l'heure qu'il était.

La belle brune ne savait pas trop pourquoi, mais depuis un certain temps, voir son meilleur ami entouré de connasses la faisait chier, un peu... Non, quand même assez, oui. Il ne s'était jamais rien passé entre les deux. Cole l'avait sans doute vu des milliers de fois en sous-vêtement, mais c'était comme un maillot de bain, non? De toute manière, il n'avait jamais eu sur elle le regard qu'il avait sur toutes les autres. S'il avait pu y avoir quelque chose entre eux, c'était mort dans l'oeuf.

Revenant de l'extérieur, Davis étant resté derrière (Ce qui n'était pas une grosse perte) elle alla vers Cole, voyant que celui-ci n'avait plus rien dans son verre. Elle se rapprocha très près de lui, parce qu'ils ne semblaient pas avoir de bulle l'un envers l'autre, et lui agrippa le cou de sa main pour approcher sa bouche de son oreille.

- « Tu fous quoi avec un verre vide Philipps!? Tu veux quoi? Je te l'apporte.»

Ils étaient restés collés l'un contre l'autre, elle n'y prêtant pas vraiment attention, leurs visages à quelques centimètres tandis qu'elle attendait une réponse. Bien évidemment, toutes les filles autour avait remarqué leur connivence, elles. Et si elles avaient pu, elles auraient, d'un commun accord, fait disparaître la jeune femme de leur décor et du morceau de viande qu'elles convoitaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Dim 17 Juil - 3:23

Bordel, bordel, bordel. Qu'est-ce que je fou ici?

Lance se rapprochait du condo des jumeaux (et ce mot là les jumeaux lui restait pris en travers de la gorge juste à y penser) et se maudissait d'avoir déjà fait son choix.

Bien sûr qu'il irait; toute l'équipe de football y était invitée. Il ne pouvait pas dire non à une soirée de débauche et de jolies filles. De plus, il était le capitaine de l'équipe; c'est vers lui que ses coéquipiers se tournaient dans toutes les situations. Ce n'est pas parce qu'il avait eu une altercation pour le moins joviale avec les deux résidents de cet appartement qu'il devait rester chez lui quand tout le monde ferait la fête!

Et puis il avait vraiment envie de revoir Casey.

Depuis le soir fatidique dans la bibliothèque où il avait faillit perdre les pédales (et faire manger à Barbie tous les livres de la place, jusqu'à ce qu'il morde la poussière) il ne pouvait s'empêcher de penser à elle. Et il se sentait coupable. Ce n'était pas la facette de lui qu'il avait voulu lui présenter, mais c'était lui tout craché de se mettre les pieds dans les plats à la première occasion.

Tout d'abord, il y avait cet imbécile de Davis et maintenant lui. Il y aurait toujours quelqu'un pour le faire sortir de ses gonds. Il devait apprendre à vivre avec. Il ne pouvait pas fuir les problèmes et rester cacher toute sa vie. Ce n'était pas son genre. Il n'avait pas reculé quand il avait sept ans et que son père le menaçait à coup de poings. Il n'avait nulle envie de reculer aujourd'hui.

Il avait juste peur d'empirer les choses avec Casey, quoiqu'il ne pouvait pas vraiment tomber plus bas. La veille, il avait tenté de la trouver dans le collège pour essayer de réparer les pots cassés. Qu'aurait-il fait au juste? Se serait-il excusé? Lui aurait-il demander de lui pardonner, de lui offrir une chance de mieux le connaître et de l'accepter tel qu'il est? Non, définitivement pas. Mais ça a peu d'importance puisque ça n'a pas marché.

Il avait eu un soupçon d'espoir lorsqu'il s'était souvenu de son numéro de téléphone et il lui avait envoyé un texto. Jusqu'à temps qu'il reçoive la réponse et fronce les sourcils. Soit, elle se foutait de sa gueule, soit ce n'était pas son numéro: Lance?! Le mec sexy du cours? Comment tu as eu mon numéro?

Elle était brillante cette Casey. Mais ça voulait dire qu'il n'avait aucun moyen de la rejoindre.

Et il allait la revoir pour la première fois depuis la bibliothèque, chez elle, en compagnie de son frère et du collège en entier. Après-tout, c'était peut-être mieux de ne pas être seul avec elle. Il ne pouvait pas risquer une autre bouffée de bienveillance et d'honnêteté comme il en avait eu en sa présence. Pourquoi diable lui avait-on donné un frère aussi lourd? 

Lance avait tourné en rond chez lui avant de se rendre compte que sa décision était déjà prise. Il irait, coûte que coûte. Et au diable ses exercices de contrôles et ses problèmes! Ne pouvait-il pas être un gars comme les autres, l'espace d'une soirée?

Les Dragons, fidèles à leur réputation de frère d'armes se sont rejoints pour arriver ensemble, comme les héros revenant de la guerre. Leur entrée fut grandement remarquée et les cris des filles leur percèrent les tympans. Lance était en tête, flanqué de Mason et de Clive, les meilleurs joueurs de l'équipe (si on ne le comptait pas - lui). Ce ne fut pas très long qu'ils furent envahit par les filles à moitié habillées, mais Lance n'en avait cure. Il n'avait de yeux que pour une.

Et elle n'était pas là. Il avait beau la chercher, il ne la trouvait pas. C'est en allant se chercher une bière, après avoir discuté avec plusieurs collègues et connaissance et s'être mêlés un peu aux autres, après avoir repoussé maintes et maintes filles qu'il tomba sur elle et Elisabeth dans la cuisine.

Cette dernière se jeta tout de suite à son cou; elle semblait déjà avoir bu et la soirée ne faisait que commencer. Elle l'enlaça en papotant et il se laissa faire sans en écouter un mot.

Tout ce qu'il fit - ou su faire - à ce moment, fut de prendre le visage de la brunette et de l'embrasser sauvagement. Mais pendant les longues secondes que durèrent leur échange, il regardait droit dans les yeux de Casey.

À défaut d'obtenir ce qu'il voulait. Il pouvait au moins s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole D. Philips

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Dim 17 Juil - 13:43

Kate. Que Dieu la bénisse. Toutes ses mésaventures seraient drôlement moins attrayante s'il n'avait pas sa partenaire de crime. Et évidemment sa soeur pour les sortir de tous les pétrins. En regardant autour de lui, Cole se trouva chanceux. Il n'avait pas besoin de plus que ça pour égayer sa journée.

Une maison pleine de monde; rempli d'amis et de jolies filles et la présence des deux femmes de sa vie. La part de lui qui était décousue, brisée depuis la mort de son père, se faisait de plus en plus petite depuis son arrivée à Brimwood. Il avait travaillé avec acharnement, sans relâche pour parvenir ici et afin d'obtenir les atouts et la confiance des siens pour mener à bien ce qu'on lui avait confié.

Après des années à s'oublier lui-même pour le bien de l'Humanité, ne pouvait-il pas se laisser aller un peu et s'amuser, lui aussi?

Bien sûr, l'organisation de cette soirée était un prétexte social pour combler sa propre réputation, se présenter comme un team player blagueur et espiègle qui avait le bien-être de ses coéquipiers et de ses camarades à coeur. Sinon, pourquoi offrir son appartement et une superbe soirée, ouverte à tous? L'adolescent en lui, incompris et replié sur lui-même s'exaltait du nouveau tournant qu'avait pris sa vie. Son bonheur était simplement un peu empli d'amertume lorsqu'il songeait à Casey.

Elle avait tourné le dos à son bonheur à elle, afin de le suivre à l'autre bout du monde. Parce que de toute évidence, ils ne pouvaient songer à se séparer l'un de l'autre. Cole avait cru en être capable jusqu'à ce qu'il la voit arriver à l'aéroport. Elle avait toujours été là pour lui, encore plus que lui avait été là pour elle. Sa simple présence le calmait et le rassurait et il lui serait pour toujours reconnaissant de le supporter dans cette étape primordiale de sa vie.

Si seulement elle savait vraiment ce qui l'avait amené ici.

Durant son training, il avait appris à se servir de toutes les situations pour mener à bien ses propres intérêts et il savait aussi se faufiler parmi tous les groupes et les genres d'individus. Ce n'était toutefois pas le cas de sa soeur. Heureusement, il y avait Kate. Elle servait de meilleure amie et de confidente autant à lui qu'à Casey. Et cette dernière en avait parfois véritablement besoin.

Son nouveau talent pour lui cacher certaines choses le rendait malade. Il n'avait jamais été capable de lui cacher quoique ce soit auparavent. Et il sentait parfois sa volonté tanguer sous les regards inquisiteurs de sa jumelle. Il y avait des journées où ses nouvelles responsabilités lui pesait tellement, qu'il avait seulement envie de se recroqueviller dans ses bras et de lui partager un peu de ses tourments. Mais s'eut été égoïste et lâche.

Le tombeur sophistiqué et inaccessible, c'est ce qu'il était devenu. Il gravissait les échelons sociaux et se servait de toutes et chacunes pour y arriver. Une de ses conquêtes l'avait surnommé une fois « le prince » et avait passé leur idylle à l'aduler. Il s'était fait prendre au jeu, à force de se faire susurrer des compliments sur sa beauté « irrévérentieuse ». Mais il ne devait pas oublier qui il était au fond de tout ça.

Kate le sortit soudainement de sa rêverie. Son esprit devenu calculateur au fil du temps s'était une fois de plus laisser égarer par des sentiments. Il n'était absolument pas nouveau pour Kate et lui de partager le même air, le même espace et elle était la seule à qui il offrait cette part de lui sans aucune crainte.

Mais il n'était pas dans leur habitude de jouer le jeu de la séduction. Il cacha sa surprise derrière son verre qu'il lui tendit puis y pensa une seconde avant de se dire why the hell not? C'est qu'il n'avait jamais regardé Kate de cette manière, jamais. Pour le plaisir d'attirer l'attention des filles qui le réclâmait, pourquoi pas se laisser tenter?

Il allait lui susurer à l'oreille, assez fort pour les oreilles indiscrètes qui les entourait, qu'elle pouvait lui rapporter n'importe quoi en autant qu'elle revienne tout de suite et ne le quitte plus.

Sa tirade enjôleuse fut écourté par l'arrivée de la poussée de testostérones la plus virilement dégoûtante. Avec leurs épaules carrés et leurs bras de boxeurs, ils se déplaçaient avec l'agilité d'un éléphant sur une trottinette et revendiquait l'attention de tous; filles et garçons.

Prostré confortablement dans son fauteuil, comme un roi sur son trône, il toisa le regard du primate-en-chef. Les rumeurs de leur « altercation » avait évidemment fait le tour du collège et s'était répendue comme une épidémie dans toutes les sphères et domaines de l'institution. Au plus grand plaisir de ses coéquipiers de waterpolo et des gaillards idiots qui couraient après un ballon de foot comme des poules pas de tête, car ces deux équipes ne manquaient pas une occasion de s'humilier les uns, les autres - dans un simple esprit de camaraderie évidemment - .

Leurs regards restèrent plantés l'un dans l'autre pendant de longues secondes et chaque personne présente dans la pièce retint son souffle.

Puis le silence fut brisé par cet énorme tas de merde de Davis.

« Yo Cole! Je comprends maintenant pourquoi ta soeur est hors-limite. Elle est sacré bien roulée la petite garce. »

Les deux paires d'yeux qui se fusillaient du regard braquèrent leur attention sur lui en même temps. Et du même mouvement firent un pas vers le dégénéré beaucoup trop saoul pour réaliser la gaffe monumentale qu'il venait de faire.

Lance fut plus rapide que lui - il était confotablement drapé sur son fauteuil après-tout. Il avait empogné son co-équipier par le collet. La tension et la rage fusait par tous les pores de sa peau. Si Cole lui-même n'était pas en train de vibrer de colère et que son sang n'était pas en train de bouillir, le coeur battant jusque dans ses tempes, il aurait probablement lui-même reculé d'un pas devant autant de dominance meutrière.


Non mais fallait-tu être un idiot fini!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Dim 17 Juil - 14:32

Lance était braqué par tellement de tension que le simple fait de se tenir stoique lui faisait mal. Il fulminait. Il ne portait déjà pas Davis dans son coeur, mais le crétin n'avait d'ordinaire pas de death wish. Il voulait lui fracasser le crâne contre le mur le plus proche et se satisfaire du sang qui giclerait de cette cervelle de moineau.

Mais ce n'était pas son call. Casey n'était pas sienne. Ce n'était donc pas à lui de la venger, même si le désir le brûlait comme du charbon ardent.

C'était un miracle que l'inconscient n'avait pas encore prit feu. Lance entâma un geste violent puis s'arrêta net. Il pouvait sentir sur lui les regards embrasés de la foule en entier. Il savait aussi que, derrière lui, « Le prince » (quel surnom!) s'était levé.

Il s'en prenait à l'un des siens, à son propre co-équipier dont il était le capitaine. Il devait veiller à la sécurité des siens, c'était son rôle. Il ne pouvait pas entrâver la santé physique d'un membre de son équipe, même si ce dernier était trop pacté pour s'en rappeler demain matin.

Oh et puis Hell.

« Qu'est-ce que tu veux que j'en fasse? », demanda-t-il dans un murmure rauque.

Sa posture était retournée à l'état « pacifique » et la menace virulante avait laissé place à un détachement quasi , comme si le simple fait de devoir s'occuper de cette mauviette était se rabaisser à une tâche de laquais sans ambition. Par quel pouvoir avait-il réussi à se contrôler? Il n'en savait rien.

Il avait délibérément reléguer le contrôle, le pouvoir, la décision au maître des lieux. Bien qu'il le détestait, c'était à Cole que revenait le droit formel de choisir les conséquences de tels actes envers sa soeur.

Nulle de ses règles étaient écrites, mais dans son livre à lui c'est ainsi que devait se passer les choses. Ça ferait une bonne leçon à son minable de gardien de but, mais aussi à toute l'équipe. Que même un égo comme le sien ne pouvait revendiquer une place qui ne lui revenait pas. Et bien qu'il brûlait de désir à l'idée qu'un jour Casey lui appartienne - car c'est ainsi qu'il voyait les choses. Il était à elle et elle serait à lui, sans arrières pensées -, il devait se soumettre et se plier à la volonté de celui qui, pour l'instant, devait venger l'honneur de sa soeur.

C'est ainsi que fonctionnait la base militaire dans laquelle il avait passé le plus grande partie de sa vie d'adulte. Et c'est ainsi qu'il comptait poursuivre ses idéaux. C'étaient les seules règles qu'il connaissât qui fasse du sens, la seule conduite appropriée qui les séparait du règne animal.

Lance était et serait toujours loyal à ses idéaux. Il aimait particulièrement vivre en groupe. Tout d'abord, la base militaire, puis l'équipe de football. Et dans tout groupe ( ou pack - avait spécifié ses recherches sur les firebreather) il y avait une hiérarchie. Et la règle la plus importante pour lui d'un pack c'était: On ne touche pas à ceux ou celle qui ne sont pas nôtres.

Ça leur faisait à Cole et lui au moins un point commun parmi toutes leurs divergences d'opinions.

Pendant un instant, il osa songer à comment il évoluerait, à comment il serait bien s'il avait un vrai pack dans laquelle il pouvait faire confiance. Un pack dans laquelle figurerait Casey (et son bordel de frère, malheureusement). Mais il pourrait au moins assurer sa sécurité et veiller sur les siens avec le pur bonheur de celui qui fait quelque chose de bon. Quelque chose de bien.

Oh que sa solitude dans le cours que prenait les choses lui pesait.

Juste une seconde, il voulait imaginer être à la tête d'un groupe d'élus qu'il protégerait de tout son être et qu'il mènerait vers le succès de cette guerre qui se préparait. Un pack avec lequel il pourrait s'établir tranquilement lorsque la paix serait leur.

Pour la première fois depuis toujours, il savait maintenant quelle place il souhaitait avoir dans le monde et dans la société. Il voulait se battre pour le bien de tous.

Peut-être qu'après tout ça, qu'en se montrant tel qu'il est - juste et brave - parviendrait-il a gagner son coeur.

Chaque chose en son temps.

Il tenait toujours Davis par le collet et celui-ci, absolument terrifié par son capitaine ou la présence menaçante de celui qui déciderait de son sort et qu'il pouvait sentir derrière lui - agressif, meutrier.

Ça lui faisait presque froid dans le dos de se présenter ainsi vulnérable à toute attaque qui pourrait surgir derrière lui. Mais - étrangement - il avait pleinement confiance à ce moment là en celui qui avait bousiller toutes les chances de Lance avec sa soeur.

Peut-être pourrait-il se racheter auprès des jumeaux? Trouver un terrain d'entente. D'une façon ou d'une autre, il comptait bien leur montrer ce qu'il valait.

Déjà, reléguer sa position d'autorité à une tierce personne - en dehors de leur association, mais qui le méritait - était considéré comme un grand acte de respect et de soumission. Un geste qu'il ne s'était jamais sentit confortable de faire auparavant. Mais il ne le faisait pas pour se montrer vulnérable ou pour demander pardon. Il ne le faisait pas pour s'attirer les faveurs des jumeaux ou le respect des siens.

Il le faisait parce que c'était la bonne chose à faire. Il en était persuadé.

C'était ce que tout son être le priait de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey A. Philips

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Dim 17 Juil - 16:18

La musique était forte et Élisabeth qui ne semblait pas vouloir arrêter de lui parler lui donnait le tournis. Elle ne souhaitait qu'une seule chose, retourner dans sa chambre. Cette fille, bien qu'aimable, l'agaçait au plus haut point. Cole et elle avaient couché ensemble quelques fois, et depuis, elle faisait semblant d'être l'amie de Casey pour se rapprocher de son frère. Certes, elle était jolie, mais elle avait sans doute passé l'équipe de water-polo au grand complet ce qui, dans le livre de la Northstar, rendait la personne un peu moins attirante. Son jumeau semblait être passé à autre chose, d'ailleurs. Tant mieux, et elle aussi. Ça devait faire au moins dix minutes qu'elle lui rabrouait les oreilles avec le «splendide dieu grec» de Lance. Finalement, la bière descendait plus rapidement qu'elle l'aurait cru... Un peu étourdie, elle chercha une porte de sortie ou n'importe qu'elle excuse pour se défaire de ce pot de col nunuche.

Tournant la tête pour trouver un bon prétexte pour laisser en plant la brunette, son regard se posa sur Cole et Kate un peu plus loin. Collés l'un sur l'autre, tout sourire, ils avaient l'air de passer du bon temps. Mais, du bon temps différemment. Cay vit son frère tendre son verre à Kate avant de lui prendre le bras pour l'attirer à lui dans le but de lui parler. Certainement, ces deux-là étaient fait pour aller ensemble. Le seul problème: elle était la seule à le remarquer!

Un soir, alors que les jumeaux écoutaient un film, elle avait fait pause, se tournant vers Cole avec les sourcils plissés. «Pourquoi Kate et toi ça va nul part?». Il y avait un moment qu'elle voulait lui poser la question et, visiblement, n'avait pas trouvé le bon timing. Alors, c'était ce soir-là ou jamais. Il avait d'abord ouvert la bouche, l'air surpris. Pour ensuite la refermer et réfléchir, comme si la question était saugrenu et carrément débile. «Parce que c'est Kate!» était la seule réponse qu'il avait réussi à trouver comme explication valable avant de lui prendre la télécommande des mains et de repartir le film.

Et pourtant, ce soir, il semblait bien voir un petit jeu de séduction entre les deux. À moins que son frère avait encore une idée derrière la tête. Des cris hystériques de filles dans la pièce voisine la sortirent de sa rêverie. L'équipe de foot, rien de moins, venait de faire son entrée. Du coup, Élisabeth se remonta le décolleté, replaça ses cheveux en demandant au passage à Casey si elle avait fière allure, ne prit pas la peine d'écouter sa réponse et se préparait à partir à la chasse aux mecs, mais LE mec en question fut plus rapide et retondit dans la cuisine.

Pendant quelques secondes, la jeune femme eu l'impression que tout autour d'elle avait arrêté d'exister alors que ses yeux sombres venaient de plonger, littéralement, dans ceux du capitaine de l'équipe de foot. Merde qu'il était beau! ... (Et con, elle devait se le rappeler). Son regard dû s'assombrir davantage. Elle avait repris ses esprits et le toisait froidement. Malheureusement pour elle, Elisabeth s'était accrochée à lui, lui barrant le passage pour retourner dans son nid. Elle enlaçait Lance comme si elle était en train de se noyer et qu'il était le seul à pouvoir la sauver. C'était carrément pathétique. Ni l'un, ni l'autre n'ouvrit la bouche, laissant la brunette faire la conversation toute seule. Elle était trop saoule, de toute manière, pour faire gaffe à la tension qui régnait. C'est alors que l'expression de Lance changea et que ses yeux se mirent à luire d'une délicieuse malice avant d'engloutir (rien de moins) la bouche de sa compagne. Choquée par le regard de Lance toujours sur elle malgré le fait qu'il prenait plaisir à embrasser sa camarade, Casey avait quasiment envie de lui lancer sa bouteille par la tête. Il ouvrait littéralement les hostilités!

Et ce qui la frustrait encore plus, c'était cette sensation étrange qu'elle avait ressenti. Son estomac s'était noué et elle avait senti en elle... De la jalousie. À croire qu'elle aurait aimé être à la place de l'autre fille... Pffff. Ce qu'il venait de faire était vulgaire, bas et sournois. On ne jouait pas avec les gens de la sorte! Casey allait lui répliquer qu'il n'était qu'un con, mais un gros imbécile, plus loin dans le loft, venait de prendre la parole en s'assurant que tout le monde entende bien.

« Yo Cole! Je comprends maintenant pourquoi ta soeur est hors-limite. Elle est sacré bien roulée la petite garce. »

What!? C'était qui ce type? Ce n'était pas la première fois, par contre, qu'un gars essayait de narguer son frère en lui parlant d'elle. C'était courant entre garçon et bien franchement, c'était le genre de répliques qui la laissait complètement froide. Cependant, il n'en fallait pas plus pour allumer son frère jumeau et ça, ça venait la chercher. Elle s'apprêtait à séparer Lance et Élisabeth pour aller dire deux mots à ce grand idiot, mais fut coupée par le capitaine de foot qui était déjà rendu sur son coéquipier, ignorant les protestations d'Éli qui en redemandait et qui n'avait pas remarqué l'atmosphère qui venait de changer. Décidément, l'alcool ne faisait pas à tout le monde.

Exaspérée, parce que ça finissait toujours comme ça -Cole qui se bagarre pour montrer qu'il est le «Prince»- et avec Lance qui était sur le point d'éclater la tête de Davis, la belle artiste pris une dernière gorgée de sa bière avant de retourner au frigo pour s'en ouvrir une autre. Prenant une nouvelle gorgée, elle fut surprise que rien ne se passe des prédictions qu'elle s'était fait. Au contraire, le demi-dieu semblait se... soumettre à la volonté de son jumeau? Décidément, elle n'arrivait pas à le cerner le moins du monde. Pendant un court instant, leurs regards se trouvèrent et il lui fit un clin d'oeil, l'air calme et sûr de lui. Cay roula les yeux au ciel, un petit sourire en coin, l'air découragée avant de tourner les talons et de monter à sa chambre. Ils pouvaient bien jouer aux fanfarons, tous les deux, elle n'en avait rien à faire. Et puis, il y avait assez de filles dans cette maison pour que Lance oublie sa présence et lui fiche la paix. Bien qu'elle ne savait pas trop ce qu'elle voulait vraiment, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole D. Philips

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Lun 18 Juil - 21:24

Impulsif comme il était, ce n'était pas son genre de laisser un idiot comme ça fait une remarque de la sorte et le laisser s'en sortir indemne. Mais la réaction du capitaine de l'équipe de football AKA le-gars-le-plus-lourd-de-la-planète le surprit à tel point qu'il perdit toute contenance l'espace d'une seconde. (Bien sûr, rien ne parût, pas même le plus petit plissement du front).

Et puis il y avait aussi le fait que l'autre énergumène le regardait avec une telle terreur que s'en était presque drôle. On aurait dit qu'il allait faire dans son pentalon. Lui qui paraissait complètement intoxiqué il y a une minute, avait dégrisé d'un coup.

« ...Suis vraiment désolé Cole, voulait pas dire ça, c'est sortit tout seul.

Il avait juste encore plus l'air d'un moron. Il lui faisait presque pitié, mais le Seacalling comptait bien profiter de son moment de pouvoir. Le leader de l'équipe de football lui conférait - à lui - de prendre une décision. Il chercha du regard la personne qui se trouvait au centre de toute cette attention et eût juste le temps de la voir monter les marches qui menaient à sa chambre.

Cole s'en voulu, car elle n'avait rien dit lorsqu'il lui avait dit qu'il comptait faire un party ici, alors que ce n'était pas son truc. Se trouver dans une foule de gens, d'humains, la rendait mal à l'aise car elle ne s'y sentait pas à sa place au milieu de tous ses gens normaux. Et maintenant il lui donnait ce dont elle avait le moins besoin: l'attention de tous.

Il s'était encore mis dans le pétrin pour rien. Il s'était encore fait avoir. Mais il avait une bonne raison bordel! Il en avait marre - ras-le-bol - des commentaires idiots que pouvaient faire ces imbéciles en manque et tout juste sortit de l'adolescence. Il en avait surtout marre que ses discussions peu vertueuses ait comme sujet principal nulle autre que sa soeur.

Oui, elle était jolie. Oui elle avait la peau pâle et traînait à la bibliothèque. Oui elle était différente. Ce n'était pas une raison pour se moquer d'elle. Si ça continuait comme ça elle resterait dans sa chambre et n'en sortirait plus.

C'est maintenant - des mois plus tard - qu'il réalisait qu'il avait été égoïste de la laisser le suivre à l'autre bout du monde. Qu'il aurait dû lui dire qu'elle était tout à fait heureuse à Londres, avec sa vie et ses amis et qu'elle aurait dû y rester. Mais il savait que trop bien que la séparation leur aurait été un peu plus douloureuse chaque jour. Il s'éloignait déjà trop avec ses secrets. Il lui faudrait avoir une discussion avec elle bientôt - bien qu'il ignorât totalement ce qu'il allait bien pouvoir lui dire.

Il commençait à sentir que s'il s'enfonçait un peu plus dans son silence, il finirait par la perdre pour de bon.

Et c'était hors de question.

Finalement, l'autre taré était le cadet de ses soucis.

Changement de plan.

« Dégage »

Il lui avait fait un signe de la tête en même temps. L'autre gros lard resta planté là, la bouche ouverte.

« Fou le camp! Et ne t'approche plus jamais de Casey. C'est clair? ».

Il vit du coin de l'oeil le regard approbateur de Derrick et il leva les yeux au ciel. L'autre acquiesça vivement de la tête et décampa sans demander son reste. Lance l'avait évidemment lâché, sous les regards moqueurs des membres de l'équipe de foot qui allaient certainement se foutre de la gueule de Davis jusqu'à la fin des temps.Le regard des deux leaders se croisèrent et Lance le salua furtivement de la tête, l'air de dire « t'as fait la bonne affaire mon vieux, merci » (mais c'était dur à dire parce que les têtes enflés parle pas vraiment comme ça...) Puis, une seconde après Lance le gratifiait d'un sourire en coin et la lueur de malice qui flottait dans ses yeux semblait dire « j'avais tout prévu ». Pour toute réponse, Cole lui tira la langue de manière très mature.

Puis, se rendant compte que tous les yeux étaient encore tournés vers eux, Cole leva un sourcil et mentionna d'un air de conspirateur:

« Vous allez me le dire hein? S'il dit quoique ce soit? »

Les rires et le trinquage qui s'ensuivit lui donna l'impression que par cette intervention débile, les deux équipes étaient en bon termes. Il leva les yeux vers Lance.

Oh. He's good.

Derrick - que dieu le bénisse - signa le pacte de leur nouvelle alliance avec une bière dans chaque qu'il leur tendit. Ils prirent tous une gorgée et la fête repartit de bon train.

« Où en étions-nous? », se tourna-t-il, charmeur vers son auditoire de toute à l'heure. Kate le regardait l'air pour le moins impressionnée. Il haussa les épaules et attrapa par la taille la première fille venue.

Puis, il vit que Lance avait jeté un oeil du côté de l'escalier.

« Oh non! », s'exclama-t-il, « Penses-y même pas, buddy ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Paterson

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 16/07/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Lun 18 Juil - 22:41

La main toujours accrochée au cou de Cole, elle la dégagea lorsque le jeune homme lui tendit son verre, la regardant d'un drôle d'air. Elle n'avait pas réfléchi à la façon de l'approcher. C'était venu tout seul. Mais, c'est vrai qu'il y avait quelque chose de différent dans cette approche et elle se sentit un instant mal à l'aise de l'avoir fait. Je débloque ou quoi? Pourtant, il venait de poser sa main sur son bras, le serrant légèrement. Son regard avait également changé. Elle connaissait ce regard pour l'avoir vu le lancer à d'autres filles. C'était celui typique du gars qui n'avait qu'une envie, s'amuser et ne pas se poser de question. Ça lui faisait drôle qu'il le lui offre.

- «So... Tu veux quoi à boire?», avait-elle lancé d'un air décontracté pour briser un peu le moment étrange avec tous ces regards de filles haineuses braqués sur eux.

Il allait répondre quelque chose, mais l'imbécile de Davis le coupa dans son élan et l'atmosphère changea du coup. Kate connaissait son meilleur ami par coeur. Elle se crispa instantanément et, pas réflexe, pausa sa main sur l'avant-bras de Cole pour essayer de le calmer, sachant déjà qu'il ne suffisait pas de grand chose pour l'allumer. L'air solennel, assis dans son fauteuil, il ne sembla pas vouloir broncher. Il faut dire que le capitaine de foot fut plus rapide que lui (au grand soulagement de Kate!) Elle avait horreur quand Cole décidait de jouer au plus malin... Et malheureusement pour elle, ça arrivait un peu trop fréquemment.

Une fois, ça avait failli tourner plutôt mal d'ailleurs. Cole et elle étaient dans un bar le long de la plage avec des amis. Un grand costaud totalement inconnu de la gang avait commencé à le narguer, sans aucune raison (Sans doute trop d'alcool dans le nez) et l'invitait à se battre sur la plage. Bien entendu, Cole ne ratait pas une occasion de prouver qu'il était le meilleur, mais Kate avait tenté de l'en dissuader. C'était son anniversaire et elle n'avait aucune envie de finir la soirée à mettre de la glace sur un quelconque bleu de son stupide meilleur ami. Il ne l'avait pas écouté le moins du monde et la clique s'était amassée sur la plage pour assister au spectacle. Ça avait fini en bataille général... Les policiers étaient débarqués et ils avaient fini au poste où Cay était venue les chercher (Pas le moins du monde surprise). La soirée s'était terminée à 23h00, dans le sectionnel des Philips, Kate verte de colère, tenant un sac de glace contre sa lèvre fendue. Cole, riant à la voir ainsi en ce tenant les côtes dont quelques unes étaient fracturées. Elle avait été cinq jours sans lui parler. Le jeune homme avait fini par s'excuser et lui avait promis que ça ne se reproduirait plus (En plus de lui promettre, également, un super cadeau de fête l'année suivante... Il était mieux!)

Mais là, dans son salon, ainsi stoïque, elle devait avouer qu'elle ne le reconnaissait pas. Certes, il s'était dégagé de son touché, pour éviter d'avoir l'air de quelqu'un de faible contrôlé par une autre personne. Il ordonna à l'autre de foutre le camp. Heureuse, elle soupira en souriant et eu un regard de connivence avec un des amis de leur gang, Derrick. Il était bien le seul à ne pas avoir la tête brûlée comme la plupart de ses coéquipiers.

L'atmosphère revint vite à celle d'un party. La musique se remis à jouer plus fort, les filles redevinrent complètement idiotes et Kate fit un regard interrogateur à Cole sur sa nouvelle manière de gérer la situation. Pour toute réponse, il la gratifia d'un sourire amusé, haussa les épaules et agrippa la première fille à sa portée. Celle-ci ne se fit pas prier et se colla contre lui, mordillant sa lèvre inférieure en le regardant avec de jolis yeux aguicheurs. Levant les yeux au ciel, elle entreprit d'aller lui chercher quelque chose à boire à la place de rester plantée là à les regarder tous les deux.

Revenant du bain dans lequel ils avaient mis une tonne de glace pour faire une glacière géante, elle lui tendit son verre qu'il prit du bras sans toutefois l'enlever des épaules de sa compagne, prenant une gorgée, forçant la fille à se coller davantage sur lui. C'était étrange comme sensation, de se sentir ainsi... Elle ne pouvait pas vraiment mettre un mot précis sur ce sentiment (Et bien franchement, elle n'avait pas envie de se casser la tête avec ça ce soir). Voyant bien que son meilleur ami ne décollait pas de la jolie blonde, et qu'il n'avait certainement pas l'intention de danser avec sa simple best, elle prit une gorgée de sa bière avant de se tourner pour aller trouver de la compagnie ailleurs.

Elle n'eut pas à chercher longtemps, en se tournant, elle tomba sur un type de l'équipe de foot (Mason?) qui l'invita à danser. Elle accepta, la musique enjôleuse rapprochant derechef les gens. Si le «Prince» (Beurk, mais quel surnom! Jamais elle ne l'appelait ainsi, sauf pour se moquer de lui) pouvait s'amuser, pourquoi pas elle après tout? Et sans vraiment réfléchir, parce que l'alcool leurs faisait toujours faire des trucs stupides, elle posa ses lèvres sur celles du mec qui ne l'en empêcha aucunement, échangeant un baiser langoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey A. Philips

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Mar 19 Juil - 0:31

Ça devait faire au moins vingt minutes que la jeune femme était montée à sa chambre, s'épargnant la fin de la scène qui s'était déroulée au rez-de-chaussé. Merde qu'elle détestait ce genre de soirée! Elle en voulait d'ailleurs un peu à son frère. Qu'il fasse une soirée sans même lui en parler (Parce que le lui annoncer lorsque Kate était arrivée deux heures plus tôt, ça ne comptait pas vraiment comme un avertissement quand tu attends le collège au grand complet!) à la limite, ça passait. Mais, qu'il fasse une soirée dans laquelle elle se ramassait le centre de l'attention durant un moment, ça, c'était tout simplement un non catégorique. Elle n'avait jamais été hyper à l'aise en publique. C'était sans doute à cause de son physique différent qui venait, à coup sûr, avec des chuchotements. C'est pour cette raison qu'elle s'était si bien sentie
à Londres, cela semblait indifférer les gens. Elle s'y sentait normale, acceptée.

La manière dont évoluait son frère jumeau la déconcertait un peu. Il était tellement plus que tout ce qu'il laissait paraître. Leurs parents leurs avaient inculqué des valeurs tellement plus profondes que... ça. Des filles, de l'alcool et un état de compétition constant. Mais, Cole semblait heureux dans cet univers-là, alors Casey ne disait rien. Au grand jamais, elle ne voulait revoir le regard qu'il avait lorsqu'ils étaient de l'autre côté de l'océan. Ce regard malheureux lui avait littéralement brisé le coeur. Elle s'était promis de le protéger. Et si le protéger impliquait d'endurer ces fêtes stupides, alors elle le ferait.

Le regard rivé sur le plafond, entendant la musique repartir en bas (Finalement, personne ne semblait avoir envoyé personne à l'hôpital. Le ciel soit loué!) elle se prit alors à repasser l'entrée plutôt inattendue de Lance dans sa tête. Enfin, ce n'était pas si surprenant avec le peu qu'elle connaissait de lui. Mais, pourquoi la fixer ainsi? Cay s'entendit soupirer, se tournant sur le ventre pour enfoncer sa tête dans son oreiller, pensant peut-être que ça pourrait l'empêcher de réfléchir deux petites secondes.

Au même moment, son cellulaire vibra, lui annonçant qu'elle avait un message texte. Derrick.

Hé, miss Phillips, t'aurais pas envie de descendre? S'te plaît. Ça manque cruellement de filles intelligentes en bas!

Cay ne put réprimer un sourire en coin. Derrick était le meilleur ami de son frère. Il venait régulièrement à l'appart et la Northstar s'était surprise à avoir beaucoup de points en commun avec le jeune homme. Il était agréable, drôle, intelligent en plus d'être beau. C'était d'autant plus charmant qu'il ne semblait pas, contrairement à tout le reste de l'équipe de waterpolo, s'en rendre compte. Elle n'était jamais aller voir plus loin, n'ayant pas eu d'occasion pour se parler davantage.

Et de filles décemment habillées. Vous oubliez ce détail important, M. Stevenson.

Tu vois! Ça te donne pas vraiment le choix de venir contre-balancer cette statistique alarmante.

J'sais pas trop Derrick...

Elle avait les pouces en suspend devant son cellulaire. Attendant de voir s'il allait laisser tomber ou lui répondre.

Je sais que Kate et Cole te l'ont sans doute déjà demandé, mais tant pis, j'essaie quand même. S'IL TE PLAÎT! AU SECOURS!

Suite au message, il lui avait envoyé un selfie arborant un visage déconfit et piteux extrêmement exagéré. Elle se surprit à rire de bon coeur. Le trouvant plutôt mignon d'insister ainsi. Elle adorait ce côté de lui qui ne se prenait absolument pas au sérieux.

Levant les yeux au ciel en souriant, elle lui renvoya un selfie d'elle, le nez froncé et la bouche pincée en une grimace qui voulait clairement dire «Fais chier!» avant de lui répondre.

Ok, t'as gagné. P.s. Dis-le pas aux deux autres, tu pourrais devenir leur arme secrète pour me traîner partout!

Casey se leva donc, ouvrant sa garde-robe pour dénicher quelque chose qui ferait un peu plus «party». Elle finit par opter pour une camisole à larges bretelles grise, en dentelle, qui laissait voir le top de son maillot bandeau marine en dessous. Et pris une paire de shirts en jeans dont les poches fleuries sortaient (Cadeau de Kate) qu'elle enfila rapidement. Elle compléta son look décontracté mais très mignon, par des bracelets tressés aux poignets et une chaîne argent qui descendait sur sa poitrine avant de détacher ses cheveux qui faisaient de jolies vagues autour d'elle. Satisfaite du résultat, elle ajouta du mascara, rien de plus.

Casey aimait s'habiller, et ne mettait jamais rien qui puisse la rendre inconfortable. Elle n'avait pas non plus besoin de s'arranger durant des heures pour arriver à un résultat. C'était une très belle fille au naturel, alors elle misait sur cet atout. Et si ça ne plaisait pas, et bien tant pis! Elle le faisait pour elle, pas pour les imbéciles qui pouvaient critiquer.

Rendue en bas, elle n'eut pas à chercher Derrick longtemps. Celui-ci était confortablement assis sur l'îlot de la cuisine, comme à son habitude quand il venait au loft, en grande conversation avec un membre de son équipe et deux, trois filles qui tentaient d'attirer son attention... Sans succès. Lorsqu'il vit Casey arriver, il descendit de son perchoir, souriant, lui ouvrant les bras comme si elle était le messie.

- «Merci! La voilà!», dit-il avant de la prendre dans ses bras pour lui faire la bise. Elle l'enlaça également, souriante, en lui donnant un baiser sur la joue avant de se décoller pour saluer les autres personnes présentes dans le cercle. «T'as envie d'aller prendre l'air un peu, Cay?»

Ouais, aller se promener sur le bord de l'eau ne serait pas une mauvaise chose. C'était faire parti de la soirée, mais pas trop en même temps. En plus, elle n'avait encore jamais eu l'occasion d'avoir une conversation seule avec Derrick, pour parler de tout et rien.

- «Oui, je t'en prie, sortons d'ici! Je vais aller me chercher quelque chose à boire dans la salle de bain et j'arrive.»

Elle le laissa avec les autres le temps de faire ce qu'elle venait de lui dire. La bière à la lime s'était bien, mais après deux de suite, elle avait besoin de boire quelque chose d'autre. Et elle savait que Kate et Cole utilisaient toujours la baignoire pour garder au frais les réserves d'alcool.

Elle s'apprêtait à sortir de la pièce déserte (qui irait faire le party dans la salle de bain de toute manière?), puis ouvrit la porte pour tomber face à face avec... Lance. Merde.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Jeu 21 Juil - 23:23

Après l'épisode Davis qui aurait pu être chaotique, Lance était plutôt content de la tournure qu'avait pris les choses. Il devait admettre cependant que ce n'était pas simple que de se mettre du côté de Cole, parce que celui-là avec ses allures de roi de la fête commençait de nouveau à lui tapper sur les nerfs.

Mais il s'améliorait en ce qui avait trait aux bagarres générales qui dégénéraient très souvent dans ce genre de party « open house » où les gars saoul finissaient par se tapper dessus pour quasiment aucune raison. Est-ce que ses techniques de contrôle de soi commençaient à prendre effet?

Il fit bien attention de ne rien faire pour tenter le diable (Cole) pendant les prochaines minutes. Juste au cas...

Puis il eu le malheur de surprendre une conversation entre deux gars qu'il n'avait javais vu auparavant.

« ... si je te le jure! Ils sont ici, dans notre école... ». Le gars jeta des regards peu discrets autour de lui, comme pour s'assurer qu'aucunes oreilles dans les parages ne pouvaient l'entendre (comme s'il s'en rendait compte à la vitesse à laquelle il calait sa bière!)

Lance était passé devant eux à une certaine distance et se trouvait dos à un mur qui donnait vers la sortie. En entendant ses paroles, il se figea et se colla un peu plus au mur adjacent, tendit l'oreille en attendant la suite. Il osa jeta un coup d'oeil dans leur direction. Celui qui parlait lui faisait dos aussi et il baissa encore d'un ton de voix.

« Leur fraternité. Elle est basée ici. Ça veut dire qu'à ce moment même il y a des nouveaux qui s'y convertissent. C'est une véritable secte... »

Un nouveau coup d'oeil. Les deux semblaient alarmés et celui qui était de dos avait annoncé cette nouvelle comme s'il la gardait depuis trop longtemps et qu'il voulait se défaire du seul fardeau de savoir. Alors, il avait impliqué quelqu'un d'autre.

« Et bien je n'ai absolument pas l'intention d'être ici si quelque chose arrive », clama l'autre, de la peur dans la voix. Je refuse d'être piéger dans une guerre qui ne me regarde pas du tout.

Évidemment, c'était encore un sujet tabou. Donc, en résumé, c'était la chose qui était le plus discutée dès que les gens pensaient avoir un peu d'intimité. Ce n'était vraiment pas la première fois que Lance entendait ce genre de propos (il en circulait tellement que c'était difficile de faire la part des choses.) Mais ce qui l'énervait cette fois-ci (mise à part que c'étaient évoqués par deux lâchetés de couilles molles), c'est qu'il avait lui aussi lu ça quelque part.

La confrérie des Fierces avaient commencé ici même à Brimwood. Et leur fraternité continuait d'exister - et il pouvait facilement imaginer qu'elle ventait de bonnes valeurs et un esprit de camaraderie comme les autres - donc ces membres pouvaient se cacher sous l'allure amicale, naïve ou studieuse de n'importe qui sur le campus.

Pour la première fois depuis son arrivée ici, Lance se sentit impuissant. Qui était-il pour se mesurer ceux-là, lui qui avait peur de ses propres pouvoirs? Qui n'arrivaient pas à les contrôler! Finalement, il n'était pas mieux que ces deux peureux.

Il lui faudrait reprendre ses recherches de plus belles. Il avait bien voulu... ce n'était pas de sa faute s'il avait été distrait la dernière fois à la bibliothèque...

Il en avait marre de patauger ainsi dans l'incertitude. Mais il n'avait aucune aide de ce côté là...

« Lance... Lance... LANCE !»

« Qu'est-ce que tu me veux bordel? »

Il avait haussé le ton et il s'en voulu aussitôt. Il regarda autour de lui; c'était Clive et quelques-uns de ses coéquipiers qui l'entouraient alors qu'il n'avait rien remarqué. Et un coup d'oeil vers le fauteuil lui confirma que les deux idiots avaient disparus. Combien de temps était-il resté ainsi, caché derrière un mur,les yeux dans le vague, perdu dans ses pensées?

Clive ne s'approcha pas, respectant la distance qui les séparait (ses changements d'humeur commençaient à se faire sentir dans l'équipe - merde. Il faudrait qu'il fasse plus attention. ) Mais il aborda Lance sur un ton jovial.

« On va rejoindre quelques filles qui ont pris le chemin en direction de la plage, tu viens avec nous?»

Ayant décidé de reprendre pleinement ses esprits, il ne laissa rien paraître de ses tourments et les salua d'un signe de tête.

« Je vais me chercher une bière et je vous rejoint ».

Clive et la bande quittèrent les yeux après lui avoir amicalement tapé l'épaule.

Dieu qu'il n'avait pas encore assez bu pour tout ça.

Non mais quelle idée bizarre de mettre la bière dans la baignoire...

Il était arrivé devant la porte de la salle de bain, qui s'ouvrit toute seule et laissa apparaître une Casey en tenue de party, les cheveux défait et une lueur espiègle dans le regard. Prenait-elle enfin plaisir à cette soirée?

« Casey », dit-il sans même réfléchir.

La jeune fille stoppa net, surprise. (Il lui barrait le chemin anyway.)

« Je vois que tu fais comme chez toi », sourit-il en voyant qu'elle était allée elle-même se servir de la réserve d'alcool dans le bain.

Attiré comme un aimant, il posa son bras nonchalamment sur le mur, lui bloquant de ce fait le passage et comblant un peu plus l'espace qu'il y avait entre eux.

« Je serais bien monté te voir, mais je voulais pas risquer la peine de mort! ». Et en chuchotant, il ajouta, comme en confidance: « On nous espionne ».

Il fit un show de lever les yeux vers leur entourage et de pointer peu subtilement son frère avec son épaule. La main devant la bouche en un «O» silencieux, il croisa de nouveau le regard de Casey, ses grands yeux mimant la stupéfaction.

Finalement, peut-être qu'il cherchait le trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey A. Philips

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Ven 22 Juil - 0:24

« Je serais bien monté te voir, mais je voulais pas risquer la peine de mort! »., lui lançant-il comme s'ils étaient de connivence ou même bon amis.

Cay fronça les sourcils, croisant les bras en voyant bien qu'il n'avait pas l'intention de bouger de l'embrasure de la porte. Venir la voir dans sa chambre, pourquoi aurait-il fait ça?

- «Tu m'as déjà rendu mon crayon, Lance. Je vois pas ce qu'on se doit de plus.»

Elle aurait voulu avoir l'air détaché, de s'en foutre même, mais Casey était transparente. Elle n'arrivait pas à cacher ses émotions. Et la déception devait sans doute se lire sur ses traits. La déception de quoi précisément, elle n'aurait su le dire. Devant le capitaine des Dragons, elle n'était aucunement rationnel. C'était épuisant. Toute sa vie, elle l'avait forgée de certitudes implacables. Et Lance, avec ses beaux yeux, avait envoyé balancer le tout en quoi? Une heure durant un cours de dessin? Elle le détestait pour ça. (Et pour cette sensation qui lui prenait dans le ventre à chaque fois qu'il s'adressait à elle.)

Lorsqu'il sous-entendit que son frère les épiait, son regard devint glacial. Peu importe comment agissait Cole, elle s'avait que ce n'était jamais pour lui causer directement du tord, bien au contraire. Alors que Lance se moque ouvertement de lui, elle ne pouvait le tolérer.

- « Fuck. Tu joues à quoi là? Tu crois que te moquer de mon frère avec moi, c'est un bon plan? Je t'arrête tout de suite, c'est nul, Lance.»

Elle était énervée. Parce qu'elle était toujours énervée en sa présence. Jamais elle ne perdait son sang froid habituellement. Mais là, franchement, elle n'avait pas envie de subir les conneries de quelque d'autre. Celles de Davis avaient été bien suffisantes. Seulement, elle devait se contrôler, aucun élu n'était à l'abris de son pouvoir lorsqu'il se mettait en colère. Et, bien que l'envie de le projeter au mur lui donnait envie, elle devait reprendre contenance. Sans s'en rendre compte, elle ferma les yeux, respirant profondément, avant de les rouvrir, son corps semblant s'être décontracté un peu.

C'était soir de fête, elle ne devait pas l'oublier. Le jeune homme voulait simplement être sympathique (Bien que complètement raté) Elle pouvait au moins faire l'effort de s'en débarrasser gentiment.

- « Ok, je vais sans doute le regretter mais, vas-y, qu'est-ce que tu veux? J'te promets d'y penser sérieusement et de ne pas me moquer. Si t'es là, forcément c'est que tu veux quelque chose? J'ai pas envie de jouer au chat et à la souris.»

C'était un jeu bien trop périlleux auquel elle avait perdu trop souvent. La belle Philips était sincère, elle n'arrivait pas à jouer comme toutes ces filles au jeu de la séduction. Elle ne pensait pas avoir ce genre de capacité.

En se replaçant dans le cadrage de la porte, Lance s'était rapproché d'elle. Il dégageait une telle chaleur, même à cette distance. C'était perturbant pour elle qui était si froide. Elle sentit sa gorge s'assécher. Prendre une gorgée de bière aurait été l'idéal, là, maintenant, mais Cay semblait figée sur place. Elle finit par s'adosser sur le meuble lavabo collé contre la porte, ne la distançant pas vraiment plus de monsieur je-suis-irrésistible-je-le-sais-et-je-m'en-sers-un-peu-trop. Elle jeta furtivement un oeil derrière son épaule, s'assurant que Cole ne regardait pas dans leur direction. (Elle n'avait surtout pas envie d'une autre dispute la concernant.)

Au même instant, alors qu'elle attendait une réponse, la connasse d'Élisabeth se pointa derrière Lance. Elle ne saurait en être sûr, mais Cay sembla voir dans le regard de son interlocuteur de l'irritabilité. Elle venait de passer ses mains sur ses larges épaules, essayant, de toute évidence, de se faufiler devant pour se lover dans ses bras.

- «Holloway, on t'attend pour aller faire ce bain de minuit sur la plage. Tu vas venir nager avec moi, hein?»

La Northstar arqua un sourcil, découragée. Elle s'était imaginée, attendue... Et puis merde. La brunette était complètement bourrée. Les gars dans son genre voyaient toujours ça comme l'occasion du siècle. Une belle fille, ivre, qui vous demande de venir faire trempette alors qu'elle est complètement nue. Quel homme disait non à ça!? Et même si une infime partie d'elle-même aurait souhaité que Lance reste avec elle, qu'aurait-elle pu faire pour rivaliser? Une conversation désagréable, dans une salle de bain, avec une fille qui n'était pas prête de ce déshabiller... Ce n'était pas un très bon deal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 23 Juil - 22:12

« Toi, tu ne me dois rien de plus. Moi, je te dois des excuses de la part de Davis. Ce qu'il a dit était absolument inacceptable et, bien que j'avoue parfois moi-même y aller un peu fort, lui c'était carrément déplacé, voire inexcusable. »

Ben quoi ça lui arrivait lui aussi d'avoir une conscience! Parfois. Pas souvent. Il n'avait pas encore assez bu pour décider...

« Je l'enverrais s'excuser lui-même, mais il doit s'être perdu dans le grand carré de sable qui borde votre appartement. »

C'était faux. Il avait envoyé Mason à sa poursuite (au grand désarroi de celui-ci) afin qu'il se rende bien sain et sauf à sa résidence, malgré tout l'alcool qu'il avait ingurgité. Sans quoi, Lance n'était pas certain que Davis ne se serait pas noyer dans l'océan sur le chemin du retour.

Et c'est pas Lance qui serait allé le chercher... Il frissonnait juste à y penser.

Il sembla avoir touché un point sensible pour Casey malgré tout, ou était-ce leur proximité qui la mettait à l'envers? Pourtant, lorsqu'elle le toisa de nouveau, son regard était aussi glacial que sa peau. Qu'est-ce qu'il aimerait sentir le choc du contact de leur peau une nouvelle fois, comme c'était arrivé pendant leur cours d'art.

Bon qu'est-ce que j'ai dit pour la vexer encore?

Ce qu'il voulait? Il n'en avait pas la moindre idée. Tout ce qu'il savait c'est que cette Casey Philips avait quelque chose en elle qui l'attirait comme un aimant. Comme si une force inébranlable le poussait vers elle et que ça ne lui était même pas passé par la tête d'y résister. Attention, se dit-il, il y a des élus qui ont se pouvoir d'ensorceler les autres.

Ça y est. Toute cette histoire lui montait à la tête. C'est pas parce qu'il était un Impur - c'est comme ça que ceux de sang mêlé comme lui s'appelait apparamment - qu'automatiquement tout ceux qui l'entouraient souhaitaient le mener à sa perte. Il devait se méfier, certes mais pas au point de devenir fou.

Alors voilà qu'il allait lui répondre ce qu'il voulait puisqu'elle le lui avait demandé - et il avait trouvé une excellente réponse à cette question: il allait en fait non pas lui répondre mais passer à l'action, une lueur taquine dans le regard, lorsqu'il sentit une main frôler ses épaules et son dos, puis venir s'accrocher à lui comme une sangsue, tentant de le séparer de celle qu'il convoitait.

Il réussit avec peine à réprimer un soupir d'agacement. Cette foutu collante d'Élizabeth...

La sangsue, ce n'était pas un mauvais surnom. Lorsqu'elle l'invita a la plage, il fut prit d'une mini crise de panique. Moi, dans la mer? Jamais! Il la poussa fermement du revers du bras, afin de ne pas perdre la proximité qui le joignait à Casey.

« Meilleure chance la prochaine fois, Élizabeth, je ne prends pas de bain de minuit dans la mer avec des sangsue ».

Oups. C'était sorti tout seul. Évidemment, cette dernière ne retint pas l'insulte et le prit en pitié. S'il y avait une chose qu'il détestait par-dessus tout, c'était être pris en pitié. Beaucoup trop de gens l'avaient regardé de cette façon en apprenant l'histoire terrible de son enfance. Il n'avait jamais voulu de leurs bons mots et de leur compassion, c'est pourquoi rendu à l'adolescence il n'avait plus jamais dit la vérité sur ses origines.


« On pauvre Lance, il a peur des sangsue... », puis le cerveau probablement embrumé par l'alcool, elle sembla s'éclairer : « mais y'en a pas de sangsue dans la mer, gros lourdeau! »

Oh boy. En levant les yeux au ciel devant cette si grande marque d'intelligence, il croisa le regard de Casey et oui, bien entendue, c'était un sourire moqueur qu'elle lui renvoyait de toutes ses belles dents blanches. Un peu plus et il avait droit à une grimace. Lui-même avait le goût de grimacer de s'être fait prendre par le pot de colle.

Élizabeth allait renchérir - sûrement avec une remarque tout aussi perscpicace - lorsqu'il lui coupa brusquement la parole:

« Élizabeth, je suis un peu occupé là, tu vois pas? Va te trouver quelqu'un d'autre pour faire le poisson dans la mer, parce que ce ne sera pas moi. »

Elle fronça les sourcils et sembla (enfin!) se rendre compte de la présence de Casey. Elle commença par faire la moue, puis pris un air vexé. Les paroles de Lance eurent finalement l'air de faire effet et les yeux de la jeune fille se remplirent de larmes. Elle le repoussa et s'enfuit vers la sortie en courant. Lance se retourna vers Casey.

« Désolé pour ça. » Mais il n'avait pas vraiment l'air désolé. « Où en étions-nous? »

À cet instant, une fille s'approcha d'eux, sûrement parce qu'elle voulait aller se chercher quelque chose à boire dans la salle de bain. Il dut se déplacer (et du même coup s'éloigner de la belle Philips) pour la laisser passer. Il en profita pour demander:

« Tu veux aller prendre l'air? On pourrait aller marcher à l'extérieur. Mais je t'averti, je ne suis pas un fan de la baignade nocturne. Si c'est ce que tu veux, tu ferais mieux de demander à un membre de l'équipe de waterpolo ».

Il avait voulu faire une blague et évidemment ça lui retombait dessus: une voix derrière lui venait d'interpeller la jeune fille.

« Casey? »

Lance tourna la tête vers lui. Celui qui avait parlé était entouré de trois ou quatre autre gars qui faisaient certainement partie de l'équipe de waterpolo, Lance n'avait aucun doute là-dessus. Il semblait interroger Casey du regard.

Lance la regarda aussi et ils attendirent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey A. Philips

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Dim 24 Juil - 22:30

Ça ne lui était pas arrivé souvent d'avoir une telle attirance pour un homme. À dire vrai, c'était bien la première fois qu'elle en perdait autant son sang froid et son esprit critique... Ou alors c'était la boisson. Peut-être que l'alcool ne lui faisait pas non plus et qu'elle était en train de s'inventer des sentiments (qui lui faisaient vraiment peur, d'ailleurs.) Sa tête lui criait de fuir ce type alors que le reste de son être voulait projeter Élisabeth loin de lui pour prendre sa place.

Et pendant un moment, avant que Derrick ou cette fille passe, elle avait cru voir dans le regard de Lance ce même désir incontrôlable. Il n'avait pas répondu à sa question. Plutôt, il avait fait mine de vouloir avancer vers elle, le regard taquin. Son coeur s'était emballé. Elle était prise entre lui et le meuble lavabo et ne savait pas vraiment comment réagir. Sauf qu'elle n'avait pas eu à pousser sa réflexion plus loin. Sa propre déception la surprit grandement.

« Tu veux aller prendre l'air? On pourrait aller marcher à l'extérieur. Mais je t'averti, je ne suis pas un fan de la baignade nocturne. Si c'est ce que tu veux, tu ferais mieux de demander à un membre de l'équipe de waterpolo ».

Aller marcher seule avec lui? Aller marcher... Fuck! Derrick. Il venait au même instant d'apparaître dans son champ de vision.

- «Casey?», fit-il d'un regard interrogateur, semblant ce demander ce qu'elle foutait depuis un bon dix minutes. Merde! Elle l'avait complètement oublié. Vraiment. Elle était tombé sur Lance et tout le reste n'avait plus eu d'importance tandis qu'il lui adressait la parole. Sur le coup, voyant l'ami de son frère derrière le capitaine des Dragons, elle eu honte de l'avoir laissé attendre ainsi dans la cuisine.

Ce n'est pas qu'elle avait fait exprès, bien au contraire. Mais cette proximité que Lance avait installé entre eux deux l'avait saisie et déconcentrée. Certes, Élisabeth (Avec toute sa pertinence...) était venue faire éclater cette bulle qui semblait vouloir se resserrer sur eux, mais ce sourire moqueur qu'il lui avait offert sembla les rendre complices un instant. Contre toutes attentes, il avait repoussé très clairement les avances de la brunette pour rester auprès d'elle.

Voyant qu'elle n'avait pas quitté le regard de Lance malgré l'arrivée des autres garçons, Casey se ressaisit et tourna la tête pour faire une moue coupable à Derrick. Elle fit mine de reprendre sa bière qu'elle avait déposée sur le comptoir et s'apprêtait à passer devant Holloway pour quitter, mais n'en fit rien rendue à sa hauteur.

- « Je fais que terminer cette discussion. Lance était en train de me faire ses excuses pour les agissements de son coéquipier. Donnes-moi deux secondes, promis.», lui dit-elle avant de le gratifier d'un sourire sincère et d'attendre qu'il s'éloigne un minimum pour reprendre.

Voyant bien tout d'un coup qu'ils étaient seul et près l'un de l'autre, la Northstar eu un moment de panique. Qu'est-ce qu'elle était en train de foutre là!? C'était pas son genre d'être dans ce type de soirée, avec ce type de gars, à prendre goût à cette vie californienne. Le regard du jeune homme était hypnotisant et elle pencha la tête, posant les yeux au sol pour reprendre contenance. Trouvant enfin quelque chose à dire, elle regarda autour d'elle, l'air de chercher quelque chose avant de se rappeler qu'elle avait dans la poche de son pantalon un stylo qu'elle avait ramassé sur l'îlot de la cuisine avant de venir ici, se disant qu'elle le remettrait à sa place en chemin.

Satisfaite, elle croisa le regard de Lance de nouveau, lui offrant des yeux chaleureux avant de prendre sa main (Le contact de sa peau eu l'effet d'un choc. C'était doux, agréable et tellement différent.) Et sans le lui demander, entrepris d'écrire sur l'intérieur de son poignet.

- «Je crois que je te dois des excuses également. Je n'ai pas été franc jeu. Si jamais tu as envie d'arrêter de faire le con...» Lui lança-t-elle en lui désignant son véritable numéro de cellulaire maintenant sur sa peau.

Et, lui jetant un dernier regard en regrettant de ne pas avoir pu acquiescé à sa proposition, elle quitta la salle de bain en offrant à Derrick un magnifique sourire alors qu'elle se dirigeait vers lui.

- «Je suis vraiment désolée!»

Elle se planta à côté du jeune homme qui la dépassait de beaucoup. Derrick avait une stature imposante qui la rendait minuscule et fragile à côté.

Casey n'aurait su dire pourquoi, et Cole avait le même sentiment à l'égare de son meilleur ami, mais elle se sentait vraiment bien en sa présence. Il y avait une confiance innée qui s'était installée. Il lui était souvent arrivé de le comparer à un vent doux et chaud qui est régulièrement présent sur la berge. La belle Philips était heureuse que son frère et lui s'entendent si bien. Cole avait besoin de son opposé pour être tempéré. Certes, elle l'était. Mais, de pouvoir compter sur quelqu'un d'autre qui avait ce pouvoir sur lui, c'était rassurant.

- « Tu veux aller où?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Mar 26 Juil - 21:18

La voiture sport blanche venait de se garer dans l'entrée des Philips, laissant derrière elle un nuage de poussière. Le soir s'était bien installé, enveloppant l'endroit d'une ambiance sensuelle, intimiste. C'était bien connu, les gens étaient toujours plus à l'aise la nuit, comme si la lune seule était témoin de quelque chose.

Les vitres teintées de l'automobile empêchaient les curieux de découvrir qui se cachait à l'intérieur. La vibration de la musique se sentait et tout arrêta avec le moteur qui s'éteint. La portière côté conducteur et celle côté passager s'ouvrirent pratiquement en même temps, laissant sortir, à droite, une magnifique blonde pulpeuse et provocante dans l'ensemble qu'elle portait. Et, à gauche, une femme au cheveux de jais qui ressemblait littéralement, dans son ensemble une pièce blanc et léger, à une déesse grecque... Allison Rainwrite.

Qu'on aime le genre ou non, cette fille-là était magnifique. Certaines la détestaient pour ça. Allison envoya la main à des copines qui étaient sorties pour les accueillir. Elle était toujours en retard dans ce genre de soirée. Pas question de ne pas faire une entrée remarquée. Et, avec tout le monde qu'il y avait ce soir, c'était parfait pour attirer l'attention sans trop s'attirer de soupçons sur quoi que ce soit. Elle était ici dans un but bien précis, elle ne devait pas l'oublier. Maegan (La jolie blonde) et elle avait quelqu'un à trouver. Cependant, Allison avait été très claire avec sa partenaire, Il était à elle. Lorsqu'elle avait un but en tête, s'était mieux pour les gens autour d'elle de ne pas se mettre en travers de sa route.

L'intérieur du loft était très bien. Certainement décoré selon les goûts du frère. Allison ne connaissait pas du tout les Philips, mais du peu qu'elle avait entendu et vu, clairement Casey n'aurait pas choisi ce genre d'endroit beaucoup trop classe. Elle avait plus l'air du type de fille insignifiante et plutôt quelconque que personne ne remarquait, sauf pour se moquer. De toute manière, elle n'était pas une menace pour elle, alors pourquoi s'en occuper?

Les gens semblaient avoir énormément de plaisir. La soirée était un franc succès. S'étant prise une gorgée de sa boisson, elle était en train de danser au centre du salon avec ses amies lorsqu'elle aperçu au loin le «Prince». Intéressant, c'est donc de ça qu'il avait l'air ce Cole. Pas mal du tout! Il avait une beauté particulière qui donnait envie de le compter sur son mur de trophées. Mais elle n'était pas venue pour ça. Une de ses amies, par contre, ne s'empêcha pas d'aller à la rencontre du joli blond, lui faisant les yeux doux.

Ça devait faire environ une heure qu'elle était là. Dansant avec plusieurs mecs, les aguichant en dansant collée avec sa partenaire. C'était facile, elle faisait ça depuis toujours, entourlouper des types. Pourtant, sous ses allures faciles, la Fierces ne se donnait pas aisément. Il fallait la mériter, ou encore, c'est elle qui vous choisissait. Et les «non», elle n'en n'avait pas reçu très souvent.

Quittant ses copines, se décollant en même temps d'un gars insistant et un peu trop saoul, elle se dirigea vers le couloir qui menait à la salle de bain. Elle tomba alors sur le capitaine des Dragons, Holloway. Toutes les filles désiraient Holloway, Allison voulait qu'Holloway la désire. Ce gars-là avait des allures de dieu. Elle l'avait choisi et n'en voulait aucun autre.

Jetant un coup d'oeil à son reflet dans le grand miroir du corridor pour s'assurer qu'elle était parfaite, elle s'avança vers lui qui semblait finalement seul (Ce qui était pratiquement impossible! Les types comme eux étaient toujours entourés).

- «Oh! Merde, je suis tellement désolée!», dit-elle au type quelconque sur qui elle venait de renverser sa bière juste à côté de sa cible. C'était le truc. Attirer l'intérêt sans aller la chercher directement. Les hommes adoraient avoir l'impression de chasser, elle aimait leurs laisser croire qu'elle était la proie.

Sans même regarder Lance, elle le frôla pour passer l'embrasure de la porte, laissant une traîner de son parfum envoûtant derrière elle. Elle trouva une serviette accrochée sur une pôle qu'elle prit sans hésiter et retourna vers le jeune homme, prenant la peine d'ancrer ses yeux provocants dans les siens en passant à sa hauteur avec un sourire charmeur, avant de retourner vers le pauvre type trempé. Celui-ci semblait aux anges de se faire aborder ainsi pas la plus belle fille du collège. Elle lui sortit d'autres excuses bidons encore avant de quitter vers le salon en prenant la peine au passage de refaire un petit sourire coquin à Lance, s'assurant qu'il avait bien compris qu'elle était plus qu'intéressée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Lun 8 Aoû - 23:17

Lance resta planté là comme un con, la bouche ouverte. Avant de finalement sourire en la laissant partir. Cette Casey Philips était toute une femme. Et plus jamais je ne me laverai la main, se dit-il, absorbé par les numéros que formaient l'encre sur le dos de sa main.


« Si jamais tu as envie d'arrêter de faire le con...»  Nah mais ça voulait dire quoi ça?


Puis, il haussa les épaules, parfaitement content de la tournure des choses. Même si - techniquement - il avait perdue la jolie blonde à un foutu joueur de waterpolo. Nah mais qu'est-ce qu'ils ont ces gars! C'était très probablement juste parce que son frère en faisait partie, voilà. Maintenant, elle connaissait ces petits potes et ça lui faisait vingt amants potentiels, tous amis avec le jumeau. Bref, qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui trouver à lui si elle avait tous ses hommes à ses pieds? Il n'était qu'un parmi tant d'autres...

Il secoua la tête afin de chasser ses pensées désobligeantes. Ça ne lui arrivait pas souvent mais parfois ce qu'il pensait vraiment de lui refaisait surface... et la meilleure façon de le sortir de sa torpeur était de se trouver une belle et charmante distraction...

Cette distraction prit la forme d'une magnifique déesse grecque au cheveux noirs comme la nuit et toute de blanc vêtue.

Cette distraction prit la forme d'une magnifique déesse grecque au cheveux noirs comme la nuit et toute de blanc vêtue. Elle avait renversé sa bière sur le pauvre Damien Deschamps, le français que Lance avait déjà niaisé dans un cours. Ça se disait vouloir devenir avocat et ça savait même pas parler sans bégayer.


Normalement, il aurait pensé que c'était le genre de trucs que les filles font afin d'attirer l'attention d'un gars, mais ça pouvait pas être le binocle coincé de Damien. Alors sa théorie n'était peut-être pas tout à fait au point. Ça donne un méchant boost d'égo en tout cas, de se faire regarder comme ça. Mais bon à côté du binoclard n'importe quel gars aurait l'air d'un bon coup.


Il n'avait délibérément jamais vu cette fille auparavant. Parce qu'il s'en souviendrait c'est certain. Il y avait quelque chose d'iréel qui se dégageait d'elle. Comme si une aussi belle fille ne pouvait pas se trouver parmi eux dans un collège comme un autre, à un party comme un autre.


C'était le genre de beauté pour laquelle on devient une célèbre actrice ou un top modèle (ou les deux, parfois) pas le genre qu'on retrouve dans un endroit aussi commun qu'une université. Elle flambloyait de cette beauté là, pleine de confiance et d'arrogance. C'est un air qui lui allait très bien et il se sentit ensorcelé par ce sourire et ce regard.


Et Casey alors? lui dit une petite voix dans sa tête. Elle est partie avec un autre... Et depuis quand est-ce que j'ai une conscience comme ça? Just go for it. Il ne pourrait pas avoir plus attirant comme modèle. Tous les regards (très indiscrets) des mâles de l'endroit se tournaient inexorablement vers elle à un moment où à un autre. Et c'est lui qu'elle, elle regardait.


Il sortit le grand jeu et récupéra toute sa superbe en un clin d'oeil. Il lui renvoya son regard, avec autant de volupté, il sentait son corps s'embraser à la seule idée de se rapprocher d'elle. Il ne savait pas pourquoi ou comment mais elle avait allumé en lui le feu qui sommeillait au plus profond de son être.

 

Il prit une gorgée de la bière qu'il avait oublié qu'il tenait, sans jamais la lâcher des yeux, puis amorça son avancée vers elle. Il voyait bien qu'il lui avait tapé dans l'oeil. C'est pourquoi il s'établit encore plus facilement dans le rôle du courreur de jupon qu'il était et relaxa pour de bon. Probablement pour la première fois de la soirée.

Lorsqu'il fut parvenu jusqu'à elle, et sans avoir dit un mot, il l'attira par la taille avec le bras qui ne tenait pas sa bière et l'embrassa fougueusement, spontanément, avec tout le désir et l'amertume qui le rongeait.


Dès que sa peau toucha la sienne, il ne put s'empêcher de penser que c'était tout le contraire de Casey. Autant le contact de la belle Philips lui avait donné un frisson - tellement qu'il avait faillit retirer sa main - autant le contact de la magnifique étrangère était comme un baume de chaleur qui se répendait en lui. Cela lui donna envie de simplement s'abandonner et se laisser aller - son être tout entier - dans les bras de cette inconnue qui le fascinait autant. Lorsqu'enfin il mit fin à leur échange, il lui offrit un grand sourire et un regard en coin avant de lui souffler:


- Hello Darling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Mar 9 Aoû - 17:28

Revenue au milieu du salon, elle sentait toujours le regard de Lance dans son dos. Allison connaissait le cerveau masculin par cœur (Du moins, le croyait-elle). Ce type-là était certainement en train de lui mater les fesses. Tant mieux, elle n’avait pas mis cet ensemble pour rien. Qu’il regarde.

Était-ce s’exploiter soi-même que d’utiliser ainsi son corps pour arriver à ses fins? Sans doute. Mais la belle jeune femme avait toujours fonctionné ainsi. Elle ne connaissait que cette manière de faire. Séduire, manipuler, c’était son quotidien. Et c’était également de cette façon qu’elle s’était rendue si loin dans l’Ordre. Alors, pourquoi changer une formule gagnante?

Certes, ce jeu était risqué. Il devenait de plus en plus pesant par moment et Allison se sentait parfois plutôt seule, au bout du compte. Mais cette confrérie était sa seule famille. Qu’elle chance aurait-elle dans cette guerre si elle devait la mener seule? Aucune. L’Ordre était bien trop puissant pour que quiconque gagne contre eux. Le choix n’avait donc pas été difficile : Se ranger du côté des gagnants. Elle arrivait ainsi à focusser et à laisser de côté ses propres ressentiments.

De plus, chasser était son jeu préféré. Et chasser Lance Holloway avait quelque chose d’encore plus grisant. En parlant du loup…

Elle eut seulement le temps de sourire à son amie qu’en se tournant, le beau brun était rendu à sa hauteur, l’empoignant par la taille. Le baiser la déconcerta. Certes, elle aurait dû s’y attendre, mais elle n’avait pas pensé que ce serait si facile. À croire qu’elle sous-estimait encore son pouvoir d’attraction après toutes ses années.

Ses lèvres étaient chaudes, suaves, criant un besoin profond de faire le vide. Allison y plongea avec lui sans hésiter. C’était la première fois qu’elle embrassait un Firebrider, comme elle. Son corps semblait vouloir se consumer sous la pression de la bouche du jeune homme contre la sienne. Elle pouvait sentir ce feu qu’il semblait retenir depuis trop longtemps.

Posant une main sur son bras alors qu’elle l’embrassait toujours langoureusement, Lance dû sentir que les battements de son cœur s’apaisaient, lui laissant une sensation agréable de bien-être. Son pouvoir, bien que redoutable, avait aussi un côté bénéfique pour enjôler ses proies.

Se détachant finalement d’elle, Allison passa ses doigts sur ses lèvres rougies avec un petit sourire coquin. Elle devait bien l’avoue, ce gars-là savait y faire. Et pour une fois, elle en aurait bien repris tout de suite! N’éloignant pas vraiment son corps de celui du capitaine, elle lui renvoya un sourire lorsqu’il prit la parole.

- « Le capitaine des Dragons. En chair et en os. Enchantée.»

Elle avait retiré son bras, lui enlevant du coup la sensation qu’il avait ressenti durant le baiser. Ce laissant plein de désir, l’un en face de l’autre.

- « Comment se fait-il qu’un gars comme toi soit encore ici, alors que plus de la moitié de ton équipe est nue dans la mer avec de jolies filles?»

Son regard vert plongea sans hésitation dans le sien, très consciente qu’elle jouait avec le feu (Littéralement!) Plus elle le regardait, plus elle le voulait. Il fallait qu’elle garde la tête froide, mais tout son corps ne demandait qu’à s’embraser. Il y avait une chose qu’elle avait certainement négligée lorsqu’Il lui avait donné sa mission. C’était sa cible elle-même. Lance possédait une attraction particulière qu’elle n’avait jamais connue. C’était grisant, mais en même temps terrifiant. En aucun cas, elle ne pouvait se permettre d’être vulnérable. Elle pouvait bien jouer au chat et à la souris, sans toutefois s’attarder trop longtemps. Son instinct lui dictait qu’il y avait quelque chose de plus puissant encore chez Holloway dont elle devait se méfier. Mais quoi? Elle ne pouvait pas le dire. Et pour l’instant, elle s’en fichait éperdument alors que les yeux sombres du footballer venaient de se poser sur elle.

- «T’as envie d’une autre bière?»

Techniquement, il lui restait encore la moitié de la sienne et elle-même ne venait qu’entamer celle qu’elle avait dans la main. La belle Rainwrite ne cherchait qu’un prétexte pour s’isoler avec lui. Et la salle de bain semblait une bonne planque pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 3:33

« Tu sauras que mon équipe peut bien faire ce qu'il lui plaît, ils n'ont pas à me suivre partout comme un petit chien. S'ils veulent aller s'amuser à barbotter c'est leur affaire, moi j'ai d'autres chats à fouetter », lui dit-il en lui lançant un regard qui en disait long. Puis, il s'arrêta un instant, comme s'il venait d'y réfléchir: « et moi, a qui ais-je l'honneur? Non, ne me le dis pas! je vais deviner...»

Il prit une longue gorgée de bière sans la quitter des yeux, puis la jaugea de haut en bas pendant un moment avant de faire un essai:

« Amanda? »

Elle fit signe que non avec un sourire et lui proposa une autre bière. Il n'hésita pas une seconde et la prit par la taille afin de la mener tranquilement vers la salle de bain. Tout en la dévorant des yeux, la regardant de côté, il faisait de nouvelles tentatives:

« Megan?,  Chloé!, Cynthia? Francesca. »

Pendant qu'ils s'avançaient dans le salon bondé, Lance se faisait parfois interpellé par un de ces amis ou par une fille qui souhaitait attirer son attention. Il n'en avait que faire. Il saluait d'un hochement de tête certaines connaissances, mais ignorait royalement les filles qui le cherchaient du regard ou osait l'appeler ou le toucher. Il s'arrêta au milieu du salon et embrassa lentement la belle déesse dans le cou en lui murmurant de nouveaux noms qui finirent par n'avoir plus aucune crédibilité.

« Améthiste, Athéna, Némésis, Aphrodite! »

Comme c'était toujours non, il prit une nouvelle gorgée de sa bière, puis attira vivement la belle inconnue vers lui pour l'embrasser de nouveau. Par contre, juste avant que leurs lèvres se touchent, il lui souffla :

« Peu importe. Darling te vas très bien. »

Il lui fit un sourire plein de sous entendus puis la prit par la main pour l'entraîner vers les toilettes. Devant la porte, il lui fit un geste moqueur plein de galanterie afin qu'elle passe devant lui, mais comme il y avait quelqu'un qui se prenait une boisson, il passa devant elle en confrontant le gars de sa présence imposante:

« On va avoir besoin de la salle, alors dégage. Allez! Plus vite que ça! »

Celui-ci ne se fit pas prier pour prendre les jambes à son cou. Lance ferma la porte dès qu'il fut sortit, se mis de dos à la porte et attira de nouveau la belle brune contre lui. Sa bière tomba par terre avec fracas. Peu lui importait, il l'avait presque terminé de toute manière. Enfin, il l'embrassa alors tout de suite, sans préavis et avec fougue.

C'était loin d'être la première fois qu'il allait s'enfermer en plein party avec une jolie inconnue, vraiment loin d'être la première fois. Ça avait quelque chose de grisant (ou c'était peut-être l'alcool), mais aussi d'excitant et de particulièrement satisfaisant de laisser ses pulsions le saisir et l'enflammer pour une passion passagère mais d'autant plus ennivrante.

Il avait toutefois rarement connu une fille comme celle-ci: belle et presque arrogante; une fille qui savait ce qui voulait dans la vie et faisait tout pour l'obtenir. Un peu comme lui... Il avait vu les regards que lançaient des autres partisans de la fête dans leur direction. Il avait vu dans leurs yeux le désir et la jalousie et de savoir qu'il était l'objet de tant d'attention rendait l'expérience encore plus unique et exaltante. Lance était compétitif et il aimait être le meilleur dans tout. Même à ce jeu là il était imbattable et il aimait qu'on alimente son égo démesuré.

Sa soirée avait un peu mal commencée, mais elle se déroulait maintenant à merveilles. Ses mains qui tenait la jeune fille aux hanches se firent baladeuses et commencèrent par caresser le dos et les fesses qu'il avait à sa disposition avant de s'infiltrer sous son haut.

Le goût de la bière se mélangeait sur leur langue et il essayait tant bien que mal de garder le contrôle de leur échange. Jusqu'à date, il n'avait jamais fréquenté une fille comme celle-ci qui semblait vouloir prendre le dessus, le soumettre à sa volonté.

C'était franchement pas désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 4:16

Un sourire en coin, elle se laissa entraîner sans aucune résistance vers la salle de bain. Trouvant fort amusant qu'il essaie aussi misérablement de trouver son nom. Quelle importance qu'il le sache, en autant qu'elle savait pertinemment qui lui, il était. Lance Holloway, LE Lance Holloway. Elle l'avait enfin trouvé et il était déjà pris dans ses filets.

Ses lèvres dans son cou lui donnèrent envie de presser le pas vers un endroit un peu plus intime. C'était grisant, ce feu qui les consumait tous deux de l'intérieur. Certes, elle devait faire attention, mais à cet instant précis, elle n'en avait aucune envie. Toute sa vie durant, il avait toujours fallu qu'elle se conforme, qu'elle dise et fasse exactement ce qu'on attendait d'elle. Ce soir, il n'y avait qu'elle et ce Dragon et elle comptait bien en profiter un peu. Sa mission pouvait bien attendre une petite heure encore...

Rendue dans la salle de bain, elle s'accrocha fougueusement à lui lorsqu'il la serra contre son torse. Sa langue explorait sa bouche, reprenant le minimum d'air nécessaire pour continuer. Elle avait envie de sentir sa peau contre la sienne, de se laisser posséder. Mais ce n'était pas en donnant tout du premier coup qu'on gardait un garçon comme Holloway captivé. Il fallait savoir jouer les allumeuses et les filles plus farouches en même temps.

- « Vous êtes décevant, monsieur le capitaine. Il ne vous reste que trois essaies. Sinon...» Dit-elle en chuchotant dans son oreille, y frôlant ses lèvres et mordillant son lobe au passage.

Elle appuya sa menace par un dernier baisé dans son cou avant de s'éloigner de lui, reculant jusqu'à la baignoire en continuant de lui faire face.

Lance semblait embrasé, elle le sentait bien. Et le regard insistant du jeune homme sur elle ne faisait qu'encourager ce petit jeu vicieux auquel elle lui proposait de jouer. Les règles étaient très simples, trouver son nom, sinon elle quittait la pièce. Certes, elle n'en avait aucune envie. Mais, elle menait et ça devait rester ainsi.

- «Peut-être manques-tu de motivation...» Lui lança-t-elle, baveuse et provocante en se départissant de son haut qu'elle laissa tomber au sol. Lui offrant une vue plus qu'agréable de son soutien-gorge en dentelles blanches qui contrastait drastiquement avec sa peau bronzée.

La belle Fierces était sublime et son décolleté plutôt difficile à manquer. Il faut croire que la nature ne l'avait pas dépourvue de grand chose. Elle posa les mains sur ses hanches, faisant mine d'attendre qu'il trouve enfin la bonne réponse.

Lorsqu'il tenta un premier nom, elle lui fit signe d'avancer un peu, prétextant qu'elle n'avait pas bien entendu. En vérité, son corps en entier souffrait de ne pas être coller contre le sien. On lui avait déjà expliqué cette attraction entre deux personnes de même élément. Mais, de le vivre, c'était tellement plus déconcertant. C'était comme si on arrivait à saisir complètement ce que l'autre pouvait ressentir. Dans leur cas à eux, c'était ardent, passionné, étourdissant. Il y avait quelque chose de sauvage qu'elle essayait du mieux qu'elle pouvait de contrôler pour garder son contrôle sur lui. En aucun cas, elle ne voulait le laisser gagner.

Si Lance pensait être compétitif, il n'avait aucune idée d'à qui il se frottait. Elle était la meilleure, il finirait bien par le comprendre et se soumettre.

- « Il ne te reste que deux essaies Holloway.»




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole D. Philips

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 4:21

La blondinette collée contre lui était de plus en plus langoureuse et aguichante entre ses bras, elle ne cessait de se faire des reefill d'un drink coloré qu'elle mixait elle-même. Elle lui en avait proposé un verre, mais il préférait de loin y goûter sur ses lèvres... et c'était sucré et girly et c'était pas son genre. Il allait s'en tenir à son verre de whisky que Kate lui avait gentiment apporté.

Ce ne fut pas très long avant qu'il termine son verre et miss blondie lui en resservait un nouveau, plein à ras bord, dès qu'il n'en avait plus. C'était amusant de se faire servir ainsi, et de n'avoir rien à penser. En fait, il lui semblait qu'il aurait du garder la tête froide parce qu'il lui semblait vaguement qu'il avait formé un plan pour la soirée. À quelle fin déjà? Il n'aurait sû le dire. C'est pourquoi il haussa les épaules et décida de profiter de la soirée et de prendre du bon temps en compagnie de la charmante demoiselle. Ils se collaient au son d'une musique lascinante, debout au milieu du salon. Une fille se joint à eux en se plaquant dans son dos pour lui parler malgré le volume de la musique. Tout ceci l'ennivrait. Il répondit à la fille en question, une connaissance de l'un de ces cours - et ça lui faisait bien plaisir de la voir ici ce soir. Il passa d'une fille à l'autre avant de jeter un regard circulaire sur l'assemblée pour vérifier que tout se passait toujours bien.

Il reconnut plusieurs visages dans la mêlée, mais aussi beaucoup d'inconnus qui faisaient la fête. Il savait qu'une partie était à l'extérieur, sur la plage mais surtout l'équipe de football et son fan club. Il se demanda alors pourquoi Casey n'était nulle part dans son champs de vision. Peut-être en avait-elle eu assez et était retournée dans sa chambre? Et Derrick alors? Ne l'avait-il pas vu sortir à l'extérieur en compagnie de sa soeur quelque temps plus tôt?

Il eut une pensée coupable pour sa jumelle à qui il n'avait pas vraiment fait attention de toute la soirée, enfin pas depuis l'incident avec l'idiot de Davis. Il espérait qu'elle s'amusait à cette soirée malgré son tempérament réservé et peu enclin aux fêtes et à l'alcool. Tant mieux si Derrick était avec elle. Parfois sérieusement, ce gars-là semblait savoir mieux que lui ce que Cole avait besoin ou ce qui était mieux de faire et Cole s'en retrouvait a apprécier de plus en plus la présence constante et loyale de son coéquipier.

Kate se trouvait encore dans les parages, à jaser avec un groupe de gars et de filles dans les divans du salon. Il pouvait parfois sentir sur lui le regard de sa meilleure amie. Elle aussi il la délaissait ses derniers temps. Il se sentait moins proche de chacune d'elle et il ne savait pas comment réparer ça sans leur avouer quoique ce soit. Mais que lui prenait-il à la fin? Boire le rendait définitivement mélancolique. Afin d'échapper un peu à son entourage et se donner le temps de reprendre ses esprits, il se dirigea vers le bar installé dans la cuisine et se servit un verre d'eau.

Il devait arrêter de boire avant de ne plus pouvoir réfléchir de lui-même. Depuis son arrivée à Brimwood, il était terrifié d'en faire trop: de boire et de divulguer ses secrets, dans une vague de confiance passagère. Pire que cela, il avait aussi des choses à cacher aux personnes le plus près de lui, à Kate et à sa soeur et ça commençait vraiment à lui peser sur les épaules.

Il n'avait pas du tout avancé dans ses projets; ceux qui l'avaient mener ici et il devrait bientôt rendre des comptes à des gens hauts placés qui n'attendaient que de le voir se planter. Cette sombre idée le rendit de mauvaise humeur et il n'hésita pas avant de se reservir un verre d'alcool fort et de le boire d'une traite.

Fuck it.

Ses problèmes seront encore là demain, alors pourquoi pas s'amuser et relaxer le temps d'une soirée? C'était sa soirée après tout et il serait un bien mauvais hôte s'il ne donnait pas le bon exemple et ne s'amusait pas. Il retourna donc auprès des deux filles qui l'attendaient et eut la soudaine envie d'embrasser de nouveau la blonde qui s'accrochait déjà à son cou.

Ben quoi? Son drink sucré n'était vraiment pas si mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey A. Philips

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 4:50

Merde! Mais qu'est-ce qui lui avait pris d'approcher ainsi son visage de celui de Derrick. Tout le long du trajet en revenant à la demeure, ils avaient gardé le silence, chacun dans leurs pensées. Elle aurait voulu s'excuser. Mais, en même temps, de quoi? Et de plus, cela venait mettre de l'importance sur quelque chose qui ne s'était finalement pas passé. Alors, pourquoi en faisait-elle toute une histoire?

Certainement, elle n'aurait pas dû quitter sa chambre tout à l'heure. Elle se serait évité aussi de donner son numéro à un inconnu. Parce que c'est ce que Lance était, au bout du compte. Certes, ce gars-là l'attirait indéniablement, mais elle n'était pas elle-même en sa présence. Ou plutôt, il semblait éveiller chez elle une autre facette de sa personnalité qu'elle avait toujours étouffée, évitant ainsi toute bévue... Comme il arrivait à Cole d'en faire.

Revenus à l'intérieur, elle remercia maladroitement Derrick pour cette balade, lui offrant un sourire plus que sincère avant de chercher des yeux son imbécile de frère, pour s'assurer qu'il n'était pas en train de divulguer à tous vents qui ils étaient. Ça devait être ainsi, dorénavant, puisqu'elle ne pouvait plus, semble-t-il, lui faire confiance. Elle devrait le surveiller en tout temps.

- « On se voit un peu plus tard? Je dois juste... Enfin, à tout de suite.» Cay lâcha le bras de son ami, ne se confondant pas en excuses. Elle devait trouver son frère et n'avait pas besoin de remplir un rapport pour ça!

Il lui sembla qu'il y avait encore plus de monde que voilà une heure. Et trouver son frère n'était pas une mince affaire. Heureusement, elle croisa le regard de Kate qui était au salon et qui lui pointa, non sans découragement, un Cole en train de se frotter à deux jolies filles qui dansaient autour de lui. Bien entendu, l'une d'elle avait le privilège de se faire embrasser par le seigneur des lieux...

Exaspérée, elle passa à sa hauteur pour lui faire savoir qu'elle était de retour, en vie, et qu'il pouvait arrêter de s'inquiéter et de la chercher. Parce que, clairement, il s'était ennuyé d'elle alors qu'elle l'avait «abandonné», seul, à ce vilain party.

Oui, la colère était bel et bien revenue. S'il n'y avait pas eu autant de gens. Et si la jeune femme avait eu une noisette à la place du cerveau, elle l'aurait gratifié d'une crise devant tout le monde. Cependant, Casey étant Casey, elle prit simplement la peine de le foudroyer de ce regard glacial qu'il détestait avant de passer son chemin et de se diriger vers la salle de bain pour se prendre une bière et en ramener une à Derrick au passage.

En se dirigeant vers la pièce convoitée, elle dût faire fit des commentaires désobligeants ou grossiers de certains individus pour arriver à destination. Définitivement, elle détestait ce genres de soirées. Bien qu'elle avait voulu essayer de s'y plaire, elle était franchement mal à l'aise avec autant de gens dans son intimité.

Et le seul remède à un tel malaise était sans aucun doute plus d'alcool pour se détendre. Elle poussa donc la porte, entrant sans faire attention pour se diriger d'un pas décidé vers la baignoire.

- « Fuck!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance Holloway

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 5:28

Oh. Elle voulait jouer à ça avec lui? Pas de problème, ma belle. Tu ne sais pas à qui tu as à faire!

Il était évident qu'il ne trouverait pas son nom en trois petits essais. Et franchement, il essayait même pas! Il n'en avait que faire, il savait simplement qu'elle était sublime et qu'il la voulait. Lorsqu'elle s'éloigna de lui, une étincelle brilla dans le regard du firebreather et il sourit narquoisement. Il fallait être deux pour jouer.

Toujours appuyé contre la porte il la toisa pendant qu'elle enlevait son haut et apprécia particulièrement de pouvoir dévorer du regard les courbes généreuses de la jeune et belle inconnue, restant sagement dans son coin. Il donna le premier nom qui lui passa par la tête, sentant qu'elle ne le garderait pas longtemps si loin d'elle.

Et Bingo, elle lui fit signe de se rapprocher. Il commençait à trouver qu'elle avait le dessus dans son petit jeu, comme elle dictait maintenant les règles. Tant pis, il avait juste à les enfreindre une par une.

Première étape? Se rapprocher. Check. Lorsque la peau dénudée de la jeune fille entra en contact avec son t-shirt, il souhaita qu'ils eut pu être peau contre peau, car la chaleur qui émanait d'elle venait le chercher à l'intérieur et l'ennivrait un peu plus. Il lui aggripa la taille en se penchant lentement vers la baignoire, l'entraînant avec lui mais prenant soin de ne pas perdre l'équilibre. Avec son autre main, il attrapa une bière dans le fond du bassin, la déboucha à l'aide de ses deux mains, placées dans le dos de la jeune femme et en prit une longue gorgée, toujours avec le regard plongé dans le sien.

Il eut l'envie soudaine de l'embrasser alors qu'il n'avait pas encore fini de boire, décidant donc de transférer sa gorgée de la bouche de sa compagne. Ce ne fut pas parfait et quelques gouttes s'échappèrent et se glisser sur le menton du dragon pour continuer leur tracée sur sa gorge et terminer leur chemin sur le col de son t-shirt. Il vint poser sa bière froide contre le dos de la belle brune et enleva prestemment le vêtement, à l'aide d'une seule main. Il prit alors une gorgée de bière en se délectant de l'image qu'il devait renvoyer. Beaucoup de filles étaient passé dans son lit et chacune s'entendait pour dire qu'il valait le coup d'oeil (oh et il valait pas que le coup d'oeil!). Il lui tendit alors sa bière - puisque comme il s'échangeait leur salive depuis une demi-heure, ils pouvaient bien partager la même bière aussi - et en profita pour lui embrasser le cou et l'épaule et de descendre plus bas encore et encore jusqu'à son nombril.

Lorsqu'il releva les yeux vers elle, il fut certain que son regard lui renvoyait la même lueur vacillante de désir et de passion qu'elle pouvait trouver dans son regard à lui. Et il savait qu'elle ne le laisserait pas partir. Alors que ses lèvres glissaient plus bas que son nombril, il remonta tout en haut et lui murmura à l'oreille:

« Veux-tu toujours jouer à un jeu? »

Il arqua un sourcil de manière invitante tandis que ses yeux brillaient de malice. Et il s'empara de nouveau de sa bouche fougueusement avant même d'attendre sa réponse. Elle était assise sur la baignoire, penchée par en arrière alors qu'il s'était élancé vers elle, à moitié à genou, à moitié de bout, soucieux de garder son équilibre.

Et c'est ainsi que les trouva Casey lorsqu'elle ouvrit la porte à la volée et laissa échapper un « fuck » qui ne lui ressemblait pas du tout.

Ça ne fit par contre pas rire Lance qui se serait certainement marré de voir la belle Philips toujours sûr d'elle soudainement se laisser aller à perdre le contrôle comme ça. Avant même qu'il ne puisse réfléchir à ce qui venait de se passer, elle tournait les talons et il l'interpella en sortit de la salle de bain à son tour pour la rejoindre.

Mais pourquoi? Pourquoi se donnait-il la peine de courir après une fille ? Jamais il ne s'était rabaissé à un acte de soumission comme celui-là avant aujourd'hui. Il avait agit d'instinct et c'est ce que son instinct lui criait de faire. La poursuivre pour ne pas la perdre.

« Casey! »

Il ne fit pas attention aux têtes que ça faisait tourner, il s'en foutait bien. C'est pourquoi il se retrouva torse nu en plein coeur de l'appartement des Philips à fuir une superbe brune prête à coucher avec lui pour ne pas déplaire à Casey Philips.

Que pouvait-il lui dire? Elle n'avait pas l'air très réceptive, peu importe ce qu'il lui dirait. Étant donné qu'elle ne l'écoutait pas, il l'attrapa par l'épaule afin qu'elle se retourne. Un « c'est pas ce que tu crois » serait très mal placé et idiot dans cette situation, c'est pourquoi il opta pour autre chose:

« Pourquoi tu fais toute une scène? »

Il ne se rendait pas compte que c'est lui qui était en train de créer toute une scène en l'interpellant de cette manière. Il n'avait aucune idée de la raison pour laquelle il avait abandonné l'autre dans la salle de bain; sans même prendre le temps d'y réfléchir, il avait fait son choix entre les deux et c'était très clair qui il avait choisi.

Il ne savait même plus ce qu'il voulait dire tellement ça ne faisait pas de sens, alors il resta planté là comme un idiot torse nu à s'en prendre à celle avec qui il voulait être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey A. Philips

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 14:47

De tous les scénarios possible de cette soirée, il fallait bien que ce soit celui-là qui lui tombe dessus. Plus jamais, elle ne voudrait prendre de bain dans cette pièce. Bon, ce n'était pas la fin du monde: deux personnes qui se tripotent dans une pièce close. Mais, c'était chez elle, et c'était Lui.

Une fois de plus, la belle Northstar se trouva stupide. Elle n'apprendrait donc jamais. Les filles comme elles (S'il y en avait d'autres) n'avaient pas la cote. Et les gars comme Lance (Et ça il y en avait des tonnes) se foutaient bien de les mener en bateau pour leur bon plaisir. Elle se trouva d'autant plus naïve de lui avoir laisser son numéro cette fois. Clairement, ce type-là ne cherchait qu'à en faire un trophée.

Casey n'arrivait pas à démêler avec précision la vague d'émotions qui déferlait sur elle. Bien évidement, Lance était un grand garçon et faisait ce qu'il voulait. Il ne lui devait absolument rien, alors pourquoi se sentait-elle trahie?

Ça réaction avait été rapide, elle ne se souvenait même pas que son cerveau est dicté à ses pieds de rebrousser chemin. Elle était déjà pratiquement rendue au salon, bousculant tant bien que mal les gens saouls pour se frayer un chemin jusqu'à l'escalier. Elle en avait marre, elle ne voulait que monter s'étendre. Elle prendrait la peine de texter Cole (C'était plus rapide que d'essayer de le trouver parmi tous ces gens) pour l'aviser qu'elle était montée. Oh, et Derrick aussi. Avec qui elle devait passer le reste de la soirée.

Posant la main sur la rampe, elle entendit son nom à travers la musique et les conversations bruyantes. Elle n'avait pas envie de se retourner. Si c'était une personne importante, elle saurait où la trouver. Elle était sur le point de monter la première marche lorsqu'une main agrippa son épaule et la fit pivoter sur elle-même, se trouvant nez à nez avec Lance (Et son torse nu...)

Surprise qu'il soit devant elle (Et non dans la salle de bain avec cette inconnue) Cay fronça les sourcils, se reculant d'un pas. Elle n'avait certainement pas envie, après la scène qu'elle venait de surprendre, qu'il la touche. Et pourquoi était-il encore après elle? Elle dégagea son épaule plus brusquement qu'elle ne l'aurait voulu et croisa les bras.

Une scène! Elle lui faisait une scène? Il devait plaisanter. Elle n'avait rien fait. Bien au contraire, elle s'était poliment retirée pour les laisser tranquilles. Qu'avait-elle à faire là de toute manière?

Il dut le remarquer, les yeux de la jeune femme étaient plus foncés que jamais. Du même bleu que l'océan lorsqu'il se déchaîne durant une tempête. Elle était en colère contre lui et contre Cole et sentait bien que tout ça allait éclater s'il ne la laissait pas retourner sagement à sa chambre.

- « Tu te fous de ma gueule, j'espère!? » Lui lança-t-elle sur la défensive.

C'est lui qui faisait toute une scène, à moitié habillé ( Merde, qu'il était beau!) au beau milieu de l'appartement. Il aurait pu se contenter de continuer ce qu'il était en train de faire au lieu de venir s'en prendre à elle. Casey n'en aurait même jamais parlé.

- « Ça te va pas du tout ce rôle-là, Lance. Fais pas semblant d'être vexé. »

Ce n'était pas le genre de gars à s'excuser ou à donner l'impression que quelque chose n'allait pas. Alors, pourquoi jouait-il au gars farouche? Il n'avait qu'à retourner auprès de cette fille. Elle se chargerait bien de le remettre dans le «droit chemin».

- « On se doit rien, on ne se connait même pas. T'as pas encore saisi ça?»

Ces paroles étaient sèches. Casey devait se l'avouer, il y a une infime partie d'elle qui avait eu mal en prononçant cette dernière phrase. Elle n'avait pas vraiment voulu la sortir, mais il était trop tard. Lance lui faisait perdre son sang froid. Le peu de volonté qui lui restait semblait vouloir s'émietter tandis qu'elle lui faisait face.

De plus, ainsi sans chandail et avec l'alcool et la musique qui lui montaient à la tête, elle n'arrivait pas à être complète conséquente. Putain, qu'il était sexy! Et plus elle le réalisait, plus ça la mettait en furie de ne pas pouvoir être complètement indifférente à sa personne.

Et elle ne semblait pas être la seule à le trouver attirant. Elle sembla enfin remarquer certaines personnes qui s'étaient approchées pour écouter leur conversation, voyant bien que quelque chose se passait. Les regards étaient inquisiteurs. Pourquoi diable le beau Holloway, que la plupart des gens venaient de voir passer avec cette magnifique déesse grecque, venait s'empêtrer de cette Casey Philips?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Rainwrite

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/07/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 15:22

Sa température corporelle était montée en flèche alors que le beau Firebreather se rapprochait d'elle de nouveau. C'était maintenant évident, ça n'allait pas être aussi simple qu'elle l'avait d'abord cru.

Il était tellement, follement sexy, désirable, virile. Il y avait une prestance hors du commun qui la charmait sans conteste. Allison était beaucoup plus attirée qu'elle ne voulait le laisser paraître. Certainement, elle venait de trouver son égal masculin!

Lorsqu'il lui donna sa gorgée de bière, elle la prit sensuellement, prenant la peine d'aller lécher l'une des goûtes qui venait de couler sur le menton de Lance. Elle le laissant ensuite explorer son corps de sa bouche suave. Chacun des baisers du footballeur semblaient lui brûler agréablement la peau. Elle se contentait de le contempler.

De tous les garçons qu'elle avait côtoyer, il était le plus parfait. Son corps semblait avoir été sculpté! Et elle contait bien voir s'il savait s'en servir. Quoi qu'à voir comment il embrassait et la manipulait à sa volonté, elle se doutait bien qu'elle ne s'ennuierait pas.

L'ombre d'un soucis passa dans ses yeux, alors qu'elle reprit conscience de ce qu'on lui avait demandé. Allison était bien consciente que plus elle repoussait, plus il lui serait difficile d'accomplir sa tâche. Et échouer n'était même pas l'ombre d'une possibilité. Elle afficha un magnifique sourire alors qu'il relevait la tête tandis qu'elle prenait une longue gorgée de la bière qu'il lui avait offert.

Revigorée, et la tête plus froide malgré le jeune homme encore collé contre elle, elle s'apprêtait à poser sa main sur son bras pour utiliser son pouvoir au moment-même où la porte ouvra à la volée, laissant apparaître Casey Philips. C'était donc à ça qu'elle ressemblait celle-là. Les rumeurs à son sujet n'étaient pas fausses, elle avait effectivement des allures de fantôme.

Toujours sans chandail, elle toisa, arrogante, la jeune femme qui tournait déjà les talons. Bien, elle pourrait finir ce qu'elle était venue commencer (Et s'amuser encore un peu). Mais, Lance était déjà debout, pourchassant la jeune femme dans le corridor.

- « Lance? »

Irritée (Depuis quand un rat de biblio allait lui voler sa prise?), elle remit rapidement son chandail pour sortir à son tour et regarder de plus loin la scène que Lance leurs offrait.

Elle s'en voulait. Elle s'était laisser distraire et avait échoué... Du moins, pour ce soir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole D. Philips

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Re: Le loft des Philips   Sam 13 Aoû - 16:41

Tout en dansant lascivement entre les bras de deux filles absolument allumeuses et allumées, Cole s'était laissé aller à fermer les yeux et à simplement profiter de la peau nue et des lèvres mises à sa disposition. Il tanguait légèrement en dansant au son d'une musique qui ne lui disait absolument rien - et c'était bien le dernier de ces soucis!

Il dût sortir brusquement de son nuage d'alcool et de baisers lorsqu'il sentit l'une des filles perdrent complètement intérêt à leurs jeux tandis qu'elle essayait d'attirer son attention en l'interpellant sans arrêt. Cole Cole Cole Cole COLE. Non mais c'était lassant à la fin! C'était quoi son problème à elle!

Mais il dégrisa bien vite lorsqu'il vit le petit attroupement grandissant autour des escaliers et que la voix de Casey, impatiente, voir hors de contrôle parvint à ses oreilles. Il laissa alors aussitôt les deux filles planté là pour se rapprocher de ceux qui faisaient une scène devant tout le monde. Il s'en fichait bien que ça interrompe les temps festifs du party - une vraie soirée digne de ce nom n'était pas sans scandale après tout! - mais que ce soit au dépend de sa jumelle l'irrittait au plus haut point.

Surtout quand il posa les yeux sur la forme imposante et musclée du capitaine de l'équipe de football. Le mot « Fuck » lui vint tout de suite en tête et peut-être même qu'il laissa échapper le juron à voix haute parce que certaines têtes se retournèrent sur son passsage. De toutes les personnes qui auraient pu s'en prendre à sa soeur ce soir, comme c'était malheureusmement souvent le cas lorsqu'elle se retrouvait en public, il était d'autant plus déçu, mais pas pour le moins surpris de découvrir le célèbre Dragon.

Sa soeur semblait l'avoir dans la peau, alors qu'il faisait retrousser les poils sur celle de Lance et c'était sans aucun doute que l'un avait probablement rapport avec l'autre. Le Seacalling se faufila avec agilité jusqu'aux escaliers, écoutant leur échange avec déconcertement, mais surtout avec une colère grandissante et qui menaçait d'éclater à tout moment. Il jaugea tout de suite la situation - tel qu'on le lui avait montré (son training refaisant étonnament surface dans un moment critique ) - et son cerveau enregistra la posture de sa soeur, son langage non verbal qui disait clairement qu'elle ne comptait pas encaisser ça très longtemps - elle était même légèrement tournée vers l'escalier, souhaitant probablement se défaire des griffes du footballeur.

Il n'en fallu pas plus que cela pour qu'il intervienne. Il prit place aux côtés de sa soeur et posa ses mains sur le torse de Lance (que faisait-il torse nu devant Casey à s'imposer de la sorte? Lui avait-il fait des avances un peu trop insistantes??) À cette seule idée, le coeur de Cole bondit dans sa poitrine et il donna un coup agressif à l'autre afin qu'il confère à sa soeur un peu d'espace et sorte de son intimité. Ce dernier recula d'un pas sous l'assaut et descendit son pied de la marche qu'il avait entreprit de monter pour - probablement - se rapprocher encore plus de la Northstar.

 « Prends ton trou, Hollywood. Et je suis mieux d'apprendre que tu n'as pas tenté quoique ce soit d'inconvenant avec ma soeur », dit-il en le regardant de haut en bas. « Maintenant, expliquez-moi ce qui s'est passé.»

Malgré son geste, il s'était adressé aux deux calmement, souhaitant calmer le jeu entre les adversaires. Et il ne blaguait pas. Il voulait une réponse. Maintenant.

Casey semblait furieuse après le Dragon, mais son regard tout aussi foudroyant se posa sur lui sans aucune gêne. Pourquoi lui en voulait-elle à lui aussi? Il ne voulait que l'aider bordel! Et il voulait savoir ce qui avait mis sa jumelle - normalement la fille la plus en contrôle qu'il n'avait jamais rencontré - dans un tel état. Il la connaissait mieux que quiconque et il savait lire sa contenance rigide autant que les plis dans son front, ses sourcils froncés et la tendance un peu aigüe qu'avait pris son ton de voix, signes incontestables que sa soeur était énervée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le loft des Philips   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le loft des Philips
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Philips GoGear Opus buuug!
» le loft londonien de madame strue
» Tu aimes la boxe ?? Alors va faire le loft story russe.
» enfin chez lui[à tous les habitants du loft+ gaël]
» Dimitri Queen + Loft à Playa Del Rey.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brimwood College :: Brimwood College :: Les résidences-
Sauter vers: