Brimwood College

Une guerre se prépare. Les éléments s'éveillent. Quel camp choisirez-vous?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      


Partagez | 
 

 Cole D. Philips

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cole D. Philips

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Cole D. Philips   Jeu 30 Juin - 23:38

Nom :: Philips
Prénom :: Cole Damian
Surnom ( s ) ::
Âge :: 25 ans
Pays, ville d'origine :: Angleterre, Londres


Description Physique :: Ses longs cheveux blonds-blancs lui ont souvent valu des remarques, mais il les aime comme ça. Et tous ceux qui font un commentaire désobligeant ont à faire à lui. C'est ce qui lui fait tant ressembler à sa soeur jumelle et c'est aussi ce qui lui sert de masque lorsqu'il veut cacher ses émotions. Plutôt grand et élancé, il a une fine musculature et une mâchoire carrée. Les filles sont attirées par sa silhouette longiligne, mais surtout la grâce qui émane de chacun de ses mouvements. On aurait dit qu'il maîtrisait l'art de la danse ou un art martial subtil. Le fait est qu'il maîtrise tout ça et bien plus encore.

 
Ses traits de visages sont à la fois durs et fins, une dualité présente dans chaque sphère de son être et de sa personnalité. Ses yeux gris-bleus reflète parfois le calme de l'océan avant l'orage, mais son regard peut aussi devenir ardent et dangereux.

Description Psychologique :: Il attire le danger comme un aimant et il a un sérieux talent pour se mettre dans le trouble. De l'extérieur, Cole paraît froid et distant. C'est ce qu'il veut donner comme première impression. Lorsqu'on le connaît, c'est un garçon doux qui serait prêt à tout pour préserver la paix et surtout pour assurer la sécurité de sa famille, de sa soeur. Derrière son apparence de fer et sous ses jolis traits se cachent un être en constante bataille avec lui-même: la part de lui qu'il considère comme un adolescent rêveur et joueur et la part de lui, plus sombre, instinctive, qu'il nourrit et renforce afin de pouvoir prendre part à cette guerre qui se prépare. Il a apprit, avec force, qu'on ne peut faire confiance à personne dans ce monde et qu'il vaut mieux, pour la sécurité de tout ce qu'il aime, être capable de faire de son corps une arme et de protéger les siens. Il a toujours été bien dans l'eau, maintenant il ne peut se passer une journée sans qu'il y mette les pieds. C'est devenu une nécessité et la solitude qui l'accompagne dans ses visites (souvent nocturnes) de la mer est la bienvenue. Il ne s'attache à personne parce qu'il ne s'en donne pas le droit. Autrement, il perdrait son seul et unique but. Cela ne l'empêche pas par contre de faire de nouvelles rencontres le temps d'une nuit. Sa réputation de tombeur/player, ainsi que son talent en sport aquatique commence à être reconnue.


Particularité :: Il est depuis toujours incapable de mentir à sa sœur.
Parascolaire :: Waterpolo, Surf
Intérêts :: Jolies filles, plage, surf, arts martiaux
Domaine d'études :: Politique (aucunement par intérêt, mais plutôt par nécessité…)

Histoire :: Je viens d'une longue lignée de
Seacalling.
Comme mon frère Cameron et comme mon père. Où plutôt comme l'était mon père.
 
Est-ce que je pense que toute cette histoire de pouvoirs est stupide? Certainement. Mais c'est une partie de moi dont je ne pourrais jamais me défaire. C'est ce qui me relie à ma famille, aux miens. Si on devait m'enlever ce pouvoir afin de garantir la sécurité de Cay et de ma famille pour l'éternité, le ferais-je? Oui. Demain matin.
 
La relation que j'ai avec l'eau est un amour-haine. J'en ai besoin pour vivre, mais une dépendance à quoique ce soit me répugne. Enfant, j'adorais l'eau; c'était tout ce à quoi je pouvais penser: être dans l'eau. C'est là que je me suis toujours senti le mieux; en force et en être. Je pouvais être moi-même et j'avais l'impression d'être invincible. Aujourd'hui, je regrette ce besoin qui m'habite; cet appel incessant de la mer et de mes pouvoirs qui grandissent. Aujourd'hui, je vois le monde tel qu'il est.
 
Ce n'est pas celui que notre père nous avait promis; il nous a fait croire en un monde où la magie et les humains coexistent et où on ne doit pas avoir peur d'être nous-mêmes. Il ne nous a pas préparé pour le monde dans lequel nous vivons. Un monde dans lequel lui, n'existe plus.
 
***
 
En réalité, j'ai commencé à craindre ce pouvoir que j'aimais tant lorsqu'il a faillit anéantir ma soeur jumelle. J'était absolument persuadé qu'elle avait le même pouvoir que Cameron, papa et moi, et qu'il prenait juste un peu plus de temps pour se révéler. On était tellement pareil en tout elle et moi! On partageait tout et on voyait et ressentait le monde avec les mêmes yeux et la même âme.
 
Après cet épisode marquant de nos vies, on nous a tout raconté. Enfin. J'imagine que tout ce qu'on nous a dit sur la légende et nos ancêtres ainsi que nos pouvoirs étaient vrais. Mais on nous a caché certains éléments clés. On nous a laissé croire en un monde meilleur, en un monde parfait.
 
La mort d'Emerick Philips me fit l'effet d'une douche froide. Nous avions dix-sept ans. J'ai appris plus tard qu'il avait planifié de nous mettre au courant de tout. Malheureusement, le temps lui manqua.
 
C'est Cameron, de quatre ans notre aîné qui me fit son message, par une nuit sombre, froide et pluvieuse comme il s'en fait souvent à Londres.
 
Nous étions arrivés en ville depuis plusieurs semaines et mon goût à la vie s'estompait à vue d'oeil. Je le sais car je pouvoir le voir dans les regards que me lançait ma jumelle lorsqu'elle pensait que je ne la voyais pas.
 
C'était comme être prisonnier d'un cauchemar gris et orageux qu'on appelait affectueusement « Londres », sans jamais pouvoir se réveiller. La vue me déprimait, l'école était stupide et plus rien ne me faisait envie. Sans parler de l'eau du Thames qui était de un - trop froide même pour des Seacalling comme Cameron et moi et de deux - dégueulasse et pleines de bactéries.
 
Mais mon besoin de sentir le pouls de la mer était plus grand encore. C'était un besoin vital, que je n'ai jamais même senti chez Cameron, pour une raison inconnue. Et ce soir orageux, j'étais assez fou pour aller me jeter dedans. L'eau avait toujours été une source de réconfort, mais ici elle me glaça le sang et les veines et plus je m'enfonçais dans la noirceur et la profondeur de la mer, plus les battements de mon coeur ralentissait. Il n'y avait aucun problème; j'avais le don de respirer dans l'eau. Puis, j'étais juste trop frigorifié pour vouloir refaire surface. Ma tête pouvait enfin accéder à un peu de paix et de solitude. Et si mes paupières étaient trop lourdes pour rester conscient, qu'est-ce que ça faisait?
 
Je n'ai pas eu le temps de penser à cette question plus longtemps. Cay m'avait trouvé. Je la sentais au fond de moi, sa présence rassurante. J'avais vraiment le don de me foutre dans les pires pétrins dès qu'elle avait le dos tourné. Par contre, elle était toujours là pour me porter secours. Je formulai un sanglot sans réfléchir, sachant très bien qu'elle me sentirait elle aussi et je détestai ma faiblesse. Je n'étais certes pas invincible, juste un homme ordinaire avec des pouvoirs idiots qui ne lui apportait rien de bon. Et j'allais mourir ici, dans l'eau glacée qui avait faillit prendre la vie de Cay des années auparavant. Je ne voulais plus de ce pouvoir maudit.
 
Bientôt un bras musclé vint entouré mon corps mince qu'on souleva sans problème et je réalisé que Cameron avait nagé jusque-là probablement alarmé et guidé par Casey.
 
Enfin sauf sur la rive, j'étais pris de frissons douloureux, incapable de les contenir. Et je pleurais. J'étais tellement gelé que j'avais perdu tout mes sens et l'usage de mes membres. Je ne sentais plus rien.
 
Mais il y avait Casey. Et je n'ai aucune idée de comment elle a pu faire ça, mais en plus de former un bouclier contre l'air qui touchait ma peau glacée et la pluie qui tombait sans arrêt, elle réussit à m'envelopper d'un vent chaud, venu de nulle part, jusqu'à ce que mon corps reprenne une température plus normale.
 
Cette nuit-là, j'ai dormi dans les bras de ma soeur, comme un enfant dans ceux de sa mère et Cameron est resté à nous veiller afin que l'on puisse dormir sans tracas.
 
Il va sans dire que nous n'avons rien dit à maman. Mais j'avais dix-sept ans et j'étais loin d'avoir fini de faire des bêtises.
 
Je me suis réveillé au milieu de la nuit le coeur battant et le corps encore tout endolori de mon escapade dans les eaux glaciales du Thames. Casey dormait profondément, un bras protecteur autour de moi, comme si elle voulait me protéger du monde extérieur.
 
Cameron était là pour me faire sentir mal.
 
« Si Casey ne pouvait lire en toi avec autant de facilité, tu serais mort. »
 
Pour toute réponse, j'haussai les épaules. Ma faiblesse était passé et j'avais fini de pleurnicher. Je devais accepter mon sort. Cameron reprit:
 
« Je vais te donner une raison de vouloir te battre, de vouloir vivre ».
 
J'arquai un sourcil, pas encore certain de pouvoir former des mots.
 
« Nous ne sommes pas déménager simplement pour vous offrir une nouvelle vie. On a déménager pour nous sauver. »
 
Confus - et franchement pas encore certain d'être réveillé - je raclé ma gorge en espérant avoir retrouvé la voix.
 
« Nous sauver de quoi? » Ouch. Définitivement pas ma voix.
 
« Rendors-toi », dit Cameron doucement. « On pourra s'en reparler demain quand tu t'en seras remis. »
 
« Mais, Cam...»
 
« Shh. Rendors-toi » Ce n'était qu'un murmure et moi j'avais oublié ce que je voulais dire. Dormir était trop une bonne idée.
 
Le lendemain matin, je pensais que j'avais rêvé tout ça. Casey s'était levée et je me trouvais seul dans ma chambre avec Cameron qui ne semblait pas avoir quitté son poste.
 
Je n'avais pas rêvé. Et Cameron avait le même regard que pendant la nuit; absolument non affecté par le manque de sommeil. Je ne connaissais pas mon frère sous cet angle là: l'homme d'affaire qui allait droit au but. C'était pourtant la réputation qu'il avait maintenant qu'il gravissait les échelons de la société où papa travaillait.
 
« À partir de maintenant », commença-t-il en guise de bonjour, « tu ne dois plus jamais jouer avec ta vie de cette manière. Papa a perdu la sienne afin de nous sauver. »
 
Je voulu répondre Pour qui tu te prends et c'est quoi cette histoire, c'est n'importe quoi! Mais je restai stoïque à la mention de papa. Jamais plus on ne parlait de lui à la maison.
 
« Tu dois comprendre que papa travaillait sur quelque chose d'important, d'essentiel à la survie des gens comme nous. Et c'est ce qui l'a trahit. De plus, ta survie est nécessaire afin que tu puisse mener a bien la mission que l'on veut te confier. »
 
Les sourcils froncés et ne sachant comment prendre ces informations, je fixai la porte, puis reportai mon attention à Cameron. Quelque chose me dérouta.
 
« Qui ça "on" ? » Pourquoi as-tu attendu que Cay soit sortie avant de me dire toutes ces niaiseries? »
 
J'étais tout à coup sur mes gardes, prêt à bondir de la pièce.
 
« Elle ne peut pas savoir. Elle n'est pas Seacalling ».
 
Je me suis levé d'un bond, mais Cameron était maintenant très près et la force comprimée que je pouvais sentir émaner de lui me tint sur place.
 
« Écoute-moi bien, car l'information que je vais te donner est top secrète:
 
***
 
Cameron avait raison. Ça m'a donné une nouvelle raison de vivre et un but très clair à suivre: gagner la guerre. Venger mon père. Sauver les miens. J'ai fait de mon corps une arme et j'ai maintenant l'esprit affûté de stratégies et de scénarios possibles.
 
Mais en Californie, je ne serai qu'un étudiant comme les autres.
 
J'ai tenu mon secret pendant toutes ses années et j'ai inventé des motifs pour suivre les cours d'arts martiaux et différentes techniques de combats. Pour Cay, je travaillais simplement à la société de papa pendant mes temps libres alors que je prenais différents cours afin de me modeler en parfait espion.
 
J'ai réussi à garder mon secret, même si ça me tue de cacher ça à Cay. Je sais qu'elle me connaît beaucoup trop bien et qu'elle a des doutes. Et alors que je désespère à l'idée de la laisser ici, au moins je n'aurais plus à me soucier de mentir. Dans quelques jours, l'océan nous séparera.
 
Sûrement que j'arriverai à tenir jusque-là.
 
 
 
Appartenance :: Seacalling

Pouvoir(s) :: Il peut respirer dans l'eau et la contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cole D. Philips
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Nashville - Rappel du Club École -
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Philips GoGear Opus buuug!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brimwood College :: Avant tout... :: Présentations-
Sauter vers: